En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Finale
  3. // France-Portugal (0-1)

Les notes de la France

Un grand Lloris, un excellent Koscielny, mais des créateurs absents. Le bulletin de notes est à l'image de cette France sans idée : elle récompense les besogneux et regrette ses génies.

Modififié

France



Lloris (7) : Le téléchargement qui s'arrête à 99,9% à cause d'un souci de connexion. Il a réalisé tous les miracles dont les Bleus avaient besoin lors de la compétition. Sauf un.

Le Portugal prend son premier Eurão

Évra (4) : Il voulait que ses partenaires le fassent pleurer, il pourra regarder la compilation de ses centres.

Umtiti (6) : Une Cristiano Ronaldo inversée : personnellement heureux, collectivement déçu. Un terrible bizutage mental. Rendez-vous en 2018, Sam.

Koscielny (7) : S'il avait eu l'almanach de Retour vers le futur, il aurait su qu'il devait découper Éder avant sa frappe. À défaut de cela, il a été irréprochable toute la rencontre. Et malheureusement terriblement humain.

Sagna (5,5) : Handicapant pour le Portugal défensivement, handicapé pour la France offensivement. Schizophrène, quoi.

Matuidi (6) : Le seul qui aurait probablement pu suivre Christopher Froome ce samedi dans la descente vers Bagnère-de-Luchon. Blaise s'est battu, Blaise a récupéré des ballons, Blaise a essayé de créer. Mais ce n'était pas à lui de le faire. Il peut essuyer ses larmes.

Pogba (5) : Il n'a jamais su se libérer du travail défensif qu'il a très bien effectué en première mi-temps. Si la France a manqué de coups de génie, de création et de folie, c'est en grande partie parce que la Pioche a pioché. Les gens le réclamaient en Zizou, ils ont eu Alou. Putain de malédiction de 2006.

Payet (4) : 180 minutes et même un peu plus. L'épisode de FBI : Portés disparus le plus long de l'histoire et pas franchement le plus plaisant. En dedans depuis la demi-finale, Payet a terriblement manqué. Remplacé par Coman (5,5) dangereux sur trois passes intéressantes, mais dont l'amour du un-contre-un a tendance à tendre le reste de l'équipe.

Griezmann (6) : 2. Comme le nombre de têtes qui auraient pu être dedans. Et comme le nombre de finales d'ampleur qu'Antoine a perdues cette saison. Très bon dans le jeu, il aurait pu être plus décisif. Le Ballon d’or, il l'aura peut-être un jour. En attendant, le vrai patron du foot mondial le soulèvera l'an prochain.

Sissoko (7) : S'il y avait eu Onzessoko, les Bleus seraient champions d'Euro. Malheureusement, il n'y avait que Sissoko. Remplacé par Martial (4) qui est comme le ketchup McDo qui traîne dans le frigo. Tu le sors vraiment quand y a plus rien et c'est pas bon.

Giroud (5) : Cet Euro a été celui du retour des 9, Éder a montré à Olivier ce qu'il lui a manqué aujourd'hui : de l'audace. Utile dans le jeu en pivot, Olivier n'a pas vraiment tenté. Remplacé par Gignac (5) qui a bien failli offrir l'Euro aux Bleus avant de retourner au Mexique et de ne plus jamais revenir..



Par Swann Borsellino, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3