En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Lens/OL (1-3)

Les Notes de Lyon

Incroyable OL ! Une première mi-temps, niveau CFA 2, et une seconde, niveau Ligue des Champions. Avec son équipe-type, le Lyon de la seconde période pourrait faire très mal en L1 et en C1 s'il s'en donnait la peine...

Lloris (5) : Pas mauvais, pas extra. Le but qu'il prend à la 24ème est peut-être l'ultime avertissement d'Hugo adressé à ses coéquipiers : « Attention, les gars ! Je ne serai pas toujours là à réparer vos conneries et décisif en dernier rempart ! Arrêtez de compter tout le temps sur moi ! Prenez vos responsabilités ! » . Enfin, bon... Hugo l'a sûrement fait comprendre à sa façon : avec les yeux, sans ouvrir la bouche. Mais Hugo a 100 % raison.

Réveillère (5) : Comme d'hab', plutôt OK. Loin d'être le pire, il a mis de l'engagement en première, histoire de réveiller (sic) la troupe. Mais pas un super match non plus : il n'est pas souvent monté devant.

Lovren (5) : Comme tout le monde : secoué en première mi-temps, plus dedans en seconde. Une tête sur le poteau à la 68ème pour se faire pardonner. Donc, la moyenne.

Diakhaté (3) : A la rue en première période, en retard parce que pas assez saignant sur Akalé qui est parti battre Lloris. Un tacle très appuyé et une biscotte jaune qui aurait pu être rouge (33ème). Attention, Pape ! C'est pas comme ça qu'on remplace Cris !

Cissokho (6) : OK, il a été un peu trop brouillon, perdant des ballons et en étant un peu en retard par moments. Sauf qu'il fut l'un des rares à surnager en première mi-temps. C'est là qu'on voit l'expérience du gars qui a joué dans un grand club comme Porto : même quand ça tangue, il sait maintenir la tête hors de l'eau en attendant de se mieux se reprendre. Avec Aly, l'OL ne s'est pour l'instant pas trompé dans son recrutement.

Toulalan (5) : La moyenne tout juste pour s'être mieux repris en seconde mi-temps. Pris lui aussi dans la mélasse pourrie de cette première mi-temps presque catastrophique où tout le milieu axial lyonnais s'est fait enfoncer par la paire Maoulida et Roudet ( « Roodey » intenable aussi sur les côtés). Beaucoup de fautes dans l'entrejeu quand il était dépassé, dont une très limite sur Roudet, justement, à la 32ème. Nettement mieux en seconde où il a blindé dans sa zone du rond central.

Pjanic (2) : Miralem ne sera pas le boss du jeu lyonnais avant longtemps, c'est maintenant certain. Contrairement à ce qu'on supposait l'an passé. Il n'a pas les épaules. On a tout de suite vu la différence avec Gourcuff, entré à la mi-temps à sa place... Pas le même volume, pas la même envergure. Plus grave : le côté un peu « désinvolture » du gars, alors qu'il a encore beaucoup à prouver. La sanction la plus évidente qui lui pend au nez : un prêt à Nice.

Makoun (7) : Il fait partie de ceux qui ont surnagé en première période en sollicitant le ballon là où d'autres se planquaient. En deuxième, toujours très dispo pour des relais très perforants dans les 30 derniers mètres. Deux passes décisives sur le but de Gomis (à 2-1) et sur celui de Lisandro (3-1). On le donnait partant au mercato. Faudrait reconsidérer tout ça, p'têt bien...

Pied (3) : Non. Tout simplement. OK, il n'a pas été sollicité dans son couloir gauche, jamais trop lancé non plus. Mais il devait au moins colmater son couloir où Boukari (un peu) et surtout Roudet (beaucoup) ont enfoncé un pauvre Cissokho suffisamment costaud pour faire face. Défendre quand c'est trop bouché devant : ça, Bastos sait le faire. Pas Jérémy, pas encore.

Briand (5) : Pas trop visible en première. Beaucoup plus dispo en seconde où il était enfin atteignable, notamment sur le jeu long de Gourcuff et surtout dans les petites combinaisons dans la surface et aux abords, avec Makoun et Gomis. A l'origine de l'action de l'égalisation lyonnaise. Enfin, Jimmy est très utile dans son placement très excentré à droite qui étire la défense : quand Lyon joue mal ou lentement, c'est quasi inutile. Mais quand l'OL déroule, c'est redoutable.

Gomis (8) : Pour son doublé, déjà. Une reprise pas possible, décroisée du droit au poteau opposé qui fait but (1-1, 64ème) et une tête à bout portant sur centre de Gourcuff (2-1 à la 73ème). C'est donc Bafé qui a offert les trois points hyper précieux de la victoire de ce soir : on s'en souviendra sûrement lors du décompte final... Hommage à celui qui, aujourd'hui comme hier et avant-hier, se tape un sale boulot de chien à courir sans cesse, à faire le pressing et à jouer quasiment tout le temps dos au but. En fait, quand on le sert bien devant le but, il est réellement doué. OK, Lisandro est le Number One de l'attaque lyonnaise, mais Bafé rendra encore des services pour peu qu'on le serve vraiment en finisseur et non pas qu'en point de fixation pour enfoncer la défense axiale adverse et faire remonter le bloc dos au mur.

[page]
Remplaçants :

Lisandro (9) : A remplacé Pied à la 46ème. Le charisme... Le gars, il rentre en seconde mi-temps et il installe un froid polaire chez l'adversaire : Lisandro fait peur, et Lens recule. Du regard et du geste, Licha indique à ses potes que Lyon est venu gagner. Alors les gars s'y mettent sans broncher, rassurés par le boss qui joue parfaitement juste, sans paniquer : il distribue dans le bon tempo et dans les pieds des ballons bien dosés. Pfffff... Lyon égalise, puis Lyon mène 2-1 : du geste et de la voix, il indique alors à ses potes qu'il faut fermer la boutique et faire tourner la chique au milieu. Alors les gars ferment la boutique et font tourner la chique au milieu ! C'est lui qui conduit la manœuvre : jeu lent latéral ou en retrait, histoire de bien casser le moral des pauvres Lensois et les faire courir... Lisandro est le seul joueur de L1 à posséder ce charisme à renverser des montagnes ou à laisser pisser tranquille. Accessoirement, il plante aussi le but de l'estocade, à la 89ème (légèrement hors-jeu ?). Incroyable !

Gourcuff (7) : A remplacé Pjanic à la 46ème. Yo ne devait pas jouer contre Lens, préservé par Puel qui l'a beaucoup utilisé depuis le début de saison : il avait aussi joué à Wembley et est partant aussi pour jouer Schalke mercredi... Mais la première mi-temps catastrophique a poussé Puel à faire entrer un Gourcuff précieux et utile, bien que brouillon (encore quelques pertes de balles). Reste que Gourcuff a été bon, en vitesse de transmission, notamment en première intention. Grosse envie, grosse force de pénétration et centre sur le but du 2-1 (tête de Gomis). Lui aussi a fait peur aux Lensois : sur le centre du but de Bafé, il enfonce littéralement la défense nordiste, côté gauche. Sinon, une reprise de ouf fastoche complètement dévissée qui s'est barrée en Belgique ! Yoann revient : bonne nouvelle.

Kallström (non noté) : A remplacé Gomis à la 90ème. Trois minutes de temps additionnel. Donc un gag.


Côté lensois, pour la forme : Bonne première mi-temps de Roodey, Akalé, Bedimo, Hermach et Sidi Keita. C', est tout.


Chérif Ghemmour

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
L'Inter décrochée ?