En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Paris SG (-)

Les notes de Nice

Rassurée par Cardinale, emmenée par Séri et récompensée par Balotelli, l'équipe niçoise a grandement mérité sa victoire face à Paris (3-1). Bulletin de notes.

Modififié

Nice




Cardinale (8) : Il n'a pas de cou, mais il a des couilles. Si le cardinal de Richelieu a créé l'Académie française, Yoan n'est pas académique dans les airs. En revanche, dans les textes français comme sur la pelouse de l'Allianz Rivera, on est impeccables sur les lignes.

Souquet (7) : Outsider made in France, il a été frondeur face à la gauche parisienne. Arnaud Montebourg.

Dante (6,5) : Parce qu'il faut toujours une caution souriante et sympathique dans une équipe capable de mettre les bons coups quand il faut dans les grands matchs. Toujours propre techniquement, toujours bon à la relance, toujours trop timide dans les duels.

Baysse (7,5) : Paris a eu une Baysse de moral pendant que Paul Baysse des mères. Impeccable tout au long du match, celui que trop de coachs voulaient faire jouer arrière droit a été pris à défaut à une seule reprise : sur un coup de tête de Motta. Un coup de tête à Brandão et la boucle est bouclée.

Dalbert (7) : Après ce match, c'est officiel, le bobeur monégasque lui laisse officiellement le titre de prince Dalbert.

Séri (7,5) : Quand le jeu niçois est Séripositif, les défenses immunitaires adverses sont KO. Impeccable à la passe comme à la récupération, l'Ivoirien a marché sur le milieu parisien.

Koziello (7) : Un pourcentage de passes réussies digne du pourcentage de Steve Nash aux lancers francs, l'activité de Gary Payton en défense et les passes de Stockton. Un meneur vintage. Remplacé par Obbadi, pour la prime de match.


Pereira (7) : Le repositionnement à droite le plus réussi du week-end après Nicolas Dupont-Aignan.

Belhanda (7,5) : Contrôle technique, transmissions, accélérateur. Bienvenue chez Midas ? Non, chez Belhanda.

Eysseric (6,5) : A connu des jours meilleurs. Remplacé par Donis qui a su surfer sur la plus grosse vague positive niçoise de tous les temps. Brice Donis.

Balotelli (6,5) : Du Balotelli de A à Z. Un but magnifique, des ballons perdus, quelques gestes de classe et un pétage de plomb créé chez l'adversaire. Remplacé par Le Bihan, plus décisif dans 3-1 que dans Trois zéros.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 7 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 19 il y a 9 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 31 il y a 11 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166