Les moments-clés du parcours des Bleus



Plus dure sera la chute. En finale, à Saint-Denis, face à un Portugal privé rapidement de Cristiano Ronaldo... C'est le moment de rembobiner l'aventure des Bleus.

Modififié
425 24

29 mars 2016, la dynamique s’enclenche

Pour la première fois depuis la soirée du 13 novembre, l’équipe de France revient au Stade de France. Les Bleus s’imposent avec la manière contre la Russie (4-2), dans la lignée d’une victoire aux Pays-Bas (2-3) quatre jours plus tôt. Ils sont acclamés par le public tricolore. Prometteurs, Kingsley Coman, Dimitri Payet et N'Golo Kanté marquent des points certains dans l’esprit du sélectionneur. Buteur de la tête, Dédé Gignac traverse tout le terrain pour célébrer avec les remplaçants français, à commencer par Olivier Giroud. Comme pour dire à Benzema que les hommes de Didier Deschamps voient la vie en bleu sans l’attaquant du Real ? DD et le président de la Fédération vont bientôt trancher.


13 avril 2016, la non-sélection de la Benz’

La décision tombe, et cette fois, il n’est plus question pour Noël Le Graët de réconcilier « deux garnements » , comme il l’avait déclaré dans une conférence de presse lunaire en décembre dernier. « Je ne serai pas sélectionné pour notre Euro en France… » , informe lui-même Karim Benzema sur Twitter. Comme le recommandaient publiquement le Premier ministre, Manuel Valls, et le ministre des Sports, Patrick Kanner, Deschamps et le président de la 3F décident de se passer de l’attaquant du Real – déjà suspendu depuis quatre mois – impliqué dans l’affaire de chantage à la sextape. Parce que « la capacité des joueurs à œuvrer dans le sens de l'unité, au sein et autour du groupe, l'exemplarité et la préservation du groupe » , ça compte aussi, justifie la Fédération. Juste avant le début de la compétition, Benzema accusera dans la presse espagnole son sélectionneur d’avoir « cédé sous la pression d'une partie raciste de la France » .

12 mai 2016, la liste sans surprise

Le sélectionneur national sort la chemise blanche et le costume bleu au 20h de TF1. L’heure est venue d’annoncer les 23 joueurs (plus les réservistes) qui participeront à la sauterie dans l’Hexagone. Verdict : aucune surprise. Fidèle à lui-même, DD fait confiance à ses gars sûrs, à commencer par Yohan Cabaye et Moussa Sissoko, qui sortent pourtant d’une piètre saison en Angleterre. Kevin Gameiro, Alexandre Lacazette et Hatem Ben Arfa ne sont pas dans les 23 contrairement à Olivier Giroud. Raphaël Varane, Jérémy Mathieu et Lassana Diarra devront quant à eux déclarer forfait à la dernière minute. L’opinion publique s’arrache les cheveux, mais ne sait pas encore que Giroud plantera trois fois en phase finale, quand Sissoko finira l’Euro en boulet de canon.

G le maudit


10 juin 2016, des débuts hasardeux

Et si Hugo Lloris n’avait pas fait barrage à Bogdán Stancu ? Et si la France s’était retrouvée menée, chez elle, lors du match d’ouverture ? À bout portant, l’attaquant roumain est à deux doigts de glacer le Stade de France dès la quatrième minute de jeu. Au terme d’un match poussif, il faut attendre un éclair inespéré de Dimitri Payet – pied gauche – pour délivrer les Bleus à la 89e (2-1). Un but succulent, une victoire qui annonce déjà la qualification pour le tour suivant et surtout des larmes de joie pour celui qui endossera encore le costume du héros face à l’Albanie.


15 juin 2016, c'est long 89 minutes

C'est l'histoire d'un paradoxe. Comme face à la Roumanie, les Bleus ont galéré comme pas permis face à l'Albanie, privée de Lorik Cana. Mais comme face à la Roumanie, il y a la délivrance au bout qui vient éclipser l'embarras tricolore. Sans imagination ni plus de génie (Pogba débute sur le banc, tout comme Griezmann), l'équipe de France met 89 minutes pour placer son premier tir cadré : une offrande d'Adil Rami venue de la droite reprise victorieusement par le mètre 76 d'Antoine Griezmann. Dans la foulée, Payet plante le deuxième. La France est la première équipe qualifiée pour les huitièmes de finale.



