Les mots de Roy

C'était il y a dix ans. Il était le capitaine d'une génération, la grande gueule d'un vestiaire, le caractère d'un groupe. Le 18 novembre 2005, Manchester United annonçait le départ de Roy Keane par un communiqué rédigé des mains de Sir Alex Ferguson. Ou comment une interview non diffusée a fait dépasser la tête d'un homme plus haut que le sommet d'une institution.

588 13
C'est une génération. Ils sont tous là : David Beckham, Nicky Butt, Darren Fletcher, Ryan Giggs ou encore Paul Scholes. Le décor est le même, aussi. Old Trafford, ses 75 000 sièges, son âme et son odeur. Sur le bord de la pelouse, le guide est là également. Il fait face à sa tribune, la Nord, celle qui porte désormais son nom : Sir Alex Ferguson. C'était samedi dernier, Manchester est à la fête. La ville accueille ses héros d'hier pour un match de charité en faveur de l'UNICEF opposant une sélection britannique et irlandaise contre une sélection mondiale. Le XI de Ferguson fait face au XI de Carlo Ancelotti. Les potes de Beckham et son fils, Brooklyn, s'imposent au final 3-1. Paul Scholes a régalé, encore. Zidane et Vieira, eux, ont préféré annuler leur voyage après les attentats parisiens. Dans ce tableau, un autre absent. Il est de retour de Zenica où sa sélection nationale, dont il est l'adjoint, vient de chiper un nul précieux dans la course à l'Euro 2016. Il a refusé la main tendue officiellement pour se consacrer à son job d'adjoint avec l'Irlande. Old Trafford n'a pas retrouvé son ancien capitaine : Roy Keane.

Les lunettes de Schmeichel


Son Irlandais, le Théâtre des Rêves ne le voit plus qu'à travers des écrans, ou une vitre située tout en haut d'Old Trafford. C'est de là que l'ancien joueur distille ses tacles médiatiques contre les joueurs de son ancien club, notamment pour la BBC et ITV. Il crache sur « la honte » Ashley Young, affiche son scepticisme face au management de Louis van Gaal. Il écrit aussi, sur lui. Une première fois il y a treize ans et une « Second Half » il y a quelques mois. Roy Keane est dans sa bulle. En permanence. Dans l'excès, toujours. Car il a toujours des choses à dire, beaucoup. Sur un départ en particulier. C'était il y a dix ans jour pour jour, le 18 novembre 2005, par un communiqué solennel écrit des mains de Sir Alex Ferguson et David Gill, alors directeur exécutif de Manchester United.

Manchester. C'était le maillot de son modèle, Bryan Robson. C'est aussi des couleurs, le rouge et le blanc, celle de ses premières détonations à Nottingham Forest sous Brian Clough de 1990 à 1993. C'est aussi celles qui accompagneront le caractère vers les sommets personnels, à Turin un soir d'avril 99 pour conduire les siens vers un sacre européen, ou en 2000 lorsqu'il sera désigné joueur de l'année par ses pairs et par la presse. Roy Keane, c'était donc ça. Des sommets et des dérapages. Un gars capable de mettre fin à la carrière d'un Norvégien lors d'un derby, de faire fermer la gueule à un nouveau partenaire, Edwin van der Sar, et de caler quelques noirceurs sous l'œil d'un coéquipier. Ça, c'était à l'été 98, Keane avait levé quelques pintes avec son gardien, Peter Schmeichel lors d'une tournée de pré-saison avec Manchester United à Hong Kong. Résultat : un œil au beurre noir pour le gardien et des lunettes de soleil en conférence de presse le lendemain. « Monsieur Schmeichel, qu'est-ce qu'il est arrivé à votre œil ? » .

Rock of Gibraltar


Keane le sait. C'est un impulsif, imprévisible et difficilement compréhensible. Son départ de Manchester United résume tout. Absolument tout. De sa colère à la manière dont son contrat a été déchiré des mains de Sir Alex Ferguson. Comprendre l'histoire de cette cassure nécessite un recadrage temporel. C'est avant tout l'histoire d'un cheval de course, ou plutôt du meilleur cheval de course. Un ancien recordman du monde de victoires d'affilée, propriété de Ferguson en personne avec Susan Magnier, épouse du businessman irlandais John Magnier, plus connu sous le surnom de The Boss. Magnier, associé à de nombreux investisseurs, est alors à l'époque propriétaire de 28,89% des parts de Manchester United. Le canasson, appelé Rock of Gibraltar, va alors être le cœur d'une bataille judiciaire sans précédent. La faute à une retraite prise en 2003 et des discordes sur les exacts termes de la co-propriété de la machine à trophées.

Roy Keane racontait dans la deuxième partie de son autobiographie l'épisode : « Quand j'étais en Irlande, un proche m'a dit d'expliquer à Ferguson qu'il ne pourrait jamais remporter cette bataille judiciaire. » D'autant que l'actionnaire et ses amis vont faire pression sur le manager et la direction du club pour demander des comptes sur treize transferts, sur des investissements réalisés. Le document des 99 questions sera la première marche du rachat du club par Malcolm Glazer en 2005. Ce sera aussi la première fracture de confiance entre Keane et Ferguson.

