Les Manchester coincent

Dominé par le Bayern (2-0), City perd contre plus fort que lui ce soir. Ce n'est pas mieux pour son voisin, qui a frôlé la catastrophe à domicile contre Bâle (3-3), et qui s'en sort bien avec le point du nul. Avec sa victoire en Russie, l'Inter se relance (3-2).

Modififié
0 7
Groupe A

Naples 2-0 Villarreal

Buts : Hamsik (16è), Cavani (19è) pour Naples

A la peine en championnat, et battu d'entrée par le Bayern au Madrigal, Villarreal sait que sa Ligue des champions 2011-2012 sera difficile. Logique quand tu tires le Bayern, Naples et City, mais d'autant plus quand ton niveau de jeu est celui des bas-fonds de la Liga. Naples ne se fait pas prier et prend l'avantage en un quart d'heure et deux buts de Hamsik et Cavani, sur penalty. Les Espagnols sont sonnés d'entrée. Garrido tente une option offensive en sortant Gonzalo, un défenseur, pour Camuñas, un attaquant. Ça va légèrement mieux pour le sous-marin jaune, plus présent dans le jeu, mais toujours aussi stérile. Les Napolitains contrôlent et Cavani manque le troisième d'un rien. Tout va bien pour Naples, et tout va mal pour Villarreal, pour qui les huitièmes s'éloignent.

Bayern Munich 2-0 Manchester City

Buts : Gomez (38è, 45è) pour le Bayern

Le match de la journée. Dans le groupe le plus hot de cette Ligue des champions, le leader de la Bundesliga reçoit le co-leader de Premier League, deux équipes tournant à trois buts par match depuis le début de saison. Sur le retour, Robben est sur le banc au coup d'envoi, tout comme Tevez, qui commence à avoir l'habitude. Le début de match est mollasson mais rapidement, le Bayern va prendre le dessus. Et le détonateur s'appelle Ribéry, excellent ce soir, qui frappe de l'extérieur de la surface, Hart repousse dans les pieds de Müller, puis dans les pieds de Gomez, qui cale son but de renard habituel. Il remet le même dans la foulée, après une nouvelle grosse parade de Hart. City est asphyxié, et Neuer jamais inquiété. Si Ribéry est partout, Nasri est transparent. Tevez, lui, passe encore une fois 90 minutes sur le banc. Après son nul à domicile contre Naples, City est en danger. Le Bayern, lui, est candidat.

Groupe B

CSKA Moscou 2-3 Inter

Buts : Dazgoev (45è), Vagner Love (77è) pour Moscou ; Lucio (6è), Pazzini (23è) et Zarate (79è) pour l'Inter

Déplacement périlleux pour un Inter blessé, 16e du Calcio, et battu à domicile par Trabzonspor pour son entrée en lice dans la compétition. Victoire impérative donc, et ça commence bien, puisqu'après 25 minutes de jeu, les Italiens mènent déjà 2-0, grâce à Lucio et Pazzini. Mais cet Inter version Ranieri est encore fragile, et les (rares) individualités du CSKA ne vont se gêner pour en profiter. Pas grand-chose à dire sur la réduction du score, un coup-franc à la Beckham du jeune Dzagoev. L'égalisation par contre, c'est un crochet de ce diable de Vagner Love, qui a toujours des tresses bleues, pour se débarrasser des papys latinos de l'Inter, Zanetti et Samuel. Heureusement pour eux, Zarate redonne l'avantage aux siens dans la foulée, d'un bel enchaînement amorti de la poitrine/épaule-frappe du gauche dans le petit filet. Une victoire à l'arrache, mais une victoire quand même. Ça fait deux pour Ranieri. Et l'Inter se relance dans ce groupe B.

Groupe C

Manchester United 3-3 FC Bâle

Buts : Welbeck (15è, 18è) et Young (90è) pour Manchester; F.Frei (58è), A.Frei (60è, 76è) pour Bale

A priori, pas le match le plus compliqué de la saison pour Manchester, intouchable en championnat depuis le début de saison. Rooney et Chicharito blessés, Nani et Berbatov sur le banc, c'est le gamin Daniel Nii Tackie Mensah Welbeck, dit Welbeck, qui mène l'attaque mancunienne. En 20 petites minutes, sur deux services de Mister Giggs, il a déjà claqué son doublé, et plié le match. Ça, c'est ce que tout le monde pense, sauf les Suisses, qui ont laissé passer l'orage et reviennent autrement plus dangereux en seconde période. C'est d'abord Fabian Frei qui réduit la marque, avant d'offrir l'égalisation à son homonyme, notre cher Alexander. Old Trafford est sonné, et ce n'est pas fini. Déchaînés, les Suisses poussent et obtiennent un penalty, que l'ancien Rennais transforme. Nani et Berbatov entrent en jeu pour sauver les meubles, et à la dernière minute le Portugais centre et trouve Ashley Young qui égalise. MU s'en sort très bien, et devra en montrer plus pour sortir d'un groupe pourtant pas impressionnant.

Otelul Galati 0-1 Benfica

Buts : Cesar (41è) pour Benfica

Galati, c'est la Roumanie, les bords de la Danube, la région moldave. Bon, à part les fans de Tintin, personne ne connait vraiment. Benfica n'est pas venu là pour plaisanter, et se présente avec son onze-type. En confiance après avoir tenu en échec Manchester United en Ligue des champions et Porto en championnat, les Lisboètes font le plus dur en ouvrant le score peu avant la mi-temps par Bruno Cesar, leur jeune espoir brésilien. Un score qu'ils conserveront jusqu'au coup de sifflet final et qui leur permet de prendre la tête du groupe avec Bâle. Devant Manchester.


Par Léo Ruiz

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Avec le retour de blessurede dieu, le bayern se fait le barca au ptit dej
Pour information, Tevez a refusé de rentrer, c'est pour ça qu'il a passé 90mn sur le banc.
Tévez veut vraiment aller en italie alors.

L'inter peut déjà pas faire jouer Forlan en ligue des champions, si en plus ils refont la mm co.nne.rie avec Tévez, ca fera mm rire les Arles-Avignon et autres club de clown.
Tevez est une prostituée de disgrâce de footballeur. Il faudrait le renvoyer dans son bidonville ou le fourrer dans une cage au zoo entre les babouins - on pourrait peut-être confrondre sa tronche avec leurs fesses.
Euh... un peu de retenue et de modération dans tes propos, parce que là on frôle la discrimination raciale. Même si je dois avouer que ce mec est aussi moche qu'il est bon.
Le retour du Grand Bayern (2 fois)

Et Djonzz... Tais-toi... Charlot.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 7