1. //
  2. // Tirage
  3. // 16e

Les Manchester pas vernis

Incroyables affiches pour ces seizièmes de finale de l'Europa League : Porto affrontera Manchester City, pour un match qui aurait largement pu être un huitième de C1. Idem pour Ajax-Manchester United. La Lazio sera opposée à l'Atletico Madrid.

Modififié
0 2
Porto - Manchester City

C'est évidemment la grosse affiche de ces seizièmes de finale. Deux équipes qui sont passées à deux doigts de la qualification en huitièmes de finale de la Ligue des Champions. City a échoué à cause de sa défaite à Naples, et Porto a payé ses mauvais résultats face à Nicosie. Les deux clubs, que l'on donnait comme des potentiels outsiders de la C1, vont donc directement s'entretuer en seizièmes de l'Europa League. Ni plus ni moins le leader du championnat anglais contre celui du championnat portugais. Du très très lourd en perspectives.

Ajax - Manchester United

Autre affiche passionnante. L'Ajax, incroyablement éliminée de la Ligue des Champions à cause de la victoire lyonnaise à Zagreb, se retrouve confrontée à Manchester United, qui ne comprend toujours pas ce qu'il fait là. Non, les Red Devils n'avaient vraiment aucune envie de jouer l'Europa League. Mais bon, maintenant qu'ils sont là, le sort leur offre un seizième digne de la C1. Histoire de leur faire oublier la réalité. Ce sera au moins l'occasion de voir si l'équipe de Ferguson veut vraiment jouer à fond cette compétition. Car l'Ajax ne lui fera pas de cadeaux.

Lazio Rome - Atletico Madrid

Après avoir affronté l'Udinese en poules (défaite 2-0 à l'aller, victoire 4-0 au retour), l'Atletico Madrid se retrouve confronté à une autre équipe italienne. C'est la Lazio de Djibril Cissé qui viendra défier les Colchoneros. Une confrontation où, forcément, l'un des favoris de la compétition va devoir renoncer à l'un des objectifs de la saison. La Lazio est passée tout proche de l'élimination lors des phases de poule (elle remercie encore le FC Zurich) tandis que les Madrilènes ont dominé leur groupe. Les Romains vont ainsi voir ce qu'ils valent vraiment, après des débuts européens vraiment compliqués. Klose contre Falcao. Ca a de la gueule.

AZ Alkmaar - Anderlecht

Une affiche qui ne paie pas de mine. Vraiment? En réalité, il s'agit là de la confrontation entre le leader du championnat hollandais et le leader du championnat belge. Anderlecht est tout simplement la seule équipe qui est parvenue à obtenir six victoires en six rencontres, à l'instar du Real Madrid en Ligue des Champions. Quant à l'AZ, souverain dans son pays, la campagne européenne s'avère plus compliquée, avec une qualif' à l'arrache obtenue grâce à un nul tout dégueu contre le Metalist. Un match révélateur, donc, contre une équipe d'Anderlecht devenue potentiellement l'une des favorites de l'Europa League.

Udinese - PAOK

Leader du championnat italien en compagnie de la Juve, l'Udinese a eu plus de mal en Europe. Après des débuts excellents (7 points lors des trois premiers matches), les Frioulans n'ont pris que 2 points lors des trois dernières journées, et ne doivent leur salut qu'au but égalisateur de Di Natale (pour changer) contre le Celtic. Or, en face, le PAOK ne déconne pas. Les Grecs ont terminé premiers d'une poule qui comprenait le Rubin Kazan, mais surtout Tottenham, battu 2-1 à White Hart Lane. Ne pas sous-estimer donc cette équipe du PAOK, qui risque de réserver un accueil bouillant à l'équipe de Guidolin lors du match retour en Grèce.

Salzbourg - Metalist Kharkov

Tiens, l'équipe de Salzbourg. Bizarrement, on est quasiment sûrs que les supporters du PSG vont jeter un oeil à cette opposition. En face, le Metalist Kharkov a réalisé un excellent parcours, en mettant d'abord une énorme gifle à Sochaux lors du tour préliminaire, puis en sortant premier d'une poule qui contenait Alkmaar. Les Autrichiens n'ont rien d'un épouvantail, et Kharkov, avec son armada brésilienne, part même favori. Mais bon. N'allez pas dire ça à Antoine Kombouaré, ça risquerait de le piquer un peu.

Stoke City - FC Valence

Là aussi, une belle confrontation. Stoke n'est, certes, pas un cador du championnat anglais, mais c'est une équipe capable d'exploits, comme le week-end dernier contre Tottenham. Et puis, il y a Peter Crouch en attaque. En face, Valence a encore du mal à digérer l'élimination en Ligue des Champions (et la claque reçue face à Chelsea) et a donc véritablement envie de bien faire en Europa League puisque, de toutes façons, pour la Liga, c'est mort. Un petit conseil pour Emery, le coach valencian : attention aux touches longues.

Lokomotiv Moscou - Athletic Bilbao

L'Athletic Bilbao a fait forte impression lors des phases de poule. Le PSG peut en témoigner. Même avec son équipe bis, les Basques ont mis à mal l'équipe parisienne. Et avec son équipe-type, bah, elle a donné une leçon de football. Le Lokomotiv Moscou, actuel sixième du championnat russe, va essayer d'avoir son mot à dire, même si les Russes partent clairement avec un statut d'outsider. Même si, sur un match, ils restent capables de tout. Demandez donc à Luciano Spalletti qui, avec son Zénith, en a pris 4 au début du mois de septembre...