19 juin 2016, pas encore de certitudes

Ça aurait été trop beau. Trop fou. Quand Dimitri Payet déboule dans la surface suisse à la réception d'un long centre de Moussa Sissoko, difficile de se douter que l'attaquant de West Ham va rabattre le cuir de volée dans la cage de Sommer. Et pourtant sa reprise vient fracasser la barre transversale. Un frisson comme le stade Pierre-Mauroy n'en connaîtra pas deux. La première période est encourageante, la deuxième plus barbante, le traditionnel but salvateur de la fin de match n'arrivera pas (0-0). Au moins, Paul Pogba a retrouvé sa place de leader du milieu de terrain.

26 juin 2016, piqués au vif

Premiers de leur groupe, les Bleus partent largement favoris devant la République d’Irlande en huitièmes de finale. Mais une faute de Paul Pogba dans la surface adverse vient tout de suite contrecarrer les plans tricolores. Robbie Brady transforme le penalty. À la pause, l’Irlande tient son avantage. Les Tricolores n’ont plus le choix. Deschamps chamboule ses plans tactiques (d’un 4-3-3 à un 4-2-3-1 avec Matuidi repositionné à gauche et l’entrée de Coman à la place de Kanté) avant que l’équipe de France ne fasse sauter le verrou irlandais (2-1). Et le sélectionneur s’appuiera sur cette nouvelle base pour la suite de la compétition.


Le festival offensif du 3 juillet 2016


L'Angleterre aura réussi à nous faire craindre l'Islande. Les hommes de Lars Lagerbäck et d'Heimir Hallgrimsson allaient-ils ajouter le pays hôte sur la liste de leurs exploits ? Non catégorique, répond Olivier Giroud, lancé dans le dos de la défense à la 12e minute de jeu. Les Islandais jouent l'attaque, les Français en profitent, et la note est salée. Pogba, Payet et Griezmann y vont chacun de leur but, le premier acte se transforme en récital (4-0 à la pause, 5-2 au final). Samuel Umtiti et Moussa Sissoko ne lâcheront plus leur place de titulaire. Deschamps, lui, a trouvé sa bonne formule avec son 4-2-3-1.

7 juillet 2016, la bête noire achevée


Une petite raclée, il fallait au moins ça pour engranger de la confiance avant de se frotter à l’Allemagne. En demi-finale. Ce maillot blanc et short noir qui font ressurgir des souvenirs douloureux à toutes les générations de l’Hexagone. Sauf que les Allemands sont diminués (Hummels suspendu, Khedira, Gómez, puis Boateng blessés). Un penalty inespéré, le festival Griezmann et une baraka inouïe plus tard, les Bleus font valser leurs démons. Difficilement, mais c'est précisément ce qui fait le sel de cette victoire face à l’Allemagne (2-0). Le plus dur est fait, enfin c’est ce qu’on croyait…



10 juillet 2016, si près du Paradis

C'est le grand jour. Celui qu'on attend depuis si longtemps, celui qu'on ne reverra pas de sitôt. Dix ans et un jour après France-Italie à Berlin, les Bleus goûtent de nouveau à la finale d'un grand rendez-vous. Il y a les grands souvenirs (84, 98, 2000...), le sourire aux lèvres, l'attente. La boule au ventre, l'excitation, la tension. Comment imaginer que cette Coupe va s'envoler quand Cristiano Ronaldo quitte ses partenaires à la 25e minute ? La bande à Grizou a les occasions, mais ça ne rentre pas. Le temps tourne, la frappe d'Eder tonne telle la foudre. Just Fontaine avait raison : «  C'est tellement con ce jeu des fois...  »





Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Le moment clé de l'Euro - Le 12 Décembre 2015 : Tirage au sort.
le moment clé de la finale: main d'Eder atribué à Kocielny ,Lloris se blesse sur le coup franc, à la minute suivante Kocielny qui risque le rouge tarde à intervenir, Lloris loupe l'arrêt fin de match........
Message posté par bartisol
le moment clé de la finale: main d'Eder atribué à Kocielny ,Lloris se blesse sur le coup franc, à la minute suivante Kocielny qui risque le rouge tarde à intervenir, Lloris loupe l'arrêt fin de match........


