Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Monaco (1-1)
  4. // Notes

Les notes de Monaco

Jardim sûr de son plan guidé par une doublette Silva-Lemar au rendez-vous, Glik patron et videur autoritaire, et un sérieux comme prévu. L'AS Monaco a arraché un nul logique au Parc et reprend la tête. Bulletin.

Modififié

AS Monaco



Subašić (6) : Décisif avant et après la pause, capable de sortir les muscles pour rassurer ses potes, expérimenté pour gérer les secousses et finalement couché seulement sur un penalty. Le boulon indispensable à la machine. Danijel Narcisse.

Sidibé (6) : Remuant sur son côté face à un Kurzawa secoué, il a cumulé les grosses montées et les replis rassurants. La droite forte, celle qui peut continuer d'en agacer certains, mais qui n'a pas peur de bousculer les codes, mais aussi les hommes, comme sur ce penalty concédé qui salope sa copie.

Glik (7) : Un couteau entre les dents, une gueule cassée, des chiquettes à sa poupée uruguayenne entre les temps morts, le colosse polonais a commencé par laisser des micro-espaces à ses victimes avant de resserrer ses lames. Au point de lâcher un contrôle de la poitrine et d'assurer la couverture de son padawan brésilien. Ain't nobody fresher than my muh'fuckin Glik.

Jemerson (5) : Moins en vue que son pote polonais, le Blackenbauer a rassuré au moment où il le fallait après une première période trop tendre. Il s'est aussi fait salir par Di María et Meunier dans le second acte. Un verre bouchonné.

Mendy (5,5) : Un match digne d'un coup d'un soir, offensif comme il faut, mais jamais vraiment rassurant. Résultat, la copie de Ben' a alterné entre des centres dangereux et des retours défensifs pas toujours assurés. Le gars du fond de la classe, sérieux, sans plus.

Fabinho (6,5) : Autoritaire dans l'impact, indispensable dans la relance et la construction, le parfait CV du bon videur. Le caillou de Campinas a encore traversé ce choc comme un patron, tout en obligeant Trapp à agiter sa mèche en début de match. Colonel Fabien.

Bakayoko (6) : Une grosse infiltration pour commencer la soirée, un amour du rythme, un volume élevé et toujours une raison pour gueuler un bon coup. Tiémoué, c'est un peu ce pote festivalier qui ne te déçoit jamais et qui t'ambiance toujours. Et on l'aime pour ça, surtout quand il n'a pas peur de tenter sa chance. Remplacé par Mbappé (89e), proche de saccager le Parc.

Bernardo Silva (7,5) : Un cocktail qui fait mal au crâne entre la folie nécessaire et un côté chien fou attachant. Le petit prince a rendu une copie forcément intéressante, défensivement indispensable, offensivement prêt à se jeter dans la foule au point d'égaliser dans le temps additionnel. Ou comment passer d'une humiliation allemande subie à un tour de Brésilien réussi. Tonton Leonardo peut être fier.

Lemar (7) : Le joueur du peuple, ouvert et disponible, rassurant et excitant. La gauche française a un bel avenir devant elle et Lemar y est pour beaucoup, se baladant entre les lignes, jouant avec les contrôleurs placés dans les bois et utilisant même la tête de Frank Schneider pour réussir ses numéros. Une révolution en marche. Remplacé par Carrillo (83e), pas vu.

Falcao (5,5) : Une soirée à se faire barbouiller, entre la tête dans l'herbe et les coups dans les côtes. Le tigre colombien s'est battu du début à la fin, a longtemps mordu la première relance parisienne, puis s'est doucement éteint après une grosse cartouche grillée au retour des vestiaires. La vie d'un neuf entre deux commandants brésiliens.

Germain (4,5) : Comme prévu, l'homme normal a souffert dans un rôle ingrat. Matraqué par les uns, oublié par les autres, une nuit sans briller, mais comment lui en vouloir ? Compréhensif, Jardim l'a remplacé par Moutinho (75e), trentenaire à vendre qui fait de la résistance et qui a croqué une belle balle d'égalisation.

Par Maxime Brigand, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ligue 1 - J22
PSG-Monaco (1-1)




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall