1. //
  2. // Quarts
  3. // Barcelone-Atlético (2-1)

Les notes de Barcelone-Atlético

D'un côté, Luis Suárez, son côté obscur et sa précision chirurgicale, le Dexter catalan. De l'autre, Fernando Torres, son ouverture du score et son pétage de plomb, l'éternel enfant. Deux schizophrènes, mais deux rendements différents. Et avantage donc logique au Barça, en supériorité numérique face à de courageux Colchoneros.

Modififié
1k 102

FC Barcelone


Ter Stegen (6) : Le grillage de David Luiz face à Luis Suárez aurait pu lui servir sur le premier but. Pour un gardien allemand, il s’émancipe en se servant de ses mains sur la frappe de Griezmann quand le score était encore de 0-1 et Madrid à 11.

Daniel Alves (7,5) : Pour un mec dont le style vestimentaire au quotidien fait passer Desigual pour une marque distinguée, il envoie des caresses visuelles sur chaque centre. Sur l’un​e​ d’​elles​, ça termine sur le crâne de Suárez et donc dans les ficelles. Décisif sur les deux buts, visiblement il était vexé de son « air marquage » sur CR7 dans le Clásico et voulait rappeler au monde qu’il était encore le meilleur latéral droit du circuit.

Piqué (4) : Entre deux sessions sur ​Périscope, le défenseur est parti aux champignons sur Koké sur l’ouverture du score. Mais bon, Gérard va rentrer chez lui, trouver une saucisse-purée à réchauffer sur la table du salon avec un mot de maman et un petit cœur. Whenever, wherever.

Mascherano (5) : Au chômage technique après la pause, pas spécialement rassurant en début de match, l’Argentin confirme qu’il n’est pas un défenseur central de formation, mais qu’il demeure le meilleur choix axial de son club.

Jordi Alba (5,5) : Blessé au poignet en première période, il a dû se repasser en boucle la séquence de Bernie : « Fini la branlette ! M’en fous, je suis gaucher. » Une passe décisive sur une frappe ratée par la suite et beaucoup de kilomètres sur sa Vespa. En revanche, cette tentative de frappe du pied droit, c'est non.

Sergio Busquets (6) : En 1995, son pater jouait un quart de finale de C1 en pantalon, aujourd'hui, il a contrôl​é​ la balle​ du gauche dans sa surface​ face à son but​ ​avant de se retourner, de s’ouvrir l’espace d’un crochet du droit avant de relancer du gauche. Le tout en marchant et sous le pressing de l’Atlético qui l'a quand même bien embêté. Remplacé par Sergi Roberto aka Serge Robert en VF, moins sexy du coup.

Rakitić (4) : Trop de soleil et de chaleur pour le Croate. Diminué, il a laissé Rafinha terminer le travail dans cet urban foot à ciel ouvert.

Iniesta (7,5) : Dans le dur face au Real Madrid, le meilleur joueur de l’histoire du club a fait une première demi-heure dorée. Par la suite, ses remontées de balle ont tout changé​, et sa spéciale feinte de corps + contrôle a encore de beaux jours. ​Dame nature ayant oublié de lui donner la beauté, elle s’est rattrapée sur le talent. Remplacé par Arda Turan, qui n'avait pas envie de remuer le couteau dans la plaie face à ses ex-partenaires.

Messi (5,5) : Emmerdé par le quadrillage de l’Atlético de Madrid, l’évadé fiscal numéro 1 du club n’était pas dans son assiette. En temps normal, son combo amorti poitrine-retourné termine dans les ficelles. Pas cette fois.

Suárez (8) : Capable de hurler la perte de son tibia lors d'une action et d'être, 5 secondes plus tard, au cœur de la surface adverse pour attendre une offrande, l'Uruguayen aurait pu être le premier exclu de la rencontre suite à un mauvais coup de pompe. ​Fidèle à ses stats de cannibale puisqu'il va rentrer dans sa caverne avec un bout de peau de Juanfran et la pommette de Filipe Luís. ​Sur le pré, ça donne un premier but de renard​ et​ un autre d’avant-centre. Sa saison ? 45 matchs, 45 buts. « Je ne pensais pas avoir le niveau pour jouer au Barça » , et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu…

Neymar (7) : Sans doute perturbé par les « Panama Papers » , le Brésilien n’avait pas la réussite habituelle sur ses différentes tentatives (une barre et un quasi-poteau pour lui), mais ses dribbles vers l’intérieur ont ouvert des brèches incessantes entre les lignes adverses. Sa relation avec Iniesta est à la limite de la pornographie.