Totalement d'accord, je me suis dit la même chose en voyant Koscielny ne pas oser tacler Eder. Par contre, je pense que Lloris ne peut rien sur la frappe (je n'ai pas remarqué sa blessure d'ailleurs).

Bon par contre, quand tu défend sur Eder à 25m de tes buts, tu peux raisonnablement te dire que tu peux lui laisser un peu de latitude. C'est pas avec ses pieds carrés qu'il va envoyer une frappe dangereuse...
JimPooley Niveau : CFA2
Barti tu oses prétendre qu'une décision arbitrale aurait pu désavantager l'EDF au cours de cet Euro? Pluie de -1 et d'insultes en perspective, l'ami...

Tiens pour te soutenir je met la mienne : Le jour de repos en moins entre demie et finale (3 au lieu de 4, et au passage j'en profite pour rappeler qu'on avait aussi eu un jour de moins avant la demie, hein les connards qui continuent de la ramener avec le tirage, genre le débile mental qui a ouvert ce fil) a handicapé les bleus, par exemple Grizou qui n'a tenu qu'une mi-temps.
Message posté par bartisol
le moment clé de la finale: main d'Eder atribué à Kocielny ,Lloris se blesse sur le coup franc, à la minute suivante Kocielny qui risque le rouge tarde à intervenir, Lloris loupe l'arrêt fin de match........


Lloris se blesse vraiment sur le coup-franc ?

Pour moi le vrai moment-clé de cet Euro, c'est le France-Irlande, symbole s'il en fallait un de la capacité des Bleus à faire front ensemble et à s'arracher jusqu'au bout pour choper la victoire.

Derrière l'Islande c'était difficile d'imaginer une désillusion étant prévenu par nos voisins anglais. L'Allemagne a juste subi la même réalité que l'Irlande, dans une mesure tactique et technique bien différente car ils avaient la possession. Manque ce réalisme lors de la finale, cette once de chance qui fait basculer la rencontre, et ce brin de moule, c'est Eder qui l'a eu.

Euro presque parfait pour une génération et des idées que Deschamps va pouvoir retravailler et améliorer dans les mois qui vont suivre avec de nouveaux éléments qui viendront rapidement toquer à la porte des bleus.
JimPooley Niveau : CFA2
J'ai assisté à la pire erreur d'arbitrage de tous les temps (Schumacher-Battiston) et je ne l'ai jamais invoquée pour excuser l'élimination (ça aurait été ridicule d'ailleurs, vu qu'elle n'avait pas empêché les bleus de prendre deux buts d'avance). Pareil ici, ni cette erreur manifeste ni les jours de repos en moins (je répète pour les crétins qui seraient tentés de revenir encore là-dessus : EN MOINS) ne peuvent servir d'excuse. Quand on domine un match, on le gagne ou on le perd, peu importe la performance adverse. Il y a eu des occasions, il fallait en mettre une. Chaque minute qui passait sans qu'on marque nous rapprochait du but de raccroc qui donnait la coupe au Portugal (même si le terme est un peu excessif, c'est quand même un but sans construction ni domination qu'on n'aurait jamais pris dans le temps réglementaire). On a réussi à trouver la clé de toutes les défenses qu'on a rencontrées (sauf la Suisse, mais on s'en foutait), on cherche encore celle de la défense portugaise, tant pis.
Bravo à l'adversaire, tout ça tout ça, et passons à la suite : botter le batave hors de la Coupe du Monde.
Note : 1
Message posté par JimPooley
Barti tu oses prétendre qu'une décision arbitrale aurait pu désavantager l'EDF au cours de cet Euro? Pluie de -1 et d'insultes en perspective, l'ami...

Tiens pour te soutenir je met la mienne : Le jour de repos en moins entre demie et finale (3 au lieu de 4, et au passage j'en profite pour rappeler qu'on avait aussi eu un jour de moins avant la demie, hein les connards qui continuent de la ramener avec le tirage, genre le débile mental qui a ouvert ce fil) a handicapé les bleus, par exemple Grizou qui n'a tenu qu'une mi-temps.


