En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. F
  3. // Portugal-Hongrie (3-3)

Les notes de la Hongrie

Dans un match fou, la Hongrie a pu compter sur un immense Dzsudzsák, sur Gera qui plante l’un des plus beaux buts de l’Euro. Son gardien en jogging a lui souffert face au réveil de Cristiano Ronaldo.

Modififié

Islande



Király (5 pour son match, 10 pour son dégagement en fin de match) : De la transpi sur le cul dès la première minute de jeu, la dégaine d’un type qui se ronge les ongles du pied, et une détente d’un type de 40 piges. Logiquement, face à Ronaldo, c’est compliqué. Et ce geste…


Lang (6) : Jack a instauré la fête de la musique en France. Adam lui a rendu hommage en faisant chanter l’incroyable public hongrois avec un match de patron.

Guzmics (4) : Un bon début de match, avant de sombrer totalement face aux attaquant portugais. Drop the Guzmics.

Juhász (4) : « La presse ne parle que de lui, mais nous on ne peut se contenter de marquer un seul joueur, aussi prestigieux soit-il » , déclarait le défenseur central à propos de Ronaldo, en conférence de presse. Finalement, il a décidé de ne pas le marquer du tout.

Korhut (4,5) : Tout allait bien, jusqu’à ce qu’un mec avec une larme tatouée sur la gueule n'entre sur le terrain. Là, c’est lui qui s’est mis à chialer.

Pintér (5) : Orphelin de Gera en deuxième mi-temps, le milieu de terrain hongrois a souffert. Mais peu importe, la qualification acquise, ses potes et lui pourront se Pintér en toute tranquillité.

Gera (7) : Son homonyme fait des imitations un peu lourdes, lui a décidé de se spécialiser dans la frappe très très lourde. #DareToZoltan. Remplacé à la mi-temps par Bese (45e). Qui sait jouer à toutes les positions.

Dzsudzsák (8) : Capitaine de la nation, il a marqué deux buts pour deux célébrations complètement ratées. Et le joueur de Bursaspor a confirmé la tendance du moment : l’Eliseu est en grande difficulté.

Elek (6) : Milieu défensif de formation, il a débuté le match comme un meneur de jeu. Ça n’a pas vraiment marché, il est donc retourné à son poste pour ratisser un nombre incalculable de ballons. Elektron libre.

Lovrencsics (4) : Tu vois Dejan Lovren ? Tu vois plusieurs Dejan Lovren malades ? Bah ça donne Lovrencsics. Remplacé par Justin Stieber (82e).

Szalai (6) : Il a humilié Pepe, il a rappelé à Ricardo Carvalho qu’à cet âge-là, il devrait plutôt s’occuper de ses gosses, et il a frappé sur le poteau de Rui Patrício juste après le deuxième but de Cristiano Ronaldo. L’addition aurait pu être plus Szalai. Remplacé par Németh (71e) show.

Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 7 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85
À lire ensuite
Les notes du Portugal