En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bayern-Atlético de Madrid (1-0)

Les notes de Bayern-Atlético

Grâce à un milieu de terrain dominateur, et à des ailiers en feu, le Bayern n'a jamais laissé l'occasion aux Colchoneros de revenir. Il faut dire que les hommes de Diego Simeone n'y étaient pas du tout.

Modififié

Bayern Munich



Neuer (6) : Toujours aussi costaud et à l'aise lorsqu'il faut prendre ses responsabilités. Enfin un Manuel qui ne quitte pas le navire pour satisfaire ses ambitions personnelles.

Rafinha (5) : Joue sur le côté de Robben, donc n'a pas le droit de toucher le ballon. Embêtant pour jauger son niveau offensif.

Hummels (6) : Des trajectoires bien calculées pour un placement toujours optimum et des grandes relances millimétrées. Toujours la meilleure note au DM de maths hebdomadaire. Mats sup.

Alaba (6,5) : Comme bien souvent où qu'il soit placé, David a sorti un match plein. Mais il a souvent regardé son couloir gauche avec nostalgie. Car c'est là qu'est son vrai foyer. Sweet home Alaba-ma.

Bernat (7) : En terrain hostile face à des Madrilènes durs sur l'homme, il a gardé toute sa classe et est resté impeccablement coiffé. Bernat de la Villardière.

Alcántara (6,5) : Insaisissable au milieu de terrain pendant trente bonnes minutes, il s'est mis à en faire un peu trop et a surtout raté l'immanquable. Du Alcántara, quoi.

Vidal (6) : Pas spécialement impressionnant, il a quand même eu le mérite d'éteindre complètement Griezmann. Bref, il est indispensable pour garantir l'équilibre dans son équipe. Arturo Vital.

Sanches (6) : Toujours la même gueule et les mêmes épaules de quaterback. Et ça tombe bien, parce que ça colle avec son jeu de distributeur hors pair.

Robben (7) : Il lui aura fallu trente secondes pour tenter sa spéciale, sans succès. Ensuite, il l'a cherché, encore et encore, sans relâche, sans jamais trouver l'ouverture. Mais ça fait du bien de le revoir en jambes, ce gros forceur. Remplacé par Kimmich en fin de match, pour la forme.

Lewandowski (6) : Un coup franc, un but, et puis c'est tout. Et c'est déjà pas mal, surtout quand ça donne la victoire. Remplacé par Müller, histoire d'apporter du style.

Costa (7,5) : Un tout-droit avec une vraie qualité de centre, ça fait un sacré joueur de foot. Intenable, le type. Remplacé par Martinez dans les derniers instants. Un peu moins rapide.


Atlético de Madrid



Oblak (6) : Un taf honnête, mais insuffisant pour mettre les siens à l'abri du besoin. Du travail au black.

Vrsaljko (5) : Pour compenser l'absence de Filipe Luís, Diego Simeone a pris un Scrabble, a tiré sept-huit lettres, et n'a pas trouvé mieux que « Vrsaljko » . Dur.

Godín (5) : Il s'est un peu laissé porter par la grosse prestation de Savić. C'est pas ce qu'on veut voir d'un capitaine. Sûrement parce qu'il est déjà très pressé de venir à Marseille.

Savić (7) : Clairement le meilleur défenseur colchonero ce soir, il a multiplié les interventions de grande classe dans sa propre surface. Et en plus, il a la gueule à être un pote de Jacques Mesrine, alors on n'a pas envie de l'embêter.

Hernandez (6) : La légende raconte que Diego Simeone est allé chercher Lucas Hernandez dans une maternité de Marseille lorsqu'il était nourrisson. Depuis, il le nourrit exclusivement de viande crue, et le dresse à coups de bâton. Et voilà ce que ça donne sur un terrain. Un vrai chien.


Ñíguez (4,5) : Qu'il est loin le temps où Saúl explosait la défense du Bayern en demi-finales pour inscrire un but incroyable. Cette fois, l'Espagnol a paru dépressif, tant il a passé son match la tête baissée. Saúl pleureur.

Gabi (4) : « Gabi, oh Gabi ! Tu devrais pas m'laisser la nuit, j'peux pas dormir, j'fais que des conneries. » Ça s'est vu ce soir, avec ces pertes de balle inhabituelles.

Koke (4) : Vingt-huit passes pour lui ce soir. Pas mal pour un mec censé être la plaque tournante de son équipe, et symptomatique du non-match de l'Atlético. Dure soirée pour Koke. Enfin, « Kokeu » , selon Élie Baup. Remplacé par Partey pour les vingt dernières minutes. À vos marques, prêts...

Gaitán (3) : Si le brouillard de l'Allianz Arena s'est peu à peu dissipé en deuxième mi-temps, il a continué de planer au-dessus de Nico, invisible. Remplacé par Correa, guère plus bandant que Pablo.

Griezmann (4) : En grande difficulté, ses coéquipiers ont trop longtemps espéré un exploit de sa part pour se sortir de ce mauvais pas. Mais Grizou ne peut pas tout faire. Pas grave, il viendra trouer Neuer en demi-finales, comme d'habitude.

Carrasco (5,5) : Si ses nombreux appels ont été précieux en première mi-temps, il n'a pas su remporter son face-à-face avec Neuer qui aurait pu changer le match. Ensuite, il s'est éteint en seconde avec toute son équipe. Remplacé par Gameiro à l'heure de jeu, qui a fait énormément de bien de par sa fraîcheur.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
    il y a 7 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9
    À lire ensuite
    Les notes du PSG