1. //
  2. // 2011/2012
  3. // Bilan

Les notes de la Liga

Le conseil de classe de la Liga a livré son verdict : félicitations, encouragements, avertissements et redoublements, tout y est. Appréciation générale : classe toujours très hétérogène, avec deux élèves qui se détachent trop largement du reste.

Modififié
8 8
Real Madrid (9,75) :
Le travail paye. Déjà intéressant l'année dernière, mais pas assez sûr de lui, le Real Madrid s'est familiarisé avec ses petits camarades et avec son maître. En confiance, il a su exploiter toute l'étendue de ses capacités, battant les records de points et de buts des meilleurs élèves de l'histoire de la Liga et des autres grands championnats européens. Avec plus de réussite, il aurait même pu faire un petit peu mieux encore, notamment en cours d'Union européenne et en Allemand. Attention quand même, élève encore nerveux quand il n'arrive pas à résoudre son problème (cf. match contre Villarreal).

FC Barcelone (9) :
L'étudiant doué et sympa. Il aurait pu se contenter de réciter son cours, qu'il connaît par cœur, mais son prof de philo a essayé de le faire aller un peu plus loin, en le diversifiant. Un apprentissage qui lui a parfois fait perdre en fluidité et en régularité, même si, en handball, il a encore obtenu la meilleure note de la classe. Des éléments en-dessous des années précédentes, comme Pedro et Piqué. Surprise, la chute en Anglais, où il excellait jusqu'à présent. Termine néanmoins l'année sur une bonne note.

Malaga (7,5) :
C'est sûr, c'est plus facile avec les parents derrière pour financer. Mais ça ne fait pas tout. Tout beau, tout neuf, Malaga promettait de bien travailler cette année. Il a largement tenu sa promesse, grâce à un très bon second semestre, le premier étant plus poussif. La grande réussite de Monsieur Pellegrini, c'est d'avoir fait d'une somme d'individualités un beau collectif. Le petit Jeremy a fait le bon choix en changeant d'école, l'été dernier.



Levante (7) :
La bonne surprise de l'année. Passé de justesse l'été dernier, il a épaté tout le monde en luttant avec les meilleurs toute la saison, décrochant même pour la première fois de son histoire la bourse Erasmus. Ric rac financièrement, on ne sait pas trop ce qu'il en sera l'année prochaine, les Koné, Valdo et Barkero, trio gagnant cette saison, risquant de rejoindre une grande école.

FC Valence (7) :
Une troisième année consécutive au même niveau. Trop limité pour suivre le rythme des deux têtes de classe, il a néanmoins rendu de bien belles copies en confrontation directe. Capable de se surpasser dans les tests difficiles, il fait, par contre, preuve de démotivation dans les petits devoirs. Bon dans toutes les matières (3e en Liga, demi-finales en Coupe du Roi et en Europa League), il lui manque un petit quelque chose pour viser plus haut. Un Falcao, par exemple.

Atlético Madrid (6,25) :
Pas toujours très clair dans ses copies jusqu'aux vacances de Noël, l'Atlético a très bien vécu le changement de prof à la rentrée. Plus cohérent, plus impliqué, il a grimpé au classement et a terminé l'année en trombe, tiré par un Falcao exceptionnel. En se mettant au travail plus tôt, il avait le potentiel pour finir dans les quatre premiers de la classe.



Osasuna (6) :
Ne s'est pas toujours bien défendu, craquant complètement dans des tests importants (8-0 contre le Barça, 7-1 contre le Real, 6-0 contre le Rayo). Une certaine constance dans l'effort, toutefois, qui lui a presque valu de piquer la bourse à Levante.

Majorque (5,75) :
Très juste l'année dernière, a encore mal commencé l'année, mais s'est très bien repris avec l'arrivée de Monsieur Caparros. A profité de la faiblesse moyenne de la classe pour figurer parmi les 8 meilleurs.

Athletic Bilbao (5,75) :
Un des élèves les plus attachants de cette Liga. Bourré de qualités, il s'est dispersé à vouloir exceller dans toutes les matières, alors qu'il n'en avait pas les moyens. A fini l'année frustré, mais avec l'expérience acquise et un peu plus de maturité, l'année prochaine s'annonce prometteuse.



Bétis Séville (5,5) :
L'objectif était de passer, il a été rempli, en partie grâce à l'excellente année de Rubén Castro (16 buts) et de Beñat. Petit bonus, avoir battu ce voisin qu'il n'a jamais aimé lors du test du Pizjuán en fin d'année (2-1).

Real Sociedad (5) :
Même objectif atteint. Bien encadré par un professeur de Français qui a prouvé ses compétences en imposant son style, malgré un premier semestre très compliqué, un 4-3-3 avec les deux dynamiteurs Griezmann et Vela sur les ailes. Elève en quête de stabilité.

Getafe (5) :
En léger progrès par rapport à l'année dernière. Elève irrégulier, mais capable de surprendre dans les devoirs difficiles (victoires 1-0 contre le Barça, 3-1 contre Valence, 5-1 contre Séville).