Rubin Kazan - Olympiakos

L'Olympiakos. Le club le plus triste de la Ligue des Champions. A cinq minutes du terme, les Grecs se voyaient beaux, en huitièmes de finale. Et puis, Ayew et Valbuena sont passés par là. Et sans pouvoir intervenir, les voilà propulsés à la troisième position, et reversés à la troisième position du groupe. Enorme tristesse. Surtout que les Grecs ont, parfois, montré de belles choses. En face, le Rubin Kazan est un adversaire assez difficile à deviner. Une équipe capable du meilleur, comme du pire. Lyon les avait calmé lors du tour préliminaire de la C1, mais eux ont été capables de faire beaucoup de mal à Tottenham. Idem en championnat de Russie, où ils occupent la cinquième position, alternant prestations excellentes et décevantes.

Steaua Bucarest - FC Twente

On ne va pas se mentir, le Steaua Bucarest n'est pas une très grande équipe. Mais elle a une motivation : elle est la seule des 32 équipes encore en lice à pouvoir disputer la finale à domicile. Bon, ça va faire léger, comme argument, face au FC Twente, une formation habituée à l'Europe depuis quelques saisons. Twente a même pris du galon en Ligue des Champions, la saison dernière. Les joueurs de Co Adriaanse sont actuellement troisièmes du championnat néerlandais, à cinq points d'Alkmaar, et ont terminé à la première place de leur groupe malgré une défaite lors de la dernière journée contre le Wisla Cracovie. On ne va encore une fois pas se mentir, le Steaua Bucarest n'a pratiquement aucune chance.

Hanovre-Bruges

On va pas se voiler la face bien longtemps, on aura du mal à croire que ces équipes jouent une Coupe d'Europe jusqu'au prochain tirage des 8e. D'ici là, pour les Allemands d'Hanovre, il s'agira de faire mieux face aux Belges de Bruges que face à ceux du Standard Liège contre qui, dans le groupe B, ils n'ont pris qu'un point en deux matchs... Côté Brugge - à prononcer avec l'accent néerlandais -, c'est toujours l'occasion de voir ce bon vieux taré de Christoph Daum trémousser sa moustache sur le banc.

Legia Varsovie - Sporting Portugal

Bon, ça, c'est l'autre Europe. La Pologne d'un côté, le Portugal de l'autre. L'Europe pas cher, celle qui ne se pose plus vraiment de question sur ses triples A et ses capacités d'endettement. Mais puisqu'il faut quand même trouver un peu d'intérêt à des matchs que personne ne s'attend à regarder en 2012, il est bon de savoir qu'au Klub Piłkarski Legia Warszawa , on se pointe avec Daniel Ljuboja en attaque. Une autre vision de l'Europe, qu'on vous dit.

Viktoria Plzen - Schalke 04

Plzen a découvert la Ligue des Champions. Et quelle découverte. Le champion de République Tchèque s'est retrouvé avec le Milan AC et le Barça. Autant dire qu'il n'a pas fait le poids, malgré un match nul honorifique obtenu lors du dernier match contre les rossoneri (2-2). Plzen semble désormais à sa place, en Europa League, face à une équipe de Schalke qui, l'an dernier, avait atteint la demi-finale de C1. Raison de plus pour avoir envie de faire bonne figure en Europa League. Par contre, il va falloir prévenir Plzen : même s'ils auront Raùl et Huntelaar en face d'eux, ils ne sont plus en Ligue des Champions.

Sporting Braga - Besiktas

Attention, choc caché. Braga, mine de rien, n'est autre que le finaliste de la dernière Europa League. Même si les Portugais ont changé de coach, ils ont désormais l'expérience nécessaire pour savoir gérer ce genre de compétitions. Mais les Lusitaniens vont trouver une équipe de Besiktas de plus en plus forte, qui reste sur six matches sans défaite et qui s'est même permis de battre Trabzon en championnat de Turquie, dans lequel ils sont désormais troisièmes. Curiosité, Besiktas compte dans ses rangs six joueurs portugais (Almeida, Simao, Quaresma...) qui vont donc s'offrir un retour au bercail tout en émotions.

Trabzonspor - PSV

Plus chaud qu'il n'y parait. Entre un PSV invaincu en Europa League en phase de poules, avec 16 points pris sur 18 possibles, et un Trabzonspor qui en voudra sans doute à vie au CSKA Moscou de l'avoir éliminé de la course aux 8e de finale de la Ligue des Champions à quelques minutes de la fin, l'opposition promet de ne pas sentir le coton. En tout cas, dans les environs de Lille, on a déjà choisi son camp. Question à mille euros : un ch'ti qui parle néerlandais, est-ce que ça fait de lui un Belge ?

Wisla Cracovie - Standard Liège

Prends ça Porto-Manchester CIty, le vrai choc, il est là. Bon, en vrai, ce dernier seizième de finale va opposer une équipe qui s'est qualifiée miraculeusement à un Standard qui a terminé premier de son groupe sans perdre le moindre match. Les équipes belges sont en forme, à l'image d'Anderlecht, et le Wisla, miraculé du premier et reconnaissant pour toujours envers Odense, sait qu'il aura fort à faire. Et puis bon, le Standard, c'est l'assurance d'avoir au moins quelques joueurs français qui subsistent en Europa League...

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

7 pts en 2 matchs, sont forts ces joueurs de l'Udinese ! Du coup moi je les mets favoris de la compèt ;)
si vous cherchez des pigistes pour couvrir la compétition les gars, il y a tout un tas de tarés sur le forum qui n'en finissent plus de bander à l'idée de suivre tous ces matchs qui s'annoncent fou fou fou fou ! A bon entendeur.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2