En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Amical – France/Croatie (0-0)

Les notes des Bleus

Ok, ce n'est pas une note qui va rentrer dans la moyenne. Mais il n'empêche, c'était un devoir noté. Et tous les profs vous le diront, c'est là qu'on voit les élèves vraiment motivés.

MOTEURS DE LA CLASSE


Rami (8) : Costaud derrière, il s'est fait un devoir d'apporter un plus devant, par respect pour tous ceux qui ont payé pour venir. Après avoir frappé sur le poteau, il s'est déboîté l'épaule sur un ciseau à la dernière minute, comme ça, pour déconner. Pas sûr que ça fasse rire Rudi Garcia.


Lloris (8) : Une parade en première, une bonne sortie en fin de match et une surface aérienne qu'il a maîtrisé sans problème. Un match parfait, même si Christian Jeanpierre l'a trouvé « All Black » alors qu'il arborait un maillot noir avec des rayures grises.


Méxès (7) : Un match classique en équipe de France. Une erreur d'inattention en première mi-temps et hop, on rend une copie propre. Ce nouveau maillot lui va à merveille. Un homme de Gauthier, un vrai.


Menez (7) : Appliqué dans un premier temps, il a tenté d'amener sa vitesse et sa science de l'élimination d'un côté comme de l'autre. Après le Brésil, il a confirmé qu'il était l'une des armes les plus tranchantes de l'équipe. Le mettre dans ce match, c'était tout bénef pour lui. C'est son agent qui doit être content. Ah bon, c'est le même que Laurent Blanc ...


Réveillère (7) : Match très appliqué sur le côté droit. Il fait le boulot derrière, il propose devant. Et François Clerc, il en est où ?


ÉLÈVES ASSIDUS


Gourcuff (6) : Il a passé 4 minutes sur la pelouse. Le temps de bien tirer 4 coups de pieds arrêtés, de mettre un bon ballon à Ribéry et de faire une feinte. Peut-être son meilleur match de l'année.


Nasri (6) : Pour conduire la balle de manière sûre et faire des passes latérales, il y a du monde. Mais il n'a pas tenté grand-chose devant à part un coup franc en première. En même temps, c'est un amical...


Ribéry (6) : Sifflé lors de son entrée en jeu, il s'est tenu à carreau. Mais on a senti sur une ou deux récupérations de balles que ça pouvait redevenir un maillon fort de l'équipe. Cadeau, à la fin, il a fait une nouvelle obstruction sur le dictionnaire : « Les encouragements, ça m'a beaucoup fait du bien » .


Sakho (6) : Entré en jeu une poignée de secondes avant le coup de sifflet final. Il a donc maintenant la pression et se doit d'engranger une autre sélection rapidement. Sinon, tous ses coéquipiers vont le surnommer “Jurietti”.


Diarra (6) : Nickel à la récupération, en même temps ce n'était pas trop compliqué.


Matuidi (6) : Bon sur les interceptions, moins bon sur sa deuxième touche de balle, lors de la relance. Il ne s'est quand même pas dégonflé. Le mettre dans ce match, c'était tout bénef pour lui. C'est son agent qui doit être content. Ah bon, c'est le même que Laurent Blanc ...


PEUVENT MIEUX FAIRE


Gameiro (5) : Avant de quitter Clairefontaine, il laissera un petit mot à Blanc : « Est-ce qu'une fois je pourrai jouer quand les autres ont de l'énergie pour donner un ballon exploitable ? » . La réponse, un barbu chef de gang l'a donné il y a quelques années : « Aide toi et le ciel t'aidera » .


Malouda (5) : Super... timide. Et le problème, c'est qu'à la fin du match, il ne peut plus dire : «  Oui mais je suivais à la lettre les consignes de Domenech » .


Clichy (5) : En début de rencontre, Lizarazu s'est fait un plaisir de rappeler trois fois que Clichy avait la pression, qu'Evra était revenu. Ca n'a pas transcendé le joueur, qui n'y arrive toujours pas en équipe de France. C'est peut-être une question de niveau, tout simplement.


SUR LA MAUVAISE PENTE


Rémy (3) : Il a touché un ballon dans le match. Alors il l'a couvé. C'est con parce que c'était une occase de but, il était seul face au goal adverse.


Benzema (3) : C'est un peu dur certes, mais on attendait mieux ! Il a tout foiré. En première mi-temps, il a envoyé une balle hors du stade alors qu'il était à cinq mètres du but. En même temps, il s'en fout, en équipe de France, il n'y a pas d'Adebayor, pour lui mettre la pression.


Blanc (3) : « Aucune chance, mais aucune chance les gars. On est en train de s'annihiler toutes nos chances. C'est pas difficile... Alors ou on réagit, et on y va, parce qu'il y a une finale au bout, ou vous laissez tomber, et vous attendez qu'on jette la pièce en l'air. Il y a personne qui bouge, personne ne réagit, on a dix mecs amorphes. Vous avez peur de quoi ? Vous avez peur de qui ? Peur ? Mais vous allez perdre les gars moi je vous le dis, vous n'avez pas de souci à vous faire » . Avec ce discours dans les vestiaires, son équipe aurait gagné. Il le sait en plus.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
À lire ensuite
La Hollande y est presque