On peut le dire, l'arbitrage a été favorable.
Mais dire ça est aussi lénifiant que de parler d'un métro en retard ou d'une préfecture souvent fermée. Une fois le constat établi, on fait avec ou on chiale.

En 2010, l'Espagne gagne tous ses matches 1-0 avec à chaque match à partir des 8e une voire deux énormes erreurs arbitrales en leur faveur (sauf en finale), qui en a parlé pour contester leur titre?
Message posté par JimPooley
Bravo à l'adversaire, tout ça tout ça, et passons à la suite : botter le batave hors de la Coupe du Monde.


On vous attend.
Note : 1
L'argument du tirage acheté me fait quand même sourire. Si on était tombé dans un groupe avec Pologne, Ukraine, Irlande du Nord ou Islande, Autriche, Hongrie ou Pays de Galles, Russie, Slovaquie, les gens auraient ressorti le même argument.

Le parcours acheté auraient dû nous amener l'Irlande du Nord et on s'est retrouvé face à l'Irlande, on devait jouer l'Angleterre, mais le match a été acheté pour qu'on joue l'Islande peinardos en 1/4.

Un des trucs les plus drôles que j'ai pu lire depuis la 1/2 c'est Rizzoli acheté sur la main de Schweini...qui lui est signalée par son arbitre de surface. Il n'y a qu'en France qu'on lit ces commentaires j'ai l'impression, vu d'ici, en Allemagne, les mecs ont bien plus fracassé Schweinsteiger que l'arbitrage.

Bref, on a mérité chacune de nos victoires comme on mérite de perdre en finale. Quand on ne fout pas une chique dans les ficelles avant son adversaire, l'équation est assez cruelle mais implacable.
JimPooley Niveau : CFA2
Sauf en finale? Est-ce que je me souviens mal ou est-ce que Puyol n'avait pas séché Robben en position de dernier défenseur sans que l'arbitre ne sorte le rouge?
Mais tu as raison, les erreurs d'arbitrage font partie du jeu, elles peuvent donner l'illusion d'avoir fait le résultat mais l'équipe qui l'emporte sur un mois et en sept matchs ne le fait jamais grâce aux arbitres.
JimPooley Niveau : CFA2
Message posté par MetekoO
L'argument du tirage acheté me fait quand même sourire. Si on était tombé dans un groupe avec Pologne, Ukraine, Irlande du Nord ou Islande, Autriche, Hongrie ou Pays de Galles, Russie, Slovaquie, les gens auraient ressorti le même argument.

Le parcours acheté auraient dû nous amener l'Irlande du Nord et on s'est retrouvé face à l'Irlande, on devait jouer l'Angleterre, mais le match a été acheté pour qu'on joue l'Islande peinardos en 1/4.

Un des trucs les plus drôles que j'ai pu lire depuis la 1/2 c'est Rizzoli acheté sur la main de Schweini...qui lui est signalée par son arbitre de surface. Il n'y a qu'en France qu'on lit ces commentaires j'ai l'impression, vu d'ici, en Allemagne, les mecs ont bien plus fracassé Schweinsteiger que l'arbitrage.

Bref, on a mérité chacune de nos victoires comme on mérite de perdre en finale. Quand on ne fout pas une chique dans les ficelles avant son adversaire, l'équation est assez cruelle mais implacable.


Oui et on pourrait argumenter encore plus : le tableau (et non le tirage, qui sert à remplir le tableau) prévoyait que le premier du groupe A rencontrait un troisième? Ok, mais :
-Quatre premiers de groupe rencontraient des troisièmes.
-Pour rencontrer un troisième, il fallait être premier... un but de merde des Suisses et on était deuxième!
-Les troisièmes de groupes sont nuls? Ok mais c'est pas un troisième de groupe qui est champion d'Europe?

Les jours de repos (prévus au tableau) : un de plus entre 1er tour et huitième, un de plus entre huitième et quart? Ok mais 7 jours au lieu de 6 ça ne fait pas une grosse différence... alors que 4 au lieu de 5 (contre l'Allemagne) et surtout 3 au lieu de 4 (avant la finale), oui!

