En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Lyon (2-1)

Les notes du PSG

Le PSG s'est imposé avec un Pastore des grands soirs et malgré une défense très moyenne.

Modififié

Paris Saint-Germain





Trapp (5) : Deux corners, deux passages à vide. Des prises de balle aussi rares qu’une soirée originale pour la Saint-Patrick. Et sinon, il devient quoi, Alphonse Areola ?

Thiago Silva (5,5) : Agressif au marquage dans sa propre surface de réparation. Attention, un jour, ça pourrait valoir cher. Mario Yepes en sait quelque chose. Le reste ? Un brassard fluo, pour bien qu’on le voie. Mais c’est tout.

Marquinhos (5,5) : Se faire manger de la sorte sur un corner par Rafael, même si c’est un acte patriotique, ça devrait être passible de la peine maximale. Si pour madame la Marquise tout va très bien, monsieur le Marquis était dans le dur.

Vidéo

Aurier (6) : Certes, son sang-froid est à peaufiner et son jeu reste assez robotique. Mais quand on possède de si gros cuisseaux pour déborder, ça fait la différence à chaque fois. Du moins en Ligue 1.

Maxwell (7) : Avec sa coupe de cheveux de mannequin et son style indémodable, l’homme mûr du PSG s’est une nouvelle fois montré à son avantage. Un sauvetage sur la ligne et une ligne impeccable. Claudia Scherrer.

Verratti (7,5) : Même si son équipe souffre, le père de famille est là pour raconter des histoires aux arbitres. Quitte à inventer un monde merveilleux où la guerre du terrain serait un jeu où il faut collectionner les bons points et jouer à cache-cache. Chez Marco, la vie est belle. Remplacé par Thiago Motta (88e), casseur de rythme professionnel.

Pastore (9) : Dans l’Europe entière et même au-delà, César est venu, a vu, a vaincu. En Gaule et bientôt vers l’infini et l’au-delà, Javier voit tout, partout. Malgré son chef gaulois Fekir, Lugdunum l’a appris à ses dépens : c’est à Paris qu’on sert le meilleur caviar. Remplacé par Lucas (79e), qui a honoré sa réputation de poulet sans tête.

Rabiot (6,5) : Son jaune était à première vue beaucoup trop anisé et pas assez dilué. Averti par la patrouille nocturne, Adri a laissé la voiture sur le côté et s’est mis à courir pour éviter la gueule de bois. Bon réflexe.


Di María (8) : Son pied gauche ferait passer des soirées enflammées dignes d’une invitation de Quentin Tarantino au Titty Twister. La chaleur du Mexique à chaque frappe de balle, et pour les vampires, il est déjà l’acteur principal.

Draxler (7) : Pour maîtriser le cuir et manipuler la boîte séquentielle, la berline allemande possède encore de beaux jours devant elle. Remplacé par Matuidi (54e), dans sa prépa pour le marathon de Paris.

Cavani (6) : Le mauvais Matador. Celui qui peste contre l’arbitre et qui prend des cartons bêtes. Pas dans son assiette, c’était oui, puis non, puis oui, puis non. La fusion Stade Français/Racing 92.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Antoine Donnarieix, au Parc des Princes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    lundi 19 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
    Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 1 lundi 19 février 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 19 février Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 19 lundi 19 février Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 11