Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // FC Barcelone-PSG
  4. // Notes

Les notes du PSG

À l’exception d’Edinson Cavani, tous les Parisiens se sont écroulés dans le match le plus important de leur histoire.

Modififié

PSG



Trapp (0) : Une Mickaël Landreau façon Dynamo Kiev pour commencer le match et une fébrilité de tous les instants. L’Allemand en a pris six. Six. Même Areola n’a jamais rendu une telle copie.

Meunier (0) : Le Belge provoque un penalty de la tête en étant au sol. Mythique. Un match complètement raté, comme tous les copains. Tôt ou tard, la sanction tombe. Et elle fait mal. Remplacé par Krychowiak, de la CFA au Nou Camp en dix jours.

Thiago Silva (0) : On l’a jamais autant vu balancer en tribunes que ce soir. Sauf qu’il a commencé son opération dès la première minute du match. Un match qui ne va pas aider à gommer sa réputation de mental en mousse. Un brassard de capitaine, ce n’est pas seulement fait pour échanger les fanions. Presnel, reviens.

Marquinhos (0) : Même lui a fait n’importe quoi. Sur le 2-0, il se fait bouger par Iniesta, l’enfant lune. Par la suite, il n’a jamais repris le sens de son match et semblait complètement perdu. Pourtant, il affiche 5 étoiles sur FM2017.

Kurzawa (0) : Il a regardé Rafinha comme s’il sortait d’un épisode de Walking Dead, pas de trop près pour ne pas être contaminé. Pour bien défendre du coup, c’est plus compliqué. Un but du tibia droit contre son camp pour confirmer sa première mi-temps apocalyptique. Sa remise de la tête sur le 3-1 ne sauve pas son math. À la rue. Comme les autres.

Rabiot (0) : Après l’immense prestation de l’aller, le « Marquis » a montré son autre facette, son côté obscur : dilettante, trop facile, léger, maladroit. Affreux.

Verratti (0) : Même lui n’arrivait pas à se sortir du pressing espagnol. Alors quand le petit prince est dans un soir sans, ça devient compliqué. Au moins, c’est rassurant, il est humain. Un peu trop même.


Matuidi (0) : Son utilisation du ballon est toujours un phénomène scientifique à lui seul. Courir, c’est bien. Jouer au football, c’est mieux.

Lucas Moura (non notable) : Un match qui rappelle à quel point le PSG a recruté le mauvais Brésilien de sa génération. On ne tire pas sur l’ambulance quand elle a les pneus crevés, les vitres cassées, la jauge à essence vide et aucun volant. Remplacé par Di María qui trouve le moyen de tirer dans une taupe en fin de match en partant seul au but sur un contre au lieu de servir Cavani (c'est criminel ça putain !) et d’amener le coup franc du 4-1. Une entrée immonde. Ah ça, les cœurs avec les doigts, on va vite les ranger...

Cavani (7) : Le seul au niveau. Le seul à se battre. Le seul à tenter. Le seul à marquer. Le seul à trouver le poteau. Le seul qui mérite quelque chose dans cet océan de nullité. Il ne veut pas prolonger son contrat ? Il a raison. Il mérite mieux.

Draxler (0) : Complètement perdu et à l’agonie, l’Allemand n’est jamais entré dans son match et n’a pas compris ce qu’il était venu faire dans cette galère. Son remplaçant, Aurier, lui non plus. Et ça s’est vu. Le marquage sur Sergi Roberto ? Quel intérêt ?

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C1 - Huitièmes de finale
FC Barcelone - PSG (6-1)




Dans cet article


il y a 50 minutes Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 5 il y a 7 heures Bonus Coupe du Monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 2
il y a 1 heure La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 il y a 2 heures Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 3
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 5 heures Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 12 il y a 5 heures Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes Hier à 21:36 Le CSC malheureux d'Etebo 1 Hier à 19:20 Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 Hier à 18:47 Le penalty de Cueva qui s'envole 9 Hier à 16:24 Messi rate son penalty ! 18 Hier à 15:34 Finnbogason relance l'Islande ! 3 Hier à 15:22 Le premier but en Coupe du monde d'Agüero Hier à 15:15 Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 Hier à 13:38 Pogba délivre les Bleus 8 Hier à 13:28 La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 Hier à 13:12 L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 Hier à 11:46 Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien vendredi 15 juin Le but libérateur de Giménez 2
À lire ensuite
Les notes du Barça