En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Séville-Liverpool (3-1)

Les notes de Séville-Liverpool

Dépassés par des Andalous qui ont mis 45 minutes à s'activer, Liverpool, plombé par Lovren et Coutinho, perd sa première finale de C3. Pour le Séville de Banega et Coke, c'est un troisième sacre d'affilée. Merci Gam'hero.

Modififié

FC Séville


Soria (6) : Avec Carriço, Rami et Krychowiak, ils ont aussi les qualités pour aller chercher l’Euroleague. Sinon, il n’a rien pu faire sur l’unique coup d’éclat de Daniel Sturridge.

Escudero (5) : Plus Nicolas que Julien au niveau du volume de jeu. Et désormais plus Julien que Nicolas au niveau du palmarès.

Carriço (6,5) : Le genre de mec pour qui la fin justifie complètement les moyens. Main dans la surface : rien à cirer. Tirage de maillot : ça lui en touche une sans faire bouger l’autre. Temporiser : un art.

Rami (6,5) : Solide et pas dégueulasse à la relance, il aurait pu mettre le doute dans la tête de Deschamps, mais il a préféré se blesser en fin de match et laisser sa place à Kolodziejczak (77e).

Mariano (7) : Défense propre et toujours debout, petit pont sur Moreno, passe décisive pour Gameiro. C’est certain : passer de Poko à Banega, ça change un homme.

N'Zonzi (7) : On a longtemps cru qu’il parlait de Zazie, mais en fait, Johnny Hallyday était juste en avance sur son temps. Un très grand match pour lui.

Vidéo

Krychowiak (6,5) : Bordeaux, Reims, Séville et puis double champion d’Europe sans trop forcer son talent, en étant là où il le faut, quand il le faut, à la force du cerveau. La folie des glandeurs.

Vitolo (7,5) : C’est à la fois le mec insupportable à affronter, il protège la balle avec son boule comme personne, il met des petits ponts sur commande et aère le jeu quand il le faut, mais aussi le mec essentiel à avoir dans son équipe. ReVITOLisez-vous !

Banega (8,5) : La preuve que le syndrome de Peter Pan peut aussi être une qualité. Innocence, petits ponts, crochets ravageurs, reins cassés, passes insensées... Bienvenue à Everland !

Coke (2 et puis 7) : Tout l’inverse en première période, un Xanax. Et puis, ça a fini par monter à l’heure de jeu. Un doublé quand même pour lui.

Gameiro (7) : A subi une lourde koloscopie en première période, avant de se relever et de relancer les siens dès le retour des vestiaires. Comme quoi, un super Gameiro a aussi ses soucis de santé. Remplacé par Iborra (89e) bora, pour le souvenir.

Liverpool


Mignolet (4) : Même s’il a un sourire niais et une allure maladroite, Simon n’a rien d’un Mignon. Pas là pour rigoler, le portier s’est montré sérieux. Pas suffisant, vu qu’il en a pris trois dans les dents. Forcément, les supporters espagnols l’ont chambré. Mign’Olé.

Clyne (7,5) : « Moi, lorsque j'ai connu Clyne, autrefois / C'était un gars loyal, honnête et droit / Il faut croire que c'est la so-cié-té / Qui m'a dé-fi-ni-tiv'-ment a-bi-mé. » S’il n’a pas encore de Bonnie, le latéral des Reds a tout d’un bandit. À qui a-t-il volé ses jambes pour avoir une telle activité ?

Lovren (3,5) : Heu… le défenseur aurait pu attendre avant de poster sa vidéo égocentrique de ses meilleures actions destinées à son sélectionneur qui ne l’a pas appelé pour l’Euro. Parce que si ce dernier souhaite lui expliquer son absence dans la liste, il n’a qu’à lui envoyer l'enregistrement de ces 90 minutes. On n’y verra que des dégagements de bourrin, des semelles, du retard dans le marquage et un petit pont.

Touré (5) : Injouable dans les airs, Kolo a commencé par manger Gameiro. Il a finalement été trop gourmand, puisqu'il a eu du mal à se bouger par la suite. Du coup, on ne sait toujours pas si c’était une bonne idée de donner des combines à Mamadou pour lui choper sa place de titulaire. Est sorti au profit du pestiféré Benteke.


Moreno (3 pour la défense + 1 pour l’attaque = 4) : Jacob Levy tapait dans le ballon tout en exerçant ses talents de médecin. Roland a inventé la carte à puce et bossait en même temps sur ses publications. Daniel pédale et communique avec les membres de son équipe pendant ses courses. Alberto, lui, a bien du mal à faire deux choses à la fois. Surtout s’il s’agit de bien défendre et d’attaquer efficacement durant 90 minutes. On lui pardonne de ne pas soutenir la comparaison avec Clyne. En revanche, ce petit pont sur le but de Gameiro…

Can (5) : Revenir de blessure pour les gros matchs de fin d’année en défiant tous les pronostics ? Yes, he can. Reprendre son statut de patron du milieu au bout de quelques rencontres ? Yes, he can. Remporter une coupe européenne ? Faut pas déconner. Encore un qui n’a pas tenu ses promesses.

Milner (6) : On l’oublie souvent, mais James, arrivé libre de City, est une des très belles affaires du dernier mercato. Il l’a encore montré ce soir. Un peu comme cette demoiselle, piquée à une de tes connaissances que tu ne peux pas blairer : moche aux premiers abords, étonnante au fil de la conversation et surprenante une fois que la lumière est éteinte. Un bon coup qui sait prendre les initiatives. Mais qui ne t’emmènera pas non plus jusqu'au mariage.

Lallana (4,5) : A fait le taf avec envie, sans plus. On préfère quand même le Lallana d’avant-Klopp. Celui qui était sur le banc avec Balotelli et qui nous faisait marrer. A laissé sa place à Allen, quelconque.

Vidéo

Firmino (4,5) : «  Ce que nous pouvons apprendre de la situation de Roberto, c’est de ne pas juger trop vite une nouvelle recrue. Laissons-leur du temps.  » Même si ça coûte une C3, Jürgen ? Remplacé par Origi, auteur d’un superbe coup de coude.

Coutinho (2 : comme le nombre de ses gestes) : Pour être beau, le football n’a pas besoin de durer 90 minutes. Le Brésilien l’a compris : une prise de balle qui finit en passe décisive et un contrôle de la poitrine sur un missile envoyé par un de ses collègues, ça suffit pour l’esthétisme. Pas pour gagner, en revanche.

Sturridge (6) : Oui, il peut être l’auteur d’exploits personnels magnifiques. Mais ça ne suffira pas pour être titulaire à l’Euro. Car Kane, Vardy ou Rooney savent faire triompher leur équipe, eux.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
il y a 8 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 46 il y a 9 heures Dupraz quitte le TFC 125 il y a 10 heures Robinho en route vers Sivasspor 57 il y a 13 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7