En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Manchester City-PSG (1-0)

Les notes de Manchester City

De Bruyne, au-dessus du lot ce soir, a fait parler sa classe. Hart, Fernando et Fernandinho ont également fait leur match et emmené City en demi-finales.

Modififié

Manchester City


Hart (7) : Il a sorti les deux coups francs de Zlatan, la tête de Thiago Silva et le duel face à Cavani. Il permet donc à City de continuer l’aventure. Their Hart will go on.

Clichy (6) : Défendre face à Van der Wiel, c’est un peu comme si Tiger Woods se mettait au mini-golf. C’est bon pour la confiance, même s’il a réussi à se faire feinter deux fois par le Batave, mais au final, ça en devient presque chiant.

Mangala (5) : Agressif quand on touche à sa surface. Pas dégueulasse dans les airs et dans sa défense. Mais catastrophique avec ses pieds. Un joueur Oscar Pistorius.

Otamendi (5,5) : Un look de punk à chien et un jeu de punk à chien. C’est-à-dire qu’il dégage tout ce qui passe devant lui et ne s’emmerde pas avec le ballon. Mais City n’a pas pris de but ce soir, et c’est en partie grâce à sa politique du « zéro risque derrière » .

Sagna (5,5) : Le paradoxe, c’est qu’il affiche à la fois la fébrilité et l’assurance d’un mec bourré. Timide devant, plutôt présent derrière. Bacardi Sagna.

Fernandinho (7) : Devant, derrière, à l’origine du centre, et à la retombée, à l’entrée du stade pour contrôler les billets, dans les tribunes au micro, il paraît qu’il est encore dans le bus parisien pour leur foutre la pression. Fernandinho partout, justice nulle part.

Fernando (7) : Le mec a encore certainement un bout de cheville de Di María sous les crampons. À l’image de son collègue du milieu, il a imposé sa loi sur le milieu. Fernand belle.

Silva (6,5) : Un gaucher qui préfère se balader au centre, à droite, qui prend beaucoup d’initiative, un peu trop parfois, mais qui ne reste finalement qu’une menace. Emmanuel Macron.

De Bruyne (7,5) : Il maîtrise l’espace et le temps comme personne d’autre. Preuve en est avec ce délice de passe pour Silva à la demi-heure de jeu et cette petite frappe enroulée qui termine dans les filets de Trapp. Comme quoi, on peut s’appeler Kevin, être roux et réussir sa vie.

Navas (4,5) : Le dernier footballeur à porter fièrement le bouc a une capacité d’accélération hors du commun. Mais ce soir, ça n’a jamais abouti. Jésus crisse beaucoup pour rien.

Agüero (4,5) : Il s’est créé un penalty tout seul, l’a raté, est monté sur Rabiot, est mal retombé, s'est fait mal et puis s’est fait discret le restant du match. Le fameux Kun de la panne.

Pellegrini (6) : Face à la fougue de Blanc, on a eu le droit au classicisme de Pellegrini. Un 4-2-3-1 bien défensif, bien compact, avec un duo de boucher à la récupération. Manuel n'a même pas cherché à faire de changements avant la 83e, puisque son équipe tenait plutôt bien le score jusque-là. Bref, un match bien géré, sans artifice par Pellegrini.



Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ligue des Champions : Paris out !




Dans cet article


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40