La tête qui dépasse


Si le statut de Keane ne bouge pas, sa conception idéale de Manchester United est bousculée. De l'argent est injecté en masse, Ferdinand détruit tous les records en débarquant en 2002 de Leeds pour 30 millions de livres. David Beckham prendra une chaussure dans la gueule et partira au Real en 2003. Ferguson, lui, ne bouge pas et affirme que toute tête qui dépasse du club tombera. Tout va basculer un lendemain de défaite à Middlesbrough le 29 octobre 2005. Manchester United est giflé 4-1. Keane, lui, soigne une blessure au pied contractée un mois plus tôt contre Liverpool. Le capitaine va alors prendre la parole sur la chaîne du club, MUTV : « Juste parce que vous êtes payés 120 000 livres par semaine et que vous jouez 20 bonnes minutes contre Tottenham, vous pensez que vous êtes une superstar. Les joueurs expérimentés ont laissé de côté les jeunes joueurs. Il n'y a plus de personnages dans ce groupe. Aujourd'hui, il suffit de mal jouer pour être récompensé. C'est ce que je ferai à mon retour. Mal jouer. »

L'interview ne sera pas diffusée, elle est introuvable, plus personne aujourd'hui n'ose même aborder l'épisode dans l'entourage du club. L'extrait est visionné en privé, par les membres du staff. Roy Keane est sanctionné de 5 000 livres d'amende. Le lendemain, Sir Alex Ferguson notifie au groupe que le capitaine ne reviendra jamais à Manchester : « On ne peut pas être plus important que l'institution Manchester United. De toute façon, beaucoup de joueurs avaient peur de lui. » Roy Keane, lui, l'apprendra bien plus tard. Par un échange, avec son ancien mentor. Un homme à qui il avait demandé de « reprendre la main sur le groupe pour ne pas laisser le club s'endormir » . Keane : « Puis-je jouer pour quelqu'un d'autre ? » Ferguson : «  Oui, tu peux, car on a déchiré ton contrat. » Old Trafford ne reverra plus Roy Keane. Keane ne reparlera jamais à Ferguson.

Par Maxime Brigand Propos de Sir Alex Ferguson tirés de Managing my life, ceux de Roy Keane tirés de ses deux autobiographies.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

C'est dommage, ça à l'air intéressant les histoires de conflits entre Ferguson et ses actionnaires, et le changement de paradygme du Manchester "familial" vers une industrie sportive, mais on ne comprends pas grand chose à l'article...
Il s'est passé quoi concrètement entre les actionnaires et Ferguson?
Saint Just Niveau : DHR
C'est claire ! J'ai rien pigé alors que ouais ca a l'air intéressant.
TchangPapado Niveau : District
Heureux de voir que je ne suis pas le seul à avoir relu trois fois ce passage...
J'ai absolument rien compris non plus, c'est phénoménal cette capacité à foirer un article qui avait l'air intéressant...
NoumaNoumaYé Niveau : DHR
Non mais les mecs, vous comprenez rien, c'est de la prose en fait, tout en emphase et en sous-entendus... Ouais en fait j'ai compris que dalle sur le cheval de course...
De mémoire un article avait été fait par So Foot sur l'affaire du bourrin, et il expliquait bien le contexte.

Certes un lien dans l'article en référence eut été appréciable, après si ça vous intéresse ça se trouve...
Je n'apprécie pas du tout le joueur qu'il a été, mais je suis d'accord avec ce qu'il soulève concernant la folie qui entoure les jeunes joueurs depuis un moment.

Les grands clubs ont aujourd'hui perdu le fil en recrutant à prix d'or et en payant de façon démesurée des jeunes qui n'ont encore rien prouvé.
Et la presse sportive n'aide pas toujours en exagérant toutes les performances de ces jeunes qui au final ne savent plus s'ils sont les meilleurs au monde ou les pires arnaques du siècle.
C'est extrêmement mauvais et pour les jeunes et pour les grands clubs qui perdent du crédit et du prestige en agissant de la sorte.
Pour moi Utd est un grand club qui doit recruter des joueurs confirmés et non des espoirs, sachant qu'ils peuvent se les former en interne.
La mauvaise période que traverse Utd est due en partie à cette folie.
1. rien compris à l'article malgré plusieurs lectures (j'dois etre con surement).

2. nouvel inscrit sur le site, juste pour vous dire sofoot que le site est devenu merdique, je parle pas du forum etc vu que je n'est jamais ete inscrit mais la gueule du site frcht... je venais tres souvent, plusieurs fois par jours tous les jours, depuis le changement je ne viens que tres rarement dc faite quelque chose, revenir en arriere n'est pas la solution mais bordel changer moi ce truc ..

merci
Cher So Foot,

C'est bientôt noël, alors voici ma liste:

- Une refonte du site.

C'est tout, merci.
Rien pippé non plus. Sur Keane un joueur de sa personalité est néfaste quand il est déclinant, c'etait la bonne décision de le virer
Sinon la finale de 99 c'était au Camp Nou
Sinon la finale de 99 c'était au Camp Nou
Des articles imbitables avec, en prime des approximations. Le tout sur un format dégueulasse qui rend la lecture encore plus compliquée. Et pour couronner le tout, 10 fois moins de commentaires, et donc d'échanges, qu'avant (l'interview, pourtant interessante, de Xavi: 6 commentaires...)

Bien longtemps qu'on avait pas vu un site se saborder de la sorte, belle perf'.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
588 13