En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. D
  3. // Espagne-Croatie (1-2)

Les notes de la Croatie

Sans son maître à jouer, Modrić, la Croatie a joué la carte de la contre-attaque à fond. Défense basse et attaque supersonique, Subašić, Srna, Ćorluka, Perišić, Pjaca et Kalinić, pour ne citer qu’eux, ont régalé.

Modififié

Croatie



Subašić (7) : Manchettes, smashs, passes à deux mains. Danijel n’est pas toujours rassurant pour ses défenseurs, mais il repousse les actions qu’il faut. Dont un penalty, tout de même. Très, très propre.

Les notes de l’Espagne

Srna (8,5) : Il pleure, il chante, il court, il centre, il hurle, il tacle, il tire, il applaudit, il passe, il pousse, il informe, il se fait sanctionner, il fédère… Bref un capitaine en or.

Ćorluka (6,5) : Faire la loi avec un bonnet péruvien, ce n’est pas donné à tout le monde.

Jedvaj (4,5) : 20 ans et beaucoup de trop de cheveux devant les yeux pour y voir clair. À prévoir, un retour du Jedvaj sur le banc.

Vrsaljko (5,5) : L’arbitre et Aduriz ont essayé de lui faire payer sa haine des voyelles. Mais heureusement pour lui, Subašić a repoussé ce penalty de Ramos. Sinon, hormis son nom de famille, ce n'était pas trop dégueulasse.

Rog (5) : Un joli expelliarmus au moldu Cesc Fàbregas, mais s’est retrouvé sans arguments face au grand sorcier Andrés Iniesta.

Badelj (6,5) : Peu se souviendront de son visage, de son prénom, de son numéro ce soir. Et pourtant, cet homme a couru l'équivalent d'un Iron Man, il a mis une pression inquantifiable et il a récupéré un nombre incalculable de ballon.

Perišić (9) : Une passe décisive et un but tout aussi déterminant. Finies les conneries, les Micmacs à tire-larigot, les Supercondriaque et autres navets, il revient aux basiques. La simplicité, c'est parfois mieux que tout.

Rakitić (5,5) : S’il met ce lob au fond, c’est le joueur du match. Malheureusement, le ballon touche les deux poteaux. Et au final, tout ce qu’il fait par la suite, semble bien fade, anodin, ordinaire. Un peu comme quand tu fous trop d'huile piquante sur ta pizza avant même de l'avoir goûtée.


Pjaca (6,5) : Un joueur Football Manager qui ne devrait plus longtemps rester planqué en Croatie. Peut rajouter à son CV : prélèvement de rein à Alba, Piqué et Ramos d'un seul coup.



Kalinić (7) : Calme, juste, parfois chiant, mais tueur. Kalinietzsche.



Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
Les notes de l’Espagne