En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // OM/Lille (2-0)

Les notes de Marseille/Lille

Il n’y a peut-être pas eu cinq buts dans ce match mais l’appellation « sommet de Ligue 1 » n’était pas usurpée. Le niveau technique était au rendez-vous. Presque dans tous les crampons.

Modififié
Brandao (10) : Acclamé dès son entrée en jeu, le Brésilien a fait une « Lucho » : il n’a jamais été aussi dangereux que lorsqu’il a laissé passer la balle pour un coéquipier. En fin de match, il gâche une contre-attaque dans les grandes largeurs, mais le stade l’encourage quand même. Son cas pourrait faire jurisprudence auprès de tous les attaquants pris en grippe par leur public. Au grand dam de la gente féminine.

Rémy (8) : Perfectionniste, il s’en voulait à la mi-temps d’avoir gâché une bonne occase face à Landreau. En seconde, il marque à bout portant d’abord, n’ayant quasiment pour seul mérite que de résister au marquage de Bonnart, tant le service de Valbuena était parfait. Et derrière, il double la mise de fort belle manière. « Je mets un crochet à Landreau, il tombe, je peux tirer de suite mais j’aime bien le suspense…  » . Va pour le ballon qui franchit lentement la ligne pour que chaque spectateur puisse bien savourer.

Valbuena (8) : Positionné milieu gauche, il n’en reste pas moins le joueur qui marche sur le plus sur l’eau dans son équipe. Vu la dynamique du club en ce moment, ce n’est pas rien. Son travail défensif par contre laisse à désirer, il simule même quand il tacle.

Amalfitano (8) : Plus les espaces sont restreints, plus les adversaires qui l’entourent sont nombreux, plus il prend du plaisir à protéger son ballon et à trouver un chemin sinueux pour s’en sortir. Benoît, Florent et Aurélien ont voulu s’inscrire à la désormais longue liste de ceux qui veulent lui faire les croisés en Ligue 1.

Mandanda (8) : Le forfait sans-faute qui contient des interventions sûres sur coups de pieds arrêtés, et un arrêt décisif dans un face-à-face qui aurait pu changer la physionomie du match : il le propose ça, Xavier Niel ?

Azpilicueta (7) : Impeccable derrière, l’Espagnol monte beaucoup et ne se contente pas de longer la ligne de touche. Il propose à chaque fois une solution intéressante pour Amalfitano et montre que, lorsqu’il reçoit le cuir, c’est pour en faire quelque chose de bien. Et dire qu’à son arrivée en France, il se faisait bouffer par Anthony Modeste

Hazard (7) : Toute la défense adverse avait beau l’avoir à l’œil, il a gratifié l’assistance de deux trois perles, notamment un petit pont à Lucho. Et en une action, il a encore fait frissonner le Vélodrome. Mais à la fin, il a tiré sur Mandanda.

M’Bia (7) : Il n’a pas gagné tous ses duels avec Jelen alors que bon, normalement, il n’y a pas photo. Mais bon, sur son Facebook, il a posté un « On a rien laissé au Hazard  » . Rien que pour ça …

Chedjou (6) : Très costaud derrière. Et dire qu’avec une qualif du Cameroun, ce match se faisait sans lui, sans N’Koulou et sans Mbia.

Mavuba (6) : Il ne renonce jamais et confirme l’adage : «  On ne peut vraiment croire que l’on va marquer contre Lille que lorsque Rio est hors-circuit » .

Balmont (6) : Il a prouvé à Alou Diarra qu’on pouvait être intransigeant derrière ET que l’on pouvait participer avec brio aux mouvements offensifs de son équipe.

N’Koulou (6) : On ne peut pas dire qu’Eden Hazard lui faisait pas peur. Mais on ne peut pas dire que le Camerounais a pris le bouillon.

Diarra (6) : De nouveau en confiance, il lâche ses grands compas par derrière pour chiper des ballons à Cole et Hazard. Ca a beau être très près de la surface, l’arbitre ne bronche pas. Dans le taff offensif, par contre, il se contente de faire tourner.

Landreau (6) : Félin en première période, il a raté sa sortie sur le deuxième but.

Cheyrou (6) : Après son but contre le Red Star, on pensait qu’il s’était réconcilié avec les reprises de volée. Las, il s’est rendu coupable d’un gros raté en début de match, comme contre Bordeaux. Et quand il s’est repris, c’était trop tard, Landreau avait démarré son match.


Lucho (5,5) : Comme à Caen, il a été très utile dans le travail défensif. Un chien qui ne lâche pas le pantalon, c’est bien. Petit plus, il propose des appels plein axe, un vrai travail d’avant-centre. C’est mieux. Par contre, quand il reçoit la balle, il est lent, mais alors lent …

Bonnart (5) : En difficulté pour son retour au Vélodrome. Ils ne sont plus trop nombreux, à dire que c’était une connerie de prendre Azpi à sa place.

Joe Cole (5) : Sur un tir contré malencontreusement par Jelen, il a manqué de s’en prendre au Polonais, ce qui était assez facile. En attendant, lui, il n’a rien fait derrière.

Rozenhal (5) : Sur une action, il a voulu faire le coup du mec qui se saisit du ballon avec les mains quand il tombe pour forcer l’arbitre à siffler faute. Qu’il s’estime heureux de pas avoir pris un carton au passage.

Souaré (5) : «  C’est déjà difficile de venir à Marseille. Avec la moitié de l’équipe en moins c’est encore plus dur » . C’est pas méchant, mais cette phrase de Rudi Garcia, elle s’adresse aux joueurs qui n’ont pas fait oublier les titulaires. Donc à Souaré.

Pedretti (4) : Comme à chaque fois qu’il joue face à son ancienne équipe, Pedretti a couru pour casser du Marseillais. Mais cette fois-ci, il n’a rien fait d’autre.

Jelen (4) : La preuve qu’on peut se faire arnaquer même avec un joueur gratuit.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 7 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 7 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9