Atlético de Madrid FC


Oblak (5,5) : Par deux fois, il s’est fait voler les clefs du 35 tonnes garé devant sa cage par ce mordu de Suárez sans vraiment pouvoir y faire quoi que ce soit.

Juanfran (6,5) : A ajouté « mettre des grands ponts à Iniesta » et « marcher sur Neymar » à ses activités favorites. Sachant que « gagner dix minutes de jeu » en faisait déjà partie depuis bien longtemps.

Godín (6,5) : De l’aplomb et de la ruse. Dans le milieu, on l’appelle « le vieux qui ne veut pas lâcher l’affaire » . Il faut croire qu’il voulait rendre hommage à son homonyme marseillais, Jean-Claude de son prénom. L’effondrement en plus.

Hernandez (6) : À 20 ans, il joue un quart de C1 comme un match au city-stade en bas de chez lui.Dans les airs, au sol ou pour gueuler sur Neymar, le mec est à l'aise. Born to be alive.

Filipe Luís (5) : À trop vouloir se frotter avec son homonyme Uruguayen, on s'en prend plein la gueule. Mais bon, pour un mec qui porte un serre-tête, il a quand même fait plus que bonne figure.

Gabi (6,5) : Courage, ténacité et endurance, le capitaine du navire madrilène a même mis ses testicules à contribution. En fait, la minute d’applaudissement du Camp Nou à la 14e, c’était un peu pour lui aussi.

Koke (6) : Ok, le système tactique et défensif de Simeone est légendaire. Mais quand même, quel gâchis pour lui. Il lui a suffi d’une passe pour mettre Torres face au but. Sinon, il s'est épuisé à coulisser tout le match.

Saúl Ñíguez (5) : De Better Call Saul, à Saul pleureur, à un peu Ñíguez.

Griezmann (6) : Deux frappes dangereuses et un attentat sur Jordi Alba. Un joli ratio compte tenu de ce qu’on lui a donné. Remplacé par Thomas Partey, un beau bébé.

Carrasco (6) : Ou comment passer de joueur bordélique à ailier rigoureux tactiquement qui n'hésite pas à se dépenser. Remplacé précocement par Augusto Fernández, qui s'est mis au niveau en prenant son jaune.

Fernando Torres (10 puis 0) : Il est arrivé, il a kiffé, il a déconné, il est reparti. L'histoire de Gianni Infantino et des Panama Papers.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Mathieu Faure et Ugo Bocchi
  • Modifié

    Dans cet article

    Comme sur le match de liga, l'égalisation vient d'une passe dé d'Alba, et la victoire d'une passe d'Alves pour Luis.

    Voilà.
    Note : 6
    Message posté par RamCruz
    Alors l'Atlético, c'est impressionnant côté rigueur tactique et grinta. C'est même presque agréable de les voir défendre tellement c'est efficace.
    Mais cette équipe est une insulte au football, comment peut-on refuser le jeu à ce point ? Défendre c'est bien et c'est efficace mais à ce niveau là c'est une véritable purge. Et si encore c'était fait proprement... Mais ils passent tout leur match à simuler, faire des attentats, de l'antijeu, contester, gagner du temps.
    Mention spéciale à Oblak qui a commencé à vouloir gagner du temps à la 9ème minute de jeu.


    Comment peut-on refuser le jeu à 10 contre Barcelone, au Camp Nou, face à une des plus belles attaques de l'histoire. Je me le demande aussi.
    Je trouve severe la note de Messi. Il a reussi deux ou trois rush qui auraient pu etre cruciaux si Suarez ratait pas tout en 1 MT. Sinon tres bonne 2 MT de Alves. Le meilleur barcelonais pour moi. Et Luisito, simplement phenomenal sur le 2e but. Victoire laborieuse qui j'espere, va les reveiller. Je les vois demin au retour ce sera hard mais je vois un nul 1-1 ou 2-2.
    Note : 3
    @MaxJP barca nul a chier? Tu m'expliques?? Les mecs ont aligne 39 matchs sans perdre et tout d'un coup en deux matchs ils deviennent nuls a chier? Jai vraiment du mal a comprendre la vision qu'ont certains du football. Et concernant Messi, hormis le clasico et le match de ce soir, il a repondu present a tous les grands rdv. Il va pas te sortir un gros match a chaque fois d'ou le recrutement de Suarez que tu evoques justement. La culture de l'instant, qu'est ce que c'est gerbant!
    Note : 1
    A 10 contre le Barça, Si t'es joueur tu perds 3-0.

