Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Finale
  3. // France-Portugal (0-1)

Les notes du Portugal

Auteurs d'un match moyen mais cohérent, comme souvent depuis le début du tournoi, les Portugais ont pu compter sur un Rui Patrício exceptionnel et la rentrée providentielle d'Éder, un héros inattendu.

Modififié

Portugal



Rui Patrício (8) : Un monstre. Il aura tout arrêté, dans toutes les positions. Et même lorsque son entrejambe a failli, il a pu se reposer sur sa béquille. Rui Baraka.

Les notes de la France

Cédric (5) : Un match sans histoire, pas forcément inquiété par Payet, Coman lui a fait du mal pendant 15 minutes, avant de se perdre dans des dribbles inutiles. Une Soares plutôt tranquille donc.

Pepe (7,5) : Pepe est fait de kevlar ou d’acier trempé, il est inbougeable. Et à l’image de son Euro, le défenseur aura été tout simplement monstrueux. C’est du moins ce qu’on croyait jusqu’à ce qu’il ne rencontre André-Pierre Gignac qui lui a fait subir le coup du tourniquet. Pas de quoi déstabiliser sa tête de tortue, sauvée par le poteau

Jose Fonte (5) : Bonjour, je viens changer la baignoire, José Fonte plombier. Plus compliqué quand il s’agit de relancer.

Raphael Guerreiro (7) : Quel joueur ! Une erreur de marquage sur Griezmann qui aurait pu coûter cher, mais un match impeccable en dehors de cela. Aurait même pu envoyer Mark Clattenburg à la morgue s’il avait placé ce coup franc un demi-centimètre plus bas.

João Mario (6) : La dernière fois qu’un Jean-Marie avait fait trembler la France, c’était en avril 2002. Rebelote au Stade de France ce soir. Mais cette fois-ci, il gagne.

William Carvalho (5) : Une morphologie qui n’est pas sans rappeler celle de Patrick Vieira et une orientation du jeu parfois intéressante. Le milieu du Sporting est un faux lent, mais un vrai régulateur. Ou l’inverse, c’est selon.

Renato Sanches (5) : Un coup d’épaule sur Payet d’entrée pour montrer qu’il n’était pas là par hasard. À part quelques fulgurances, le sosie de Tracy Champman s’est un peu perdu ensuite. On ne parle pas encore de révolution, mais l’avenir est prometteur. Remplacé par Éder (8), qui a démontré que l’on peut avoir la carrière de Nolan Roux et être le héros d’une finale européenne. Éder quoi…


Adrien Silva (3) : Un petit pont de tonton Pat pour commencer, une reprise de volée ratée des 20 mètres. Et une vitesse d’exécution inquiétante au moment où il avait les meilleures opportunités portugaises. Adrien est né à Saintes et ce n’est pas pour rien qu’il joue en charentaises.
Remplacé par João Moutinho, qui s'est tenu la tête alors qu'il était touché à la poitrine. La fameuse science du jeu.

Nani (4) : La jeune fille au pair a voulu prendre les choses en main une fois Ronaldo sur la touche. Nani fait ni à faire.

Cristiano Ronaldo (Gloire éternelle) : Un frisson de plaisir a parcouru le stade de France quand Payet l’a séché. En même temps qu’un grand sentiment d’inquiétude secouait Champigny, Velizy et toutes les villes en Y de la banlieue parisienne, il a récidivé jouant à « je sors je sors pas » . Et puis, il y eut les larmes, les consignes sur le bord de la touche, et encore les larmes. À croire que sa sortie a fait du bien… Mais la star tient enfin son grand trophée. Alors qu’importe, la ligne de palmarès est suffisante pour dégainer ses 74 abdos. Bravo champion. Remplacé par Ricardo Quaresma et ses lauriers sur la tempe, qui a tenté de s’illustrer sur un ciseau et dans son style purement gonzo. Un joueur plus Pornhub que TMC.



Par Raphaël Gaftarnik et Arthur Jeanne, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 62 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 dimanche 17 juin Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 dimanche 17 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
À lire ensuite
Griezmann, finalement non