En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // EURO 2016
  2. // GR. C
  3. // Allemagne-Pologne (0-0)

Les notes de la Pologne

Jolie fin de soirée pour la Pologne, avec ce point de luxe chipé aux Allemands à la sueur. Car c'est une certitude, les 36 521 lettres floquées sur les maillots polonais ont toutes été mouillées.

Modififié

Pologne



Łukasz Fabiański (7) : A été brutalisé comme le Luka de Suzanne Vega, et est resté plus concentré que Lucas Moura. Mais Łukasz Fabiański est là pour remplacer, et a donc l'espérance de vie de Lucas Pouille dans un tournoi du Grand Chelem.

Les notes de l'Allemagne

Vidéo

Łukasz Piszczek (5,5) : A couru, couru, et encore couru, mais a gardé ses jambes jusqu'à la fin du match. Pas d'Oscar Piszcztorius pour lui.

Kamil Glik (6) : Pas toujours serein sur les accélérations allemandes, mais a réussi à s'élever et à conserver la bonne altitude jusqu'au bout. Une pensée pour Lech Kaczyński.

Michał Pazdan (7,5) : La CGT polonaise a trouvé son nouveau slogan : « No Pazaran ! No Pazaran ! » Dans son maillot rouge, Pazdan a défendu 90 minutes le poing levé. Prêt pour le grand soir.

Artur Jędrzejczyk (5) : Le jeu est peu passé par son côté, mais il a tout de même participé à la fête. Un teufeur discret, mais qui connaît son métier. Ha jczyk ? Aïe ! Ha jczyk ? Aïe ! Ha jczyka-jczyka-jczyk ? Aïe Aïe Aïe !

Grzegorz Krychowiak (7) : Conforte sa belle place dans le classement des Gregor les plus solides du monde. Derrière la montagne Gregore Cleagane, bien sûr. Mais loin devant Grégory Lemarchal.

Krzysztof Mączyński (4) : Quelques montées, quelques descentes, plus d'éléments inutiles que de vraies réussites. Bienvenue au Hit Mączyńe, sorti du programme télé à la 75e pour Tomasz Jodłowiec, vieux briscard du PAF venu apporter son expérience sur le plateau.

Jakub Błaszczykowski (6) : Moins de gestes inutiles dans son jeu que de lettres en trop dans son nom. A causé des soucis aux Allemands, mais aussi aux commentateurs. Błasz...???ski leur a laissé du répit à 10 minutes de la fin en laissant entrer le très jeune Bartosz Kapustka, à qui on a dit « T'as p'us qu'à  » .


Kamil Grosicki (6) : Rapide, affûté et revanchard après avoir été mal mis en valeur cette année. Grosicki Balboa à la fin du III, quand il revient pour tabasser Clubber Lang. Est sorti du ring dans le dernier round pour laisser Sławomir Peszko frapper un peu au sac.

Arkadiusz Milik (4,5) : Pas mal d'agressivité, difficile à gérer, a beaucoup joué dans son coin, et pas toujours pour aider la collectivité. Une Milik privée polonaise lambda, en somme.

Robert Lewandowski (5) : L'inconvénient de jouer face à des gens qu'on fréquente toute l'année, c'est qu'ils vous connaissent par cœur et que vos mouvements n'ont plus de secret pour eux. Robert Lewengeur, mais pas masqué.



Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 36
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165
À lire ensuite
La vieille garde suédoise