1. //
  2. // Gr. D
  3. // Espagne-Tchéquie (1-0)

Les notes de la Tchéquie

Barricadés en un bloc compact et résolument antipoétique, les Tchèques ont longtemps cru tenir le nul qu’ils étaient explicitement venus chercher face à des Espagnols sans grandes idées, mais au moins sans nuque longue. Jusqu’à une faute de marquage pas Piqué des vers.

Modififié
181 3

Tchéquie


Les notes de l'Espagne

Čech (87 minutes) : Comme quand tu essaies de placer « ambidextre » au Scrabble : bah non, ça rentre pas.

Kadeřábek (3) : Kadeřábek a 3. Non, pas 3 maisons. Juste 3. Oui, la vie est injuste.

Sivok (7,5) : Dans les airs, à terre, des interceptions en série, une défense debout et la quasi-totalité de duels gagnés face à Morata ou Nolito. On ne sait pas ce que Choco lui a donné à manger, mais s’il continue comme ça, le trésor des Goonies est pour lui.

Hubník (6) : A posé le réchaud de sa cabane de chasse pour traquer la viande rouge, relancé à coups de bottes Aigle et finalement laissé Piqué s’envoler au-dessus des oies sauvages, juste avant l’apéro. Tchèque en bois.

Limberský (5) : Parfait dans son rôle de brique sur la gauche du muret. A livré un match dont l’ingratitude est certainement inversement proportionnelle au physique de sa femme.

Darida (1930-2004) : Auteur d’un pavé thématisé autour des concepts de déconstruction et de dissémination des offensives espagnoles avant de rater le coche dans les dernières secondes. Michel Foucault avait raison.

Plašil (3,5) : Mélange de plaisir et de facile. Soit deux mots pas vraiment représentatifs de son match face à Iniesta.

Gebre Selassie (26’43’’53’’’) : A probablement parcouru 19 km – la plupart du temps dans le vide. Ça reste loin des 42,195 réglementaires. Remplacé par Šural (85e) dont le prénom n’est pas Alain, ce qui est déjà pas mal.

Rosický (3) : Une tête à faire des arpèges chez Radiohead, mais du mal à lancer son projet solo. A bien galéré face au maestro Iniesta – bien loin de la pop music, lui. Remplacé par Pavelka (88e), qui n’a traité personne de fils de pute à la mi-temps.

Krejčí (4) : Est désormais capable de peindre un portrait de Juanfran dans son sommeil. Le pauvre.

Necid (3,5) : A longtemps épuisé la pelouse par son pressing toxique, ce qui est plutôt normal quand on a un nom de désherbant. Remplacé par Lafata (75e), qui aurait mieux fait de rester alité vu son marquage sur le but de Piqué.



Par Maxime Chamoux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Note : 2
3 pour Rosicky ??? WHAT THE FUCKING FUCK ?????
RahXephon Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par Ahmed-Gooner
3 pour Rosicky ??? WHAT THE FUCKING FUCK ?????


Pas mieux.
en Mdef il aurait 6 , mais il est pas censé être Mdef grokciky
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les notes de l'Espagne
181 3