Le tirage en lui-même : tu as tout dit, j'attend encore la preuve que le groupe de la France était le plus mauvais... Outre le fait que truquer un tirage effectué en direct devant le monde entier au risque de se faire choper et de provoquer un scandale qui foutrait l'UEFA en l'air pour des années, tout çq pour se donner la Roumanie à la place de la Russie ou l'Albanie à la place de la Slovaquie, quel intérêt?
Le vrai tournant de l'Euro c'est le but Islandais à la 94eme contre l'Autriche.

Sans ce but, le Portugal est dans notre partie de tableau et l’Islande de l'autre coté.

Ce qui donne une réalité alternative ou la finale est Croatie - Allemagne.

C'est ce but Islandais qui change tout!

JimPooley Niveau : CFA2
Message posté par Veustinho
Le vrai tournant de l'Euro c'est le but Islandais à la 94eme contre l'Autriche.

Sans ce but, le Portugal est dans notre partie de tableau et l’Islande de l'autre coté.

Ce qui donne une réalité alternative ou la finale est Croatie - Allemagne.

C'est ce but Islandais qui change tout!


J'aime bien les réalités alternatives moi... mais pour le coup je suis certain qu'on aurait pété les portos en quart.
Message posté par JimPooley
J'aime bien les réalités alternatives moi... mais pour le coup je suis certain qu'on aurait pété les portos en quart.


Je pense même que les Rosbeefs les sortent en 1/8ème!
Message posté par Veustinho
Je pense même que les Rosbeefs les sortent en 1/8ème!


Là il ne faut pas rêver quand même :)
Stéphane m'biatche Niveau : Loisir
Par contre ça t'a moins dérangé quand les irlandais avaient 3 jours de moins de récupération par rapport à la France en huitièmes.
Stéphane m'biatche Niveau : Loisir
Message posté par JimPooley
Barti tu oses prétendre qu'une décision arbitrale aurait pu désavantager l'EDF au cours de cet Euro? Pluie de -1 et d'insultes en perspective, l'ami...

Tiens pour te soutenir je met la mienne : Le jour de repos en moins entre demie et finale (3 au lieu de 4, et au passage j'en profite pour rappeler qu'on avait aussi eu un jour de moins avant la demie, hein les connards qui continuent de la ramener avec le tirage, genre le débile mental qui a ouvert ce fil) a handicapé les bleus, par exemple Grizou qui n'a tenu qu'une mi-temps.


Par contre ça t'a moins dérangé quand les irlandais avaient 3 jours de moins de récupération par rapport à la France en huitièmes.
JimPooley Niveau : CFA2
Message posté par Stéphane m'biatche
Par contre ça t'a moins dérangé quand les irlandais avaient 3 jours de moins de récupération par rapport à la France en huitièmes.


Et toi ça te dérange de dire trois jours de moins alors que c'est un (France-Irlande le 26/06, Islande-Angleterre le 27)? Mentir pour faire passer ses théories moisie, rien de plus classique ceci dit.
JimPooley Niveau : CFA2
Message posté par Stéphane m'biatche
Par contre ça t'a moins dérangé quand les irlandais avaient 3 jours de moins de récupération par rapport à la France en huitièmes.


Ah pardon tu parlais de l'Irlande... Ok, ça ne compense pas le 4/5 pour les demies et le 3/4 pour la finale, et c'est pas ça qui a empêché les terrifiants irlandais de gagner...
Stéphane m'biatche Niveau : Loisir
Message posté par JimPooley
Ah pardon tu parlais de l'Irlande... Ok, ça ne compense pas le 4/5 pour les demies et le 3/4 pour la finale, et c'est pas ça qui a empêché les terrifiants irlandais de gagner...


Dire que l'Allemagne à été avantagé face à la France niveau récupération pour les demi c exagéré. Faut pas oublier que l'Allemagne à été jusqu'au tirs aux buts face à l'Italie une journée avant le quart de la France cintre l'Islande, qui eux ont plié le match en une mi temps . Après ils ont quand même tranquillement gèré .
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
425 24