En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. E
  3. // Italie-Suède (1-0)

Les notes de la Suède

Un Z toujours timide, Källström comme s'il avait encore vingt piges et une défense qui craque en fin de match. La Suède est passée tout près d'accrocher l'Italie (0-1). Sauf que tout près, ça fait zéro point.

Modififié

Suède



Isaksson (5) : Le dernier rempart dans l’ennui. Un truc, au fond, devenu indémodable et qui ne vieillira probablement jamais. San Andreas, tant que le bois tient toujours.

Lindelöf (3,5) : Toujours dépassé sur sa droite, pas complètement serein sur sa gauche, mal à l’aise avec la relance. François Bayrou avec des crampons.

Johansson (4,5) : Andy Carroll n’était pas invité, mais il a quand même ramené sa gueule. Respect.

Granqvist (5) : Une armoire Ikea : une sale allure, un truc pas cher, pas hyper tendance, mais qui reste toujours dur à monter. Et évidemment, juste à la fin, on se rend compte qu'il manquait une pièce.

Olsson (6) : Une personne influente, une belle gueule et un partisan de la gauche caviar. Un ailier sans sa paire, mais une belle bougie quand même pour Marie-Kate & Ashley.

Larsson (3) : Celui qui craint tout le monde. Niqué Larsson.

Källström (6,5) : 33 ans, toujours la même patte gauche, toujours les mêmes poumons, un peu comme ton père quand il débarque au Rex. Le mec qui assurera jusqu’à mourir sur scène. « Monsieur Källström ? Ça va, ça va. »

Vidéo

Ekdal (6) : Quand Albin a bon dos à Toulouse, tout se passe bien. Remplacé par Lewicki motivé, mais facile à tromper. Plus Monica que Sylvain, quoi.

Forsberg (3) : Difficile d'exister dans l'ombre de Peter. Remplacé par Jimmy Durmaz (78e), sans miracle au Stadium cette fois-ci. Mais je vous aime, putain.

Ibrahimović (3,5) : Arrivé comme un roi, reparti en deux matchs.

Guidetti (4) : La tête brûlée qui a passé sa première mi-temps à gêner la connexion de la BBC avant de se faire coucher par Chiellini. Un musclé qui fait du cinéma sans grand spectacle. John Cena. Remplacé par Marcus Berg (de Seine) (85e), toujours sous les eaux.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
À lire ensuite
Les notes de l'Italie