1. //
  2. // Gr. E
  3. // Belgique-Italie (0-2)

Les notes de l'Italie

Une BBC cannibale, un duo offensif séduisant et une rigueur tactique à achever un condamné, l'Italie est parfaitement entrée dans son Euro. Alors, c'est qui le patron ?

Modififié
3k 54

Italie



Buffon (6) : Un avant-gardiste, un roi incontesté dans son domaine, il développe sa propre théorie, sa vision de l’évolution. Ou comment être intouchable à 38 ans. Le comte de Buffon.

Les notes de la Belgique

Barzagli (7) : Il fallait bien un patron au nom d’Andrea. Le roc de grâce, le ténor de la défense aveugle. Et à la fin, c’est Bocelli qui ouvre enfin les yeux.

Bonucci (7,5) : Un tueur à gages. Calme, propre, l’art d’éteindre un buffle de 94 kilos par le regard et la précision d’un braconnier sur les ballons longs. Un oscar, enfin ?

Chiellini (8) : « I love to love you baby, (…) There’s no place I’d rather you be than with me. » Une grosse tête, la calvitie qui se dessine, mais un talent qui permet de rester maître à tout âge sur la piste. DJ Giorgio Moroder.

Candreva (6,5) : Un rôle d’ascenseur ingrat, des poumons énormes et une capacité à remplir le frigo de vivres si nécessaire. Un aventurier parfait qui ira jusqu’aux poteaux, c’est certain. Il faudra cependant apprendre à offrir davantage pour le campement malgré un beau service en fin de match.

Parolo (5,5) : 31 ans, quelques promesses, et pourtant. « C’est étrange, je n’sais pas ce qui m’arrive ce soir, je te regarde comme pour la première fois. » Que des mots, toujours des mots. Dalida avait décidément toujours raison.

De Rossi (6,5) : L’éternel de tous les plateaux, l’expérience qui mène à l’assurance, pas toujours précis, mais un côté intouchable sur l’échiquier. Dany le rouge. Remplacé par Motta (78e), clébard comme toujours.

Giaccherini (5) : Une fouine par excellence. Des ballons perdus, des passes ratées, mais c’est lui qui repart de Lyon avec le totem de buteur. À force de se cacher comme Denis Baupin, il se fera pincer. Emmanuelle Cosse le surveille, et la deuxième mi-temps n'y changera rien.


Darmian (4) : Matteo, c’est le bouche-trou partout. La rustine, c’est solide, mais un temps seulement. Le Pélican est définitivement un briseur de rêves.

Pellè (7) : La gueule d’un Bachelor, le style d’un gendre idéal et l’insolence d’être partout lors des grands événements. Graziano donne des roses, saute plus haut que tout le monde et donne des cartes de visite à qui le veut. Plus qu'un outil.

Éder (6) : La tête de Corentin Martins, le physique de Gazza, mais une grosse activité. Utile dans son rôle de crève-la-dalle, à l'image de sa faute du ghetto décisive en fin de match. Remplacé par Immobile (74e), en mode Ciro Di Marzio, proche de faire plonger la blague belge.

Par Maxime Brigand
Modifié

Dans cet article

Barry Allen Niveau : CFA2
Note : 1
N'oublions jamais que Conte a gagné un scudetto tout en étant invaincu avec De Ceglie, Pepe et Matri titulaires.
Même si cette équipe est pas sexy sur le papier (parce que dans le jeu c'est ce qui s'est fait de mieux face à un soi-disant favori), il fera quelque chose de beau. Un putain de leader, les mecs le suivent à fond, un tacticien hors paire.
Eugène Samonacco Niveau : DHR
Giorgio Murderer ouai ! Les percées incisives, les interventions décisives, et les immobilisations adhésives de n'importe quel attaquant adverse.
Défense devrait être un mot italien dans le jargon footballistique.
C'esst eux que je veux en finale, pour la revanche.
Jean-François Zola Niveau : District
Note : 1
C'est Bonucci l'homme du match ! Chiellini était un peu plus approximatif et surtout la passe décisive est fantastique.
Top-player Niveau : CFA
Darmian s'en est pas trop mal sorti. Lui mettre la moyenne serait plus juste

Et j'ai trouvé Bonucci meilleur que Chienlini, rien que pour son assist
U'Marranzanu Niveau : CFA2
Note : 1
Et concernant le match je suis un peu moins enthousiaste que vous, même si globalement c'est bieng. Pas mal de mauvaises passes, d'approximations et quelques fautes inutiles qui ont gâché l'ensemble.
Note : 1
La seule consigne offensive de Conte a dû être: "insistez sur le côté droit". C'est fou le nombre de décalage qu'il y a eu
Giacchierini clairement sous noté. Le gars a une activité de fou pendant 80 minutes et te mets une beau but. Pour moi l'homme du match c'est Bonucci mais la ça se discute! Faites les notes des belges l'histoire de rigoler.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les notes de la Belgique
3k 54