    Moi je trouve pas du tout que c'est une insulte au football cette equipe de l'Atletico. Suffit simplement de regarder les Stats de la première mi temps pour se rendre compte que c'est le rouge de Torres qui a conduit à une attaque-défense : 4tirs 1 cadres pour Madrid, 6 tirs 1 cadre pour le Barça. Oblak fait quasiment aucun arrêt décisif en première période et la seule vraie occaz c'est la tete de Neymar au dessus (à la rigueur la frappe de Messi trop croisé). De son côté ter Stegen sort une grosse parade sur Grigri. Bref comme en Liga si y a 2-0 à la mi temps pour l'Athletico c'est franchement pas un scandale.
    Note : 2
    L'arbitrage fait intégralement partie de la tactique au Barça:
    - Harcèlement constant de l'arbitre.
    - Fautes professionnelles discrètes.
    - Aller constamment provoquer la faute de l'adversaire.
    - Simulations systématiques.
    - Pression du public.

    Si on ajoute que les joueurs du barça sont excellents techniquement, malins et rapides...
    C'est même pas que l'arbitre est pro-barça, c'est juste qu'il est mis dans des conditions telles qu'il ne peut rien faire d'autre que souvent faire basculer le match.
    A la limite, c'est pas trop grave tout ça, ce qui l'est plus c'est que les fautes du Barça restent impunies. Je ne parle même pas des coups de putes de Suarez, qui arrivent dans toutes les équipes. Mais les fautes systématiques pour empêcher les contre-attaques adverses c'est vraiment pénible. Je les avais déjà vu faire contre le Real (sans aucune carte jaune) et hier soir c'était encore plus flagrant. Certes c'est pas évident de mettre une carte sur un tirage de maillot avant même d'arriver au milieu de terrain, mais tout de même, c'est de l'anti-jeu caractérisé. Un peu comme si l'arbitre ne sifflait plus les tacles assassins face au Barça, ça foutrait tout leur jeu en l'air.
    Frenchies Niveau : CFA
    Note : -1
    Message posté par Othello
    100% avec toi Massimo69, une fois de plus le sort du match est à moitié décidé par l'expulsion de Torres. A onze contre dix, c'est plus facile, hein...


    si y a rouge à un moment (ou 10 jaunes au total plutôt)
    c'est justement parce que même à 11 le match était très difficile pour l'atlético !!!

    honnêtement, si c'est pas Torres à la 40ème
    c'est peut être Filipe Luis ou Godin
    qui prennent un rouge autours de l'heure de jeu ...

    Ils ont étés en dessous techniquement (et je considère qu'intervenir défensivement dans le bon timing et dans les limites des règles du jeu >> c'est de la technique).

    Et comme c'est le cas de ceux qui n'ont que le "jeu dur" (= défendre sur le fil) pour contrer les talents individuels (et le niveau de mouvement collectif) ... à un moment du match, la répétition des fautes grossières se paye.

    Je ne vois QUE le bayern a avoir non seulement les moyens (ça ils sont pas les seuls) mais aussi L'AMBITION de jouer au foot contre le barca (j'ai tendance à croire que le PSG aussi quelque part) et c'est pourquoi j'aurais toujours peur que d'eux.
    pas du real, pas de l'atletico, pas des équipes du MOU
    tous sont capables d'un exploit ... mais sur 10 matchs, je pense que le barca (et sa philosophie et ses talents) gagnerait 6 voir 7x sur 10.

    Après c'est sûr, le barca n'est pas pour autant à l’abri d'un jour sans ... comme samedi.
    Mais je reste persuader que le barca a son destin entre les pieds ... là où ses adversaires qui refusent de jouer, n'ont qu'à prier que la MSN croque comme rarement :/
    Note : 3
    Quelqu'un peut se remémorer un instant en champions où on a pu se dire même subrepticement que le Barça a été lésé par l'arbitrage ? LE vent souffle quand même vachement dans leur sens surtout au niveau des cartons...
    Message posté par Fabest69
    Quelqu'un peut se remémorer un instant en champions où on a pu se dire même subrepticement que le Barça a été lésé par l'arbitrage ? LE vent souffle quand même vachement dans leur sens surtout au niveau des cartons...


    Je pourrais te sortir une liste énorme de situation qui montre que le Barça a souvent été désavantagé, mais ça risquerait de te bouleverser tellement ca va à l'encontre de tes croyances bâties par des années de formatage anti-Barça.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    1k 102