Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Monaco (0-2)

Les notes de Paris - Monaco

Un match de Brésiliens. Ceux de Monaco, Vágner Love et Fabinho en tête ont fait éclater celui du PSG, David Luiz. Toujours plus facile de braquer des vacanciers.

Modififié

Paris Saint-Germain


Kevin Trapp (5) : Il n'a pas grand-chose à faire, trimbale sa belle gueule et son physique avantageux, se retrouve à poil sur les deux buts, il est payé et filmé pour ça, et son cas continuera de déchaîner les passions sur Internet. Kim Trappashian dans toute sa splendeur.

Maxwell (5,5) : Tranquillement accoudé au bar au fond à gauche de la boîte, Maxwell avait une vue parfaite sur les deux filles juste devant lui. La bombe, Ángel Di María, et sa copine moche, Edinson Cavani.

Thiago Silva (5) : Dans le couple bon flic/méchant flic qu'il formait ce soir avec David Luiz, Silva était le gentil. Celui qui arrive à canaliser son collègue pendant les deux tiers du film, avant que ce dernier ne fasse sa bavure.

David Luiz (4) : Du vice, des bonnes interventions, de la nonchalance, du coup de coude et surtout un penalty pour sa poire en tentant un petit pont de cour de récré dans la surface. Manque de bol, c'est lui qui s'est fait massacrer.

Marquinhos (6,5) : Le jour où les centristes de l'UDI se déchiraient à leur congrès, Marquinhos a montré ce que le terme « centre conquérant » voulait dire. Presque toutes ses livraisons étaient millimétrées, un vrai sniper. Lee Marquinhoswald.

Thiago Motta (6) : « Motta, Motta, Motta, il a fait pleurer mes lauds-sa » - Gradur featuring Leonardo Jardim. Remplacé par Benjamin Stambouli, qui passait seulement dire bonjour.

Vidéo

Adrien Rabiot (6,5) : Il est ambitieux, voire même carrément arriviste. Il fait des caprices dès qu'il en a l'occasion et a un comportement parfois inadapté. Mais sa gueule d'ange et son talent font qu'il finit par séduire, et par réussir à se faire une place tout en haut. Un Bel Ami des temps modernes. Remplacé par Blaise Matuidi, forcément moins romanesque.

Ángel Di María (7,5) : Le maestro a rendu une feuille de stats à la Steph Curry, en offrant les arabesques et la grâce qui vont avec. Pour du vent. Mais de toute façon, le 24V/5N/2D du PSG à sept journées de la fin, ça correspond grosso modo au 62V/7D des Warriors actuellement, non ?
Changé pour Jean-Kévin Augustin, Shaun Livingston pour les 10 dernières minutes.

Lucas (7,5) : En se baladant en T-max dans les rues de Paris, Mamadou Sakho croisera peut être Lucas un jour. Mais ce coup-là, pas de vidéo « regardez qui je croise ! Lulu ! Lulu ! Mon gars soin ! » Lucas l'aura déjà semé en une accélération/coup de rein/slalom.

Edinson Cavani (2,5) : Le couloir de gauche est réservé à ceux qui roulent comme des cochons. Accélérations pas contrôlées, changement de voie sans prévenir personne, pas de coup d'œil dans les angles morts, et le tout en grognant. Ce soir, Cavani a encore perdu tous les points sur son permis.

Zlatan Ibrahimović (3,5) : Zlatan a joué un peu au milieu de terrain. Puis en défense quand ça le chantait. Avant de se souvenir des termes de son contrat et d'aller faire quelques tours en attaque, en envoyant toutes ses passes et ses frappes dans le vent. Mais le Z s'en fiche. S'il était sur le terrain ce soir, c'était uniquement pour se marrer en regardant Okocha faire le pitre au coup d'envoi.

AS Monaco


Subašić (6) : Au moins, on a compris pourquoi il avait choisi d'être gardien. Très costaud sur sa ligne, il a été beaucoup moins à son aise dans le jeu au pied.

Fabinho (7,5) : Petit Fabien n'a pas vraiment le physique d'un latéral brésilien. Ce soir, il a rappelé d'où il venait. Centres impeccables, activité offensive incessante, dribbles, obtention de penalty, panenka... Fabinho do Brasil.

Jemerson (5) : La première fois, c'est toujours difficile. On essaie de tenir le plus longtemps et de ne surtout pas faire de bêtise. Il peut être fier de lui. Il a tenu 90 minutes et n'a commis aucune erreur. Pas facile quand on est le fils d'Issam Jemâa et d'Emerson.

Carvalho (6,5) : Le plus solide des dix défenseurs monégasques. C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures, non ?

Raggi (5) : Il ressemblerait à Monsieur Propre s'il n'avait pas cette petite barbiche dégueulasse entre le menton et la lèvre inférieure. Et s'il ne défendait pas comme un sagouin.

Echiejile (5) : Jamais aussi bon que lorsqu'on ne se rend pas compte qu'il joue, Elderson. Oui, oui, Elderson, c'est son prénom.

Toulalan (7) : Ce soir, les Monégasques avaient Toulalan nécessaire pour réaliser l'exploit de battre le PSG au Parc des Princes. Indispensable.

Bakayoko (5) : Un malabar bi-goût. D'abord pour sa coupe de cheveux. Ensuite pour sa capacité à être très fort dans un domaine, et tout nul dans l'autre. La frappe fait partie de la deuxième catégorie.

Lemar (6,5) : S'il y a une justice dans ce monde, ne le laissez pas partir en Premier League l'année prochaine.

Mbappe (6) : Kylian a ringardisé le Kevin en matière de prénom difficile à assumer. Pas encore au niveau de De Bruyne, mais déjà au-dessus de Monnet-Paquet.

Vágner Love (3, puis 7) : A touché à peu près autant de ballons que Jay-Jay Okocha. Suffisant pour transformer l'amour de centre de Lemar en beau petit bébé. One love.

Par Kevin Charnay et Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 49 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 mercredi 20 juin La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain