En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // Italie-Espagne (x-x)

Les notes de l'Italie

Les vieux grognards en ont encore dans le pantalon, et les bien coiffés raillés sont efficaces. L'Italie comme on aime.

Modififié

Italie



Gianluigi Buffon (8,5) : T’as envie qu’il t’emmène pêcher, qu’il t’explique le sens de la vie, t’offre tes premières chaussures, te tape dans le dos après ta rupture, qu’il te sorte de GAV et de le serrer dans tes bras après ton mariage. Gigi, c’est le daron que t’as jamais eu.

Andrea Barzagli (7) : Il faut savoir faire avec le Andrea qu’on a. Plus gros, mais pas moins beau.

Leonardo Bonucci (7,5) : À quelques encablures de la sortie du deuxième opus des Tortues Ninjas, Leo a voulu se faire un peu de pub avec un rush incroyable plein axe. Et toujours cette assurance dans le duel et à la relance. Cowabunga.

Giorgio Chiellini (8) : Des ballons de la tête, un but du tibia, une simulation pour gratter en fin de match. Le match idéal.

Alessandro Florenzi (6,5) : Inépuisable dans son couloir, Florenzi is a machine. Remplacé par Matteo Darmian (non noté), venu suer le reste.


Mattia De Sciglio (6) : Mets moi deux scies de côté, et je te découpe tout ce qui vient. Juanfran n’a jamais réussi à en faire le tour. À la recherche du temps perdu.

Daniele De Rossi (7,5) : Dès l’hymne, on avait compris qu’il était remonté comme un coucou. Chef d’orchestre, DDR a tout ratifié, planifié, redistribué. Bel hommage à Walter Ulbricht. Remplacé par Thiago Motta (2), dans son élément de fautes tactiques.

Marco Parolo (6,5) : À chaque fois qu’un Espagnol touchait le ballon au milieu, il avait Parolo, Parolo, Parolo et encore Parolo sur le dos. Impossible de le semer au vent.


Emanuele Giaccherini (7) : Jurisprudence Lilian Laslandes pour le chien fou du milieu italien, qui a remonté tous les ballons qu’on lui donnait. Décisif et sacrificiel sur le but de Chiellini. L’Italie sale qu’on ne peut s’empêcher d’aimer.

Éder (5,5) : A mis Piqué dans le vent sur une accélération, et derrière s’est planté sur De Gea. Une bonne première impression, pas de finition. Un mauvais VRP. Remplacé par Lorenzo Insigne (7), dont la transversale à l’origine du K.O. se porte fièrement sur la poitrine.

Graziano Pellè (7) : Un boucher à Rungis. Le mec a remué de la viande, encore et toujours, s’est battu pour le moindre bout de gras, a fait peser son poids. Et puis à la fin, il a conclu. Oui, comme Gilles Lellouche dans Paris, même s’il est poissonnier.

Antonio Conte (<3 Un plan tactique parfait, un dégagement pour gagner du temps, une célébration qui finit sur la guérite. Quand on aime, on ne Conte plus.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 2 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 1
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17