En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-PSG (2-1)

Les notes de Lyon-PSG

Portés par un Ferri en chaleur, les Lyonnais ont emprunté le costume des Parisiens ce dimanche soir. Mapou Yanga-Mbiwa a même été largement au-dessus de Thiago Silva.

Modififié

Olympique lyonnais


Lopes (6) : Toujours propre sur lui, élastique sur demande et soldat capable de se sacrifier pour sauver sa famille dans des missions à risque, comme sur sa sortie dans les pieds de Stambouli. Anthony Hopkins en docteur Hannibal Lecter.

Rafael (6,5) : Solide défensivement face à Cavani, prince de la liberté offensivement. Gamin dont on sent l'envie de faire bouffer son aile à ses petites bouclettes. Le Tom Sawyer do Brasil. Remplacé par Olivier Kemen (74e).

Yanga-Mbiwa (7) : Certainement l'une de ses meilleures performances sous le maillot lyonnais après de multiples voyages passés avec son correspondant suédois. Roi des airs, quasi parfait au sol si ce n'est une mauvaise relance dans les pieds de Motta. Le gros Mapou.

Morel (6,5) : Costaud sans être trop visible en première période, en retard sur quelques flèches de Lucas, mais parfait ensuite, notamment sur une envolée bonucciesque devant Ibra. Le Saint Môrel.

Bedimo (6) : Timide au départ avant de se lâcher avec son pote Maxwell sur son aile gauche, utile offensivement et serein défensivement. Le front de gauche.

Gonalons (6) : Un retour brassard au bras rassurant, assurance stabilité derrière ses chiens fous, mais fautif sur le but parisien. Pour une fois, un ton au-dessous dans le triangle du milieu. Un OL isocèle.

Ferri (8) : Certainement le meilleur Lyonnais ce soir, capable de balayer David Luiz d'entrée, de manger une droite de Motta dans la foulée et de gratter comme un chercheur de truffes. Air Jordan.

Darder (7) : Capable de passer en une soirée de cireur de banc à DJ sur la tête du « meilleur défenseur du monde » . Entre le sergent Darder et Sergi López. Remplacé par Labidi (87e).

Ghezzal (6,5) : Ambianceur de soirée, ouvreur d'espaces, mais aussi gros gourmand. Rachid est l'homme qui se tache lors des soirées mondaines malgré un costume parfaitement taillé.

Cornet (7) : Un nom de Brésilien, facile face à son vis-à-vis tatoué et ouvreur de bal sur un superbe service de Lacazette. Un homme qui aime les plaisirs multiples. Remplacé par Koné (83e). Histoire de bétonner en couettes.

Lacazette (7,5) : Omniprésent dans son jardin, serveur de hors-d'œuvres et triple poumon. Alexandre le Grand, en capitale.

Paris Saint-Germain


Trapp (4,5) : Si Trapp veut un jour concourir à un titre individuel, il va devoir patienter et surtout choper un rôle principal. À la Di Caprio, qui attend encore son Oscar. AtTRAPPe–le si tu peux.

Van der Wiel (2) : « Une larme de gin, une larme. Une rivière de tonic... Et ensuite la p’tite victime, composée d’une petite olive, d’un p’tit morceau d’sucre et d’un p’tit bout d’ficelle. Et nous avons… Le P’tit Grégory. » Poelvoorde avait juste oublié de citer Cornet, le nom du meurtrier.

Vidéo

Thiago Silva (4) : « C’est le meilleur joueur du championnat de France. On le sent à l’aise, il n’est jamais en retard, toujours dans le bon tempo. Et que dire de sa vision du jeu, elle est très impressionnante. » La citation est signée Cris. Et comme on le sait, la parole d’un policier est toujours difficile à remettre en cause. Les délinquants Ghezzal et Darder ont pourtant des preuves du mensonge.

David Luiz (5,5) : Pas complètement remis de sa teuf à La Villa. Mais toujours de l’envie. Et vu le niveau de ses potes, ça suffit amplement pour en faire un bon élément.

Maxwell (4,5) : Indéboulonnable à gauche depuis très longtemps, une figure de son parti même s’il n’a jamais vraiment été dans la lumière. Et malgré certains ratés. Mais jusqu’à quand ? Martine Aubry a la réponse.


Stambouli (3) : Blanc a-t-il réellement cru qu’il pouvait être un créateur ? Un milieu défensif aligné avec deux milieux défensifs, ça donne forcément une mauvaise Stambouille. Remplacé par Pastore (6), dont l’absence au coup d’envoi reste un mystère.

Motta (4,5) : Motter. Définition : foutre des coups flagrants à l’adversaire sans se faire expulser. Exemple : Un soir de février 2016, Tiago Motta de belle manière Jordan, le milieu de terrain de l’Olympique lyonnais.

Rabiot (6) : Le joueur le plus immature de l’effectif du PSG a longtemps été le plus performant sur le terrain. C’est dire le niveau parisien ce soir. Remplacé par Matuidi, qui souhaite un bon rétablissement à Sakho.

Lucas (3 puis 6) : Du Silva en première période, du bon Moura en seconde. Un bon player quand il sera régulier.

Ibrahimović (3,5) : Un nez à la place du masque, un catogan comme chapeau, une remorque pour cape. Sauf que le Z, qui utilise habituellement son pied pour épée, signe à chaque épisode, normalement.

Cavani (3,5) : Elle coûte horriblement cher, elle n’est pas d’ici et reste compliquée à trouver. Pour croître, elle a besoin d'un climat chaud et humide, d'un support d'accrochage et d'un certain ombrage. Ce qu’elle n’avait pas ce soir. Elle, c’est la Cavanille.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Maxime Brigand et Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 9 minutes Un gardien espagnol marque de 60 mètres
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    À lire ensuite
    Lyon croque le PSG !