Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid-FC Barcelone (2-3)

Les notes du Barça

Un Ter Stegen derrière, un Rakitić au milieu, un Messi devant. Trois joueurs-clés pour faire tomber le Real au Santiago-Bernabéu et faire rêver plus qu'un club.

Modififié

FC Barcelone



Ter Stegen (8) : Une muraille. En haut, en bas, à gauche, à droite, de la poitrine, du pied, l'Allemand a sorti tout ce qui était possible de sortir. Marc-André craint dégun.

Jordi Alba (7) : En cinquième vitesse pour aller de l'avant, en trottinette pour revenir défendre. Ce soir, Jordi l'a joué Junior, les arabesques en moins. Pas grave, il a compris que l'important, c'est les trois points et de passer le ballon à Messi.

Umtiti (5) : Alba loin devant, il a eu du mal à se positionner entre la gauche et le centre. Mais il n'a pas fait de véritable faux pas, a évité la sanction d'entrée de jeu et repart vainqueur. Emmanuel Umtiti.

Piqué (7) : Au début, il s'est dit que monter sur les frappeurs n'était pas très utile. À raison, puisque Ter Stegen sortait tout. Mais Piqué ne peut pas traverser un Clásico sans éclat. Une grosse tête sur corner ? Une frappe en position d'avant-centre ? Non, une bonne vieille embrouille verbale avec Ramos après l'expulsion du capitaine madrilène. Le Piqué qu'on aime.

Sergi Roberto (6) : Parfois, on ne le remarque même pas. D'autres fois, il faut attendre la 92e minute. Mais une patience récompensée quand sa montée traoresque se convertit en trois points dans la besace catalane. Discret, mais indispensable.

Busquets (7) : Qui a pensé que lui laisser toute la liberté d'orienter le jeu était une bonne idée ? Jamais attaqué, Busquets a pu tranquillement orienter le jeu de son équipe quand il n'était pas occupé à envoyer du retour salvateur sur Benzema. Un match normal dans la vie de Sergi.

Rakitić (8) : Une première fois, il a remarqué qu'il n'était pas assez rapide pour suivre Messi, même sans ballon dans les pieds. Alors la seconde fois, il s'est contenté de passer le ballon à son voisin et d'admirer le résultat. Et la troisième, il a décidé de tout faire tout seul. Si Luis Enrique ne lui parle plus, il va peut-être devoir s'y remettre.

Iniesta (6) : Oui, les années passent et sa présence s'efface. Mais en une éclaircie, toute nostalgie s'oublie. Une muse qui te rappelle invariablement qu'une seule passe peut suffire à te faire aimer le football.

Messi (9) : En partant souvent bas sur le terrain, il a fait de Casemiro sa chose. Et de tous ceux qui se présentaient face à lui. Et puis, deux fois, il a rappelé qu'il était humain. Quand il a saigné et quand il a manqué le cadre après une sortie moisie de Navas. Avant de s'élever à nouveau au-dessus du commun des mortels et de toiser le Santiago-Bernabéu de toute sa hauteur.

Alcácer (3) : Paco qui ? Paco Alcasper, apparemment. La MSN a encore de beaux jours devant elle, la seule ASM qui tienne est celle qui va gagner la Ligue des champions. Remplacé par Gomes (70e), resté dans le ton : transparent.

Suárez (4) : Un jour sans faim pour l'Uruguayen. Brouillon techniquement, il s'est montré en s'effaçant pour Messi. Et quand enfin il a fouetté une belle reprise de volée, Keylor Navas s'est imposé. Bon, faire briller Navas est aussi une performance dans son genre.

  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Eric Carpentier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Liga - J33
    Real Madrid-FC Barcelone (2-3)




    Dans cet article


    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
    Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier