1. //
  2. //
  3. // CSKA-Monaco (1-1)

Les notes de CSKA-Monaco

Igor Akinfeïev a tenu, tenu, tenu. Muet pendant les 86 premières minutes, Bernardo Silva a toutefois décidé de sortir de son silence pour arracher l'égalisation de l'ASM.

Modififié
188 8

CSKA Moscou



Akinfeïev (8) : La patrie reconnaissante du grand Igor. Même avec un genou en vrac, l’homme reste imprenable en corps à corps. Pas pour rien qu’il est capitaine du club de l’armée. Malgré un dernier acte héroïque, il s’en est pris un à la fin.

Mário Fernandes (7) : Arrivé au CSKA en 2012, le Brésilien a obtenu la citoyenneté russe en juillet dernier et n’est pas près de quitter Moscou. Pourquoi ? Pour l’amour des tacles glissés sur cinq mètres avec ces pelouses russes bien grasses.

Ignashevich (6) : Les papiers sont en règle. Les plaquettes de frein toujours au point. La carrosserie tient le choc. Même avec 150 000 bornes dans le moteur, ce bon vieux Ignashevich fait toujours l’affaire.

Berezutski (5) : Tout pareil que son acolyte, mais le contrôle technique a noté une défection de la direction assistée sur les percées de Thomas Lemar.

Schennikov (4) : À vingt-cinq ans, on est dans la force de l’âge. Forcément, sur l’aile gauche, il a fait cavaler Andrea Raggi. Dédicace à Hervé Renard. A ensuite déserté son poste sur l'égalisation de Bernardo Silva.

Natkho (5) : Si le thermomètre n’affichait pas plus de zéro, le kop du CSKA a fait tomber le haut comme un seul homme en fin de match. En guise de reconnaissance, Natkho, lui, a envoyé des ballons gratos en tribune. Sympa.

Wernbloom (5) : Sa manière de jouer est aussi fine et digeste que la prononciation de son nom. Un boucher, en somme.

Tošić (7,5) : Dans son pays natal, on l’appelle « Bambi » en raison de sa petite taille. Mais qu’on ne s’y trompe pas, à présent, le faon tient bien sur ses pattes. Délicieux playmaker, il a fait tout le taf sur le but moscovite en mettant la misère à Jemerson. En tribune, son compatriote, Miloš Teodosić (le meneur de l’équipe de basket du CSKA), apprécie en connaisseur. Remplacé dans le dernier quart d’heure par Astemir Gordyushenko, qui a gratté quelques minutes en C1 du haut de ses dix-neuf ans.

Golovin (6) : Les services de balle sont toujours au point. Reviens sur les cours, Tatiana !

Ionov (6) : Sorti dès la mi-temps. On a donc retrouvé l’homme qui met tant en rogne Leonid Slutsky et son filet de bave. Pourtant, avec Georgi Milanov (5), le CSKA a fait moins bien dans le deuxième acte.

Lacina Traoré (6,5) :
- « Hey, les mecs, le Lacina, on lui met une clause au cas où dans son contrat à Moscou ? »
- « Demande à Makelele ou Luis Campos.
- « Ah merde, ils sont partis. »
- « T’emmerde pas va. Ça craint rien, il fait 2m03, mais il est nul de la tête. »
Oui, mais Lacina a aussi un pied gauche et ce soir, il s'en est servi pour ouvrir le score contre son employeur.

AS Monaco



Subašić (6,5) : L’anticipation, c’est son filon. Quand il ne tombe pas sur un Téfécé en surrégime, le portier du Rocher est un corsaire à la bouteille pleine de rhum, mélangée avec du coca et un zeste de citron vert. Suba libre.

Raggi (3) : Trop souvent pris de vitesse, une caravane passée à la postérité, les mains en l’air qui s’agitent, une énorme occasion manquée et des passes importantes transformées en balles en cloche. Oui, cet homme est toujours titulaire au Rocher, et il y a de quoi rager. Remplacé par le plus en jambes B. Mendy (69e). Pas Bernard hein, Benjamin.

Glik (6) : Toujours présent dans les duels malgré les coups adverses, l’armoire polonaise s'est fait prendre à son propre jeu, enfumée malgré un paquet bien fourni. Kamil sans filtre.

Jemerson (5) : « Oh darlin', I was blind to let you go / Let you go, baby / But now since I see you in his arms / I want you back. » Malgré sa sérénade à Tošić, quand on perd la tête sur un crochet du gauche destructeur, même Muhammad Ali se retrouve sur les fesses.

