En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Séville (0-0)

Les notes de Lyon-Séville

Malgré un bon Valbuena et un milieu performant, les Lyonnais n'ont pas fait assez pour renverser la situation. En grande partie à cause de Nasri et de N'Zonzi. Rami, l'autre Français de Séville, a coulé. Sans conséquence.

Modififié

Olympique lyonnais


Lopes (5,5) : La preuve qu’un gardien peut faire le taf tout en étant sourd. Enfin, seulement si l'arbitre est aveugle et ne voit donc pas de péno.

Rafael (5,5) : « J’ai déjà vu des situations très chaudes, des Brésil-Argentine, des tensions, mais là, Anthony a été touché, c’est grave » , disait-il le week-end dernier. Mec, on préférerait que tu montres sur le terrain pourquoi tu es brésilien.

Yanga-Mbiwa (5) : Ses deux pieds sont comme ses deux noms : on a l’impression qu’ils ne vont pas ensemble, mais on s’habitue, finalement. Et ça ne nous choque plus.

Diakhaby (5,5) : Assez doué techniquement et puissant. Efficace même s'il n'est pas agréable à voir jouer. Mais ne rêvez pas : Baby n'a pas bougé du corps de Pape Diakhaté, il l’a juste fait évoluer.

Morel (5,5) : Visiblement, Génésio n’est pas très bon en maths et n’avait pas pigé qu’il fallait gagner par deux buts d’écart pour passer.

Gonalons (6,5) : A ratissé tout le terrain pour y croire jusqu'au bout. Maxime Gonalons, en large et en travers.

Tolisso (6,5) : Pas de bol pour Naples, le milieu a encore pris 5 millions ce soir. Pas de bol pour Lyon, sa tête a heurté la barre. Corentin Toliss’haut. Remplacé par Grenier : poussiéreux.

Darder (5,5) : Mouais. Pas franchement au niveau LDC. Pas sûr qu’on le revoie en C1, d'ailleurs. La der des Dar’ ? Suppléé par Cornet, sans saveur.

Ghezzal (4,5) : « Je suis toujours le chouchou du président !  » Bah plus pour longtemps, mon pote. Sauf si tu pars pour quatre millions en Angleterre. Mais vite. A laissé sa place à Fekir, qui a perdu un entre-deux. Et ça, c'est impardonnable.

Valbuena (6,5) : Des jambes et du mouvement, du gâchis dans le dernier geste et rien de décisif. Sauf sur un retour défensif. L'anti-Valbuena des grandes occasions, quoi. Dommage.

Lacazette (6) : Vu qu'il n’y avait pas de péno à frapper, il n'a pas paru effrayé. L'attaquant a même ridiculisé Rami. Plus facile que de marquer un but, en même temps.



Séville


Rico (7) : Rafraîchissant au début, goûtu au milieu. Et même écœurant sur la fin avec son fabuleux gain de temps. Sergio Ricola.

Mariano (6) : Voila ce qu'on appelle une vraie surprise à droite. Et ce n’est pas parce qu’il ne s’invite pas aux primaires regroupant les « meilleurs » éléments du groupe qu’il ne comptera pas à l’avenir. Même s'il doit utiliser des moyens illicites. Plus Laurent Wauquiez que Xavier Bertrand.

Rami (3) : On était au courant que son exemple s’appelait Frank Lebœuf. En revanche, on savait moins qu’il s’agissait du Lebœuf de Marseille. Lent et mauvais au duel, quoi. Oui, c'est le seul homme de Séville qui fait partie du groupe France actuellement. Bah quoi ?

Pareja (5,5) : Le saviez-vous ? Pareja signifie « couple » en espagnol. Un peu plus utile que cette info.


Mercado (6,5) : En forme, quoi qu’un peu endormi au départ. Content d’être là et prêt à tout bouffer. Le Mercado de Noël.

Escudero (5) : Le saviez-vous ? Leny Escudero a soutenu Ségolène Royal pour l'élection présidentielle de 2007. Sergio Escudero, lui, c’est tout l’inverse : il n’est pote qu’avec les winners.

Iborra (5) : Le saviez-vous ? Monique Iborra est députée de la sixième circonscription de Haute-Garonne et a été suspendue vingt-quatre mois du Parti socialiste. Vicente Iborra, lui, s’en tape : il va à gauche, à droite et même au centre. Sans se faire pincer pour son mauvais comportement.

N'Zonzi (7,5) : Après Antoine Griezmann, Steven N’Zonzi. Pourvu qu’il fasse autant de bien à la France qu'il fait de mal aux clubs français.

Sarabia (4) : S’est emmêlé les pinceaux et a fait quelques mauvais choix. Du coup, on n’a jamais trop su ce qu’il voulait faire. Pablo Charabia. Sorti pour Ben Yedder, qui a eu peur de Mapou. Puis de Morel. Qui en est encore au niveau Ligue 1, en somme.

Nasri (6,5) : Visiblement, le bizutage de Valbuena n’est pas terminé. Samir l’a encore fait pleurer ce soir en l'éliminant de manière cruelle. Il n'existe qu'un seul petit Prince. S'est éteint et a laissé Kranevitter, moins sexy, conserver le score.

Vitolo (6) : S'est énormément battu, sans trouvé la faille. 90 minutes d'effort et Victor Vitolit.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 101
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    samedi 13 janvier Landon Donovan sort de sa retraite et signe au Mexique 21