En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Angers-PSG (0-1)

Les notes du PSG

Offensifs, les Parisiens se sont fait peur, mais remportent finalement une nouvelle Coupe de France. La troisième de suite et la onzième de leur histoire.

Modififié

Paris Saint-Germain



Areola (5,5) : « Parc des Princes - Stade de France, même combat ! Paris - Villarreal, j'suis chez moi ! J'fais des jaloux, j'fais des envieux, j'fais même des mérous à la sauce bleue ! Mon nom, c'est Areola, prénom Alphonse Représente le funky-beat made in France ! »

Vidéo

Maxwell (37) : Grâce à ce succès en Coupe de France, pour ce qui restera le dernier match de son immense carrière, Maxwell ajoute une unité à son record du monde de trophées remportés. Il en a donc désormais 37. Soit 37 de plus que Dimitri Payet.

Silva (6,5) : Aussi costaud que Wanderlei, aussi technique que Bernardo, aussi classe que David, aussi brésilien que Gilberto. Heureusement pour Paris, bien meilleur défensivement que Damien Da Silva.

Marquinhos (5) : Mis en difficulté face à la vitesse de Nicolas Pépé et les dribbles de Karl Toko-Ekambi. Un tout petit Marquis.

Aurier (4,5) : D'après lui, seul Dani Alves est meilleur que lui. Serge le Mytho.

Motta (5) : Vu le boulot qu'il a eu à faire, les Parisiens auraient pu venir sans Thiago. Hisse et ho.

Verratti (7) : Très présent sur le terrain, vole la vedette à ses intervenants et toujours le premier pour couper le sifflet de l’arbitre. Marcolivier Fogiel.

Matuidi (6,5) : Blaise a fait du Blaise : récupération du ballon, passe vers l’avant, contrôle et démarche approximatifs. Un vrai dictateur qui fait régner sa loi, calmant même les ardeurs de son « gars sûr » Serge Aurier. Matuidi Charlot.

Draxler (3,5) : Discret, Julian Draxler a passé son match à se cacher dans le short des Angevins. À coup sûr, Herbert George Wells s’est inspiré du match de l’Allemand pour son livre The Invisible Man. Remplacé par Pastore (69e), pas plus visible.

Di María (6,5) : En courant alternatif depuis le début de saison, Di María était branché sur + ce samedi soir. Accélérations, passes laser et dribbles chaloupés, l’Argentin a fait vivre un cauchemar à la défense angevine. Coupable d’un léger accrochage sur Nicolas Pépé, Di María a aussi fait voir son côté sombre. Angel et démons.

Cavani (5) : De l'envie, des occasions, mais finalement 90 minutes à broyer du noir. Thomas pas Edinson.

Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 6 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 19 il y a 8 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 31 il y a 10 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166