FC Séville (4,5) :
N'a rien réussi de l'année. Décevant dans toutes les matières, il termine au milieu de la classe. Dommage, il avait le potentiel pour faire beaucoup mieux. Très proche de Villarreal ces dernières années, il a peut-être mal vécu de le voir en si mauvais état. Il faudra rebondir, l'année prochaine.

Espanyol Barcelone (4) :
Avec cet élève, c'est toujours la même rengaine. Un premier semestre correct, de très bons travaux jusqu'aux vacances de février, puis l'effondrement. S'était pourtant bien régénéré à Noël avec les arrivées d'Uche et de Coutinho. Il était temps que l'année se termine.

Real Saragosse (4) :
Elève méritant. Dernier de la classe jusqu'à fin mars, on le croyait perdu. S'est finalement sauvé grâce à une fin d'année bluffante (8 victoires lors des 11 dernières journées). De bon augure pour la suite.



Grenade (4) :
Deux premiers mois très mauvais, puis tout le reste de l'année juste au-dessus de la moyenne. Limité mais batailleur, il s'est battu avec ses armes : la motivation, la combativité, l'énergie. Mérite de passer, mais l'année prochaine s'annonce difficile.

Rayo Vallecano (3,5) :
Elève surprenant, spectaculaire. Positivement (victoires 5-3 contre Levante, 6-0 contre Osasuna, 4-0 contre la Real Sociedad) ou négativement (défaites 5-1 contre l'Espanyol, 7-0 contre le Barça, 5-2 contre Séville). En surrégime en février/mars, il a fini en chute libre, assurant son passage lors du tout dernier devoir à la maison. Il faudra être plus équilibré l'année prochaine.

Sporting Gijón (2,5) :
En-dedans toute l'année, est resté caché au fond de la classe. Contrairement à d'autres camarades, le changement de professeur ne lui a rien apporté.

Racing Santander (2) :
Clairement en-dessous de ses petits camarades. Son dernier devoir réussi remonte au 15 janvier.

Villarreal (0,5) :
Des gros soucis de santé (Rossi, Nilmar), des professeurs incompétents, mais surtout un manque d'implication certain. Habitué à faire partie des têtes de classe, il est passé complètement à côté de tests largement à sa portée qui lui auraient au moins assuré le passage. S'est montré incapable d'utiliser à bon escient ses qualités. Un naufrage collectif.



Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Très bon article.

@Rahan, t'as oublié le "Més", que s'est-il passé ? Tu dois être en train de le regretter !!
Abilbelnarqaw Niveau : DHR
Il a juste fait un petit jeu de mot avec "Mès-si"
@Rahan
Messi 10.... merci ca faisait longtemps que je m'étais pas tapé une barre de rire... tu m'explique a quoi ont servit ces 50 buts mis a part pr son égo personnel ?
c'est vrai aprés tout 50buts en 37 match c'est à la portée de n'importe qui et quoi? en plus 20 passes décisives trop banal franchement trop surcoté ce Messi jamais décisif et extrémement égoïste LOLLLLL
Sauf que le danger ne venait que de Messi, aussi bien à la construction qu'à la conclusion. Du fait des baisses de régimes qu'on connu Xavi et Iniesta, ajouté à la quasi-absence d'attaquants, Messi a littéralement porter l'équipe sur son dos. Je ne sais pas si tu as vu les caviars qu'il a offert à ses coéquipiers durant les différentes confrontations avec le Real et en LdC, notamment face à Chelsea. Si ces derniers n'avaient pas tant manqué de d'efficacité, le Barça aurait surement fait le triplé.
Je ne vois pas ce qu'on peut attendre de plus de Messi, il marque, fait marquer, gère le tempo et enchaine match sur match. Dans les matchs fermés, lorsque ses coéquipiers croisent les bras et l'observent (on était pas loin de ça), Léo prend l'initiative de porter le ballon, trouve une passe impossible, mais Cesc, Alexis, ou Xavi ratent leurs face à face. Lorsque Leo en a marre, il part dans un de ses rushs, élimine 1,2,3 joueurs puis le 4eme le fauche dans les 25m. Tout le temps le même scénario...
Donc que veux-tu de plus ?
@replikant...
nan mais tu veux pas non plus lui mettre la cap de superman... tu fais quoi de xavi et iniesta stp????? il peut grandement leurs dire merci... j'aimerais voir le nombre de buts de ronaldo et de benzema avec xavi et iniesta au real... sinon grande question qui se pose... messi serait il aussi bon dans un autre club ? eh bien non, la preuve en ais avec l'argentine... d'autres par contre n'ont pas eu peur de partir et de gagner dans d'autre club...
@snickers : c'est tellement pathétique ce que tu dis, donc si un joueur met 50 buts en une saison, mais que son club est relégué, il aura fait une saison de merde ? un joueur fidèle à son club toute sa carrière, Maldini, Giggs, Gerrard, est un joueur de merde puisqu'il n'a pas reussi dans un autre championnat ? arrêtez de vous prendre pour des socios sérieusement vous êtes pathétiques.
Je suis supporter du barca, ça ne m'empêche pas de dire que ronaldo est une bête et que busquet est une pute, un conseil je connais un site fais pour toi, Maxifoot mon pote !
ça passe pas les liens?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Gourcuff, le pari perdu
8 8