Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Séville-Lyon (1-0)

Les notes de Lyon - Séville

Sur la seule erreur d’Anthony Lopes, Ben Yedder a offert trois points au FC Séville, dans une soirée marquée par la justesse de Nasri, l’activité de N’Zonzi, et le retour en forme confirmé de Nabil Fekir.

Modififié

Olympique lyonnais



Lopes (5) : Il a brillé en première période, réalisant un arrêt décisif sur son premier face-à-face avec Vietto. Mais en seconde, il manque sa sortie lors du but sévillan. Dommage, car le champion d’Europe tenait la baraque jusque-là. Oui oui, il est champion d'Europe.

Yanga-Mbiwa (3) : Brouillon comme souvent. À la limite en première période, il peut pourtant se targuer de belles récupérations. Mais son manque de maîtrise et ses fautes grossières ne pardonnent pas. Sur le but de Ben Yedder, il partage les torts avec Gaspar, laissant Vietto libre de tout marquage. Remplacé à la 70e par Valbuena. Une bonne entrée, de l’envie, mais pas décisif.

Nkoulou (4) : À l’image de son équipe, l’ancien Marseillais réalise un match assez médiocre. En fait, Mapou Yanga-Mbiwa attire tellement l’attention qu’il est presque passé inaperçu.

Morel (4) : Une première période difficile. Lorsqu’il est pressé, le Réunionnais est maladroit dans sa relance. En seconde et alors que son équipe est menée, il évite, grâce à son placement et son expérience, que sa défense ne prenne l’eau.

Gaspar (3) : Pour sa première en Ligue des champions, il a tenté de guider son arche vers des flots tranquilles, mais s'est complètement noyé. Gaspar Noé.

Gonalons (5) : Pour son cinquantième match de Coupe d'Europe, le capitaine livre une prestation honnête. Grâce à sa présence, le milieu de terrain lyonnais a retrouvé du muscle et un peu de sérénité. Gonalons, en large, et en travers.

Tolisso (5,5) : Il paraît qu'à la fin du match, Geoffrey Jourdren est venu le voir pour lui dire : « Montre ta frappe sur la barre, vas-y montre-la aux caméras. »

Darder (6) Quand on maîtrise le ballon, tout est plus facile. Darder s’est montré à son avantage dans l’entrejeu. S’il a manqué un peu d’impact physique, il est monté progressivement en puissance. Toutefois, on aimerait le voir prendre davantage ses responsabilités.

Rybus (4) : Quand on voit le but qu'a claqué Glik en fin de match face à Leverkusen et la prestation de Rybus face à Séville, on se dit que l'OL n'a clairement pas misé sur le bon Polonais cet été.

Fekir (6,5) : Il retrouve son niveau, mais manque encore de rythme. Provocations, vivacité, explosivité, protection de balle, il ne lui manque qu’un but. Il touche la barre à la 11e. Remplacé à la 70e par Kalulu, un peu tendre pour la C1.

Cornet (5) : Exquis et alléchant en début de match, il a, par la suite, commencé à dégouliner et à coller sur les doigts. Une glace en Cornet.


FC Séville



Sergio Rico (7) : Lopetegui l’a laissé à la maison lors de sa première liste pour la Roja. Depuis, Sergio tente de lui montrer qu’il a eu tort. Deux parades énormes devant Cornet et Tolisso, un peu de chance avec la barre transversale et des relances souvent efficaces.

Sergio Escudero (6) : En ce début de saison, Trémoulinas squatte l’infirmerie et on a peu l’occasion d’apercevoir Kolodziejczak sur une pelouse. Le sosie d’Adrian Brody y est pour quelque chose.

Pareja (3) : En avril 2015, Pareja s’est rompu les ligaments croisés. Nabil Fekir a connu cette terrible blessure en septembre de la même année. Mais l’international français a décidé de ne pas être solidaire ce soir, et de briser les reins du défenseur argentin pendant toute la soirée. Le tout petit Nicolas.

Mercado (5) : Une mâchoire de rottweiler, des tacles qui rappellent qu’il a longtemps joué encore en Amérique du Sud, et un match passé à rattraper les conneries de son compère argentin en défense centrale. Le Bon Mercado. Remplacé par Kolodziejczak (87e). Sans copier-coller.

Mariano (5) : Malgré des allers-retours en deuxième mi-temps (avec le souffle de Sampaoli sur son cou, il vaut mieux multiplier les efforts), l’ancien Bordelais a raté la majorité de ses centres. Sinon, il a rarement été mis en difficulté en défense. Bien derrière, moche devant, comme ta première copine.

N’Zonzi (8) : Le soir où son mentor, Sam Allardyce, coulait, N’Zonzi jouait devant les yeux du monde entier une partition parfaite. Une ouverture délicieuse qui amène le but sévillan, un pressing étouffant sur les milieux de terrain lyonnais, bref un match de patron. N'Zonzi a montré qu'on pouvait s'appeler Steven et briller dans un autre domaine que la télé-réalité.

zquez (?) : Le dernier muet aussi mou qu’on a vu, c’était The Artist. Remplacé par Iborra (58e), l’âme de ce club.

Nasri (7) : Le patron de cette équipe. Positionné à gauche au départ, le meneur français s’est baladé sur tout le terrain, déclenchant souvent les offensives du FC Séville. En revanche, il va vite falloir faire quelque chose pour cette coupe de cheveux. Sampaoli aime le rock argentin, pas Miley Cyrus.

Vitolo (5) : Face à Jordy Gaspar, un novice qui jouait son premier match professionnel, l’ailier international espagnol a passé une sale soirée. Aucun débordement, des centres inefficaces et un manque de jus criant. Dur dur d’être Vitolo.

Vietto (5) : Deux duels manqués face à Lopes, un penalty envoyé dans les tribunes du Sánchez Pizjuán, mais une action décisive pour voler le ballon devant le gardien lyonnais et offrir un but tout fait à Ben Yedder. Le rat Luciano.

Ben Yedder (7) : En première mi-temps, c'était Wissam, celui qu'on ne voit pas. Coincé entre la violence de Mapou Yanga-Mbiwa et un bon Nkoulou, l’ancien buteur toulousain a rarement taté le ballon. Quand il l’a touché, de la tête, l’arbitre de la rencontre a annulé un but valide. Du coup, Wissam s’est vengé par la suite avec l’ouverture du score. Remplacé par Sarabia (82e). Difficile à comprendre.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Flavien Bories et Ruben Curiel
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 5 heures Le but exceptionnel d'un joueur de Portland en MLS 3 il y a 5 heures Fulham de retour en Premier League 19 Hier à 16:26 Platini non poursuivi, « un signe positif » pour Blatter 7
    Partenaires
    Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 09:09 Michel Platini non poursuivi par la justice suisse 20 vendredi 25 mai Le fair-play financier renforcé 20