Sidibé (7) : Ce soir, l’international devait justifier sa place chez les Bleus à faire l’essuie-glace et mettre en avant sa polyvalence. Un double objectif réalisé avec brio. Djibril a encore du boulot pour se retrouver en tête des moteurs de recherche avant Cissé, mais il est sur le bon chemin.

Bakayoko (5) : L’action loupée par Raggi lui a mis le sourire aux lèvres. La bonne humeur c’est bien, l’expérience des grands rendez-vous, c’est mieux. Remplacé par MBappé (82e), décisif sur l’égalisation.

Fabinho (7,5) : La définition de la sérénité. De vraies percées offensives, du sang-froid, le tout avec l’impression d’être assis dans un transat. Le mec que tu voyais arriver avant un DS de philo les yeux rouges vifs, et que tu retrouves aujourd’hui député à l’Assemblée nationale.

Moutinho (3,5) : Une combinaison manquée sur coup franc, un corner dans le petit filet et un numéro d’otarie manqué. Son début de match était poussif, Jardim s’en est vite rendu compte. Remplacé à la 41e minute par Carrillo (6), sorti de sa boîte magique pour jouer au carillonneur.

Youtube

Silva (6,5) : Trop perfectionniste et presque exaspérant pendant une grosse partie du match, Bernardo est sorti de son silence au meilleur moment. La marque d’un champion d’Europe.

Lemar (6,5) : Des idées, de la jeunesse, de l’ambition. En soi, une certaine idée du renouveau. Bruno Lemar.

Germain (4,5) : La prochaine fois, le capitaine monégasque devra penser à asperger ses chaussures de Pattex, sous peine de voir son crâne devenir chauve avant la fin de l’année. Il avait matière à marquer ce soir, il a donc de quoi s’en vouloir.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Florian Lefèvre et Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    B. Silva n'est pas franchement champion d'Europe.
    mixmaster Niveau : DHR
    Nous ne sommes pas 11, nous sommes 11 millions de champions d'Europe !
    Bernardo Fabinho Niveau : DHR
    Je trouve que vous etes bcp trop gentils avec Sidibé et severe avec Jemerson.

    Sidibé a perdu plein de ballons offensivement, souvent fait les mauvais choix. Manque de spontaneité.

    Jemerson de son coté je l'ai trouvé solide
    Doug Wilson Niveau : DHR
    Oui mais Jemerson est fautif sur les 3 buts du TFC Vendredi.
    Il est trop limité ce mec.
    Je préfère mille fois un Raggi associé à Glik.
    Archi d'accord avec toi, sur le premier but, Sidibé me semble très juste et nonchalant dans sa façon de défendre. Il reste à 2/3 mètre du porteur du ballon, sans chercher ni à le presser, ni à réellement couvrir l'angle de passe, en gros il sert pas à grand chose, Bernardo n'aide pas en laissant Tosic filer. Sidibé a fait énormément de mauvais choix offensifs dans le match. A sa décharge, il les a fait souvent quand il était côté gauche, alors qu'il est venu à Monaco pour se stabiliser à droite.
    Après, on en revient à l'utilité de mettre Raggi en latéral droit, ce qui, vraisemblablement ne lui réussit pas. Sur le but, il ne tient le marquage ni sur Traoré, ni sur le mec de derrière, en gros on comprend pas son positionnement. Quand Jemerson se fait crocheter et que Glik lâche traoré pour tenter de gêner Tosic sur la frappe, c'est à lui de gérer le marquage sur Traoré, et là désolé, mais un bon défenseur central aurait le réflexe, ce qui me laisse penser qu'en ce moment, il est vraiment en dedans.
    Pour en revenir à Jemerson, il se fait crocheter sur le but, certes mais signe deux tacles hyper décisif plus une intervention tout aussi importante devant traoré.
    Bref, je suis aussi un peu surpris par ces notes.
    2 réponses à ce commentaire.
    Jacky Wilshere et Henri Michel Niveau : DHR
    Je n'ai maté que la deuxieme MT mais j'ai été vraiment impressionné par la presence et surtout le nombre dingues de centres qu'a fait Sidibé. Presque tous dangereux qui plus est.
    Chenipan sauvage Niveau : District
    Le mec il avait les yeux parce qu'il avait pleuré avant le devoir de philo? ou à cause d'un glaucome?
    Fabinho, c'est vraiment un monstre d’intelligence et de technique.
    Franchement, quand il est mis dans de bonnes conditions (c'est à dire pas seul à se taper le boulot défensif), il est quasi tout le temps excellent.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    188 8