En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Monaco-PSG (1-2)

Les notes du PSG

Au terme d'un match complètement dominé, les Parisiens s'imposent grâce à leur force de frappe offensive. Et ce, malgré la maladresse inhabituelle de Mbappé.

Modififié

PSG



Areola (6) : On juge un grand gardien à sa capacité à être décisif même lorsqu'il est rarement sollicité. On jugera Areola un autre jour, car « rarement » ne veut pas dire « jamais » .

Alves (6) : Élevé au bifteck et aux coups de savates depuis plus de trente ans, pas étonnant qu'il ait la bave aux lèvres sur un terrain de foot. Dani the dog.

Marquinhos (6,5) : Toujours aussi serein, autant complémentaire avec Kimpembe qu'avec Thiago Silva. Presque agaçant.

Silva (7) : Le deuxième Parisien contraint d'abattre un tigre ce week-end.

Kurzawa (5,5) : À chaque match, il fait l'exploit d'être le seul joueur d'une équipe ultra-dominatrice à ne pas convaincre. La barbichette la plus perdue de Paris, en concurrence avec La Fouine.

Verratti (6,5) : La classe italienne, marchand de caviar et explorateur d'espaces. Marco Polo.

Rabiot (7) : Il ne cesse de clamer qu'il ne veut pas jouer au poste de numéro six, alors qu'il sait pourtant parfaitement le faire. Solide sur ses appuis, et précieux dans ses projections à la récupération. Le mur d'Adrien.

Draxler (8) : « J’ai affronté Cristiano Ronaldo, Messi et Neymar, mais en technique pure, c’est Draxler qui m’impressionne le plus. » On pourrait suspecter Marquinhos de faire de la lèche, mais on a presque envie de le croire. Insaisissable, Julian Dragster. Remplacé par Pastore à la 82e minute, qui garde la forme en vue de cet hiver.

Mbappé (5,5) : D'incessants démarrages dans la profondeur à mille à l'heure, mais un désastre face au but avec un festival de face-à-face manqués. Un vulgaire Dennis Oliech, quoi.

Cavani (7) : Dans cette soirée spéciale vendange, la lumière vint comme souvent de l'Uruguayen. Thomas Edinson. Remplacé par Di María à la 82e, la quatrième roue du tricycle.

Neymar (7,5) : « Insolence (nf) : Manque de respect qui se manifeste par de l’effronterie et une hardiesse excessive. » Exemple : les 90 minutes de Neymar ce soir, entre roulettes, petits ponts et autres chalouperies, qui se permet de rigoler quand ses potes gâchent ses passes décisives.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 15:44 414€ à gagner avec Barça & Bayern Hier à 12:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
    il y a 1 heure Ronaldinho se lance dans la musique 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 12:46 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! Hier à 09:45 Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 16 Hier à 08:00 Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 10 dimanche 18 février Tony Chapron est en arrêt maladie 47 dimanche 18 février Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 dimanche 18 février Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9
    À lire ensuite
    Un Paris royal à Louis-II