1. // CM2010
  2. // Italie/Paraguay (1-1)

Les notes de l'Italie...

Comme prévu, la rencontre s'est soldée par un nul, 1-1. Sous la pluie battante, c'est le Paraguayen Alcaraz qui avait ouvert la marque de la tête sur coup-franc (39ème), De Rossi égalisant à la 63ème. La Squadra fait son âge : arthritique et pleine de sève. Un peu des deux, même si physiquement, l'Italie a fini très fort. Gare au Paraguay, bien solide, bien compact et capable d'accélérations à la sud-américaine qui clouent l'adversaire sur place...

Modififié
0 0
Buffon (5) : Rien eu à faire. Si ce n'est aller se baisser pour ramasser le ballon au fond des filets sur le but de Alcaraz à la 39ème. Est-ce de cette façon qu'il s'est blessé ? Car à la surprise générale, il a laissé sa place au jeune Marchetti à la mi-temps, souffrant du nerf sciatique. C'est grave, dottore ?

Zambrotta (6) : Meilleur qu'au Barça... Naaaan, on déconne ! A 33 ans, le Rossonero ramone un peu moins le couloir droit, est moins rapide et le repli défensif essouffle son chrono. Mais bon un bon boulot offensif et une disponibilité au-dessus de la moyenne. Pour le boulot défensif, RAS : avec Pepe, no pasaran !...

Cannavaro (5) : Fabio ne nous refera pas une 2006, c'est clair. Moins de jaillissements, moins de justesse dans la relance, des passes ratées de junior et... le but d'Alcaraz grandement pour sa pomme sur un coup-franc pourtant lointain. Fabio a oublié de sauter ! En 2006, il aurait pris le ballon et renvoyé Alcaraz chez sa mère. Heureusement, il peut compter sur Chiellini en chien de garde, prêt à colmater en dernier défenseur. Sinon, une “présence” qui impressionne encore l'adversaire. Et ça, ça compte.

Chiellini (6) : Ce qu'il y a de touchant avec Cannavaro et Giorgio Chiellini, c'est de voir comment l'Ancien est train de transmettre la science du placement et l'anticipation au plus jeune. Bientôt, c'est Giorgio qui sera le boss de la défense italienne : là, il apprend encore. Sinon, match solide malgré quelques trop longs ballons sur Gilardino.

Criscito (5) : Le bambino a marqué de précision dans ses passes et dans ses centres. Mais bon, très dispo à gauche, de bonnes montées pour étirer la défense guaranie. Domenico n'a que 23 ans : avec ce Mondial, il se voit offrir une formation de luxe au plus haut niveau. Rendez-vous à l'Euro 2012, bambino !

Montolivo (6) : Le bello ragazzo a bien défendu au milieu et il a bien joué entre les lignes en venant apporter son concours aux attaquants. Une bonne technique et un peu de vivacité dans cette équipe de soudards. Mais on est encore loin du grand Pirlo, notamment dans le jeu long... Sinon, une échappée en solitaire sur contre à la 22ème mais achevée par un tir trop faible et trop tôt aux 20 mètres, alors que la voie semblait dégagée. Enfin, une très belle frappe à 25 mètres au ras du poteau déviée in extremis par le gardien Villar (83ème) : la balle de match...

De Rossi (6) : Barbe de Barbaresque méditerranéen ? Barbe des Chemises Rouges de Garibaldi ? Ou bien barbe de... Gattuso ? On pencherait pour la troisième proposition... Une très bonne entame à l'impact, puis un rythme plus laid-back mais jamais vraiment pris en défaut. Coresponsable avec Cannavaro sur le but du Paraguay. Donc auteur de l'égalisation rageuse sur le corner de Pepe (63ème).

Pepe (6) : Pareil que pour De Rossi, grosse entame à l'impact et à la percussion dans son couloir droit, avec des dribbles étonnants et des situations de centres sur corner. Il est passé à gauche en 2ème mi-temps pour un rendement offensif quasi identique. Pepe peut devenir très grand s'il épure son jeu en réduisant le déchet dans ses passes. Auteur du centre sur le corner de l'égalisation.

Marchisio (4) : Lui aussi, bonne entame. Un rôle intéressant entre les lignes, trouvable et dispo pour tous. C'est quand il a commencé à s'éteindre que les Paraguayens ont pu réinvestir le camp italien en milieu de première mi-temps, conduisant à l'ouverture de la marque guaranie. Ceci dit, c'est l'ensemble du milieu italien qui avait trop reculé.

Iaquinta (4) : Grosse déception. N'a pas assez pesé sur la défense paraguayenne. Une grande fébrilité, mauvais choix dans ses ballons négociés dans la surface. Pas assez direct, pas assez premier degré, pas assez première intention.

Gilardino (4) : Grosse déception, également. Alberto doute parce qu'à 27 ans, il sait que Lippi l'a lancé pour être « le » buteur de la Nazionale en Afsud. Beaucoup de pression pour un garçon si « facile » avec la Fiorentina. La chance est peut-être en train de passer... Et la boucle est bouclée : avec Iaquinta et Gilardino, les Azzurri manquent d'un vrai attaquant, c'est pour l'instant flagrant. Si aucun ne joue les Paolo Rossi à partir des 8èmes (si la Squadra y parvient), il faudra dès lors bien bosser les tirs au but...





Remplaçants

Marchetti (5) : A remplacé Buffon à la 46ème. Il n'a négocié aucun ballon, hormis quelques dégagements au pied tranquilles.

Camoranesi (8) : A remplacé Marchisio à la 59ème. A 33 ans, Mauro a juste sauvé l'Italie en bouffant du ballon et en remettant son équipe dans le bon sens : plus devant, plus vite, plus vertical. Il a pas mal dynamisé sur le côté droit et ramassé un jaune (un peu sévère) en signe de galvanisation de ses coéquipiers. Très bon coaching de Lippi, au bon moment : à l'heure de jeu, c'est-à-dire 30 minutes restantes, soit la durée d'autonomie maxima et adéquate pour les jambes de ce bon vieux sanglier Mauro. Sans cafter, Raymond D. n'effectue jamais de premier changement avant la 75ème et le deuxième n'intervenant qu'à la 89ème...

Di Natale (5) : A remplacé Gilardino à la 72ème. Mouais... Du mieux mais pas transcendant dans les 20 derniers mètres. On résume : Gilardino, Iaquinta, Di Natale. On comprend mieux que, sportivement, le lobby pro-Balotelli était plus que légitime.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Parole à la défense
0 0