Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Football amateur
  2. // Arbitrage

Les Madoff du covoiturage ?

En Franche-Comté, les franches engueulades entre la Ligue régionale et les arbitres se succèdent depuis quelques mois. Plus précisément, depuis que le président de la commission des finances de la Ligue a parlé d’ « escroquerie » pour qualifier le comportement de certains arbitres adeptes du covoiturage et des frais de déplacement individuels. Un tacle appuyé qui a provoqué la colère des hommes en noir. Qui menacent la seconde partie de saison d’une grève du sifflet. Bisbilles à deux francs (comtois) ou véritable malaise des arbitres amateurs ? Explications.

Modififié
Il y a parfois des mots qui peuvent faire aussi mal qu’un coup de crampons mal placé. La saison 2011-2012 avait pourtant bien commencé, en Franche-Comté, pour le football amateur. Sans phénomène de violence majeur à déplorer. Une situation appréciable que savaient savourer ceux qui possèdent un peu de mémoire locale. Car ces dernières saisons, de temps à autre, du côté de Sochaux, Besançon, Saint-Vit et Pontarlier, les esprits avaient pris la fâcheuse habitude de s’échauffer à l’approche des frimas hivernaux. En octobre 2006, plusieurs agressions avaient ainsi poussé le corps arbitral, soutenu par la ligue, à se mettre en grève le temps d’un « week-end blanc » . Rebelote à la fin de l’automne 2007. L’affaire eut même les honneurs de la presse nationale, Libération racontant ces « Terrains minés pour les hommes en noir » .

Mais en 2011, foi d’observateurs dominicaux, l’état d’esprit semblait correct. « Tout se passait bien sur le terrain  » , résume Sébastien Moreira, arbitre professionnel de Ligue 1 et 2 et président de l’antenne franc-comtoise de l’amicale française des arbitres de football (AFAF). Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des stades. Sauf que… Aujourd’hui, la quasi-totalité des arbitres de niveau régional, une cinquantaine d’hommes en noir, remontés comme des coucous, se sont mis en indisponibilité pour la reprise du championnat, fin février. Les matchs de DH, de ligue régionale 2 et 3 sont directement concernés.

« Escroquerie » et «  discours populiste »

La raison de leur mécontentement ? Petit rappel des faits, pour ceux qui ne lisent pas assidûment l’Est républicain ou Le Pays. Le 4 novembre dernier, lors de l’assemblée générale de la ligue, Daniel Bourlier, président de la commission des finances, commence à expliquer qu’il faut faire attention aux dépenses. Entre autres gaspillages, cet ancien inspecteur divisionnaire des impôts en vient aux frais d’arbitrage. L’occasion de fustiger le fait que trois arbitres puissent faire du covoiturage et envoyer ensuite chacun une note de frais. Un système dont profiteraient certains. Le dirigeant va même jusqu’à parler d’ « escroquerie » . Sur le coup, le discours sur la chasse au gaspi est bien reçu par l’Assemblée, où sont représentés quelque 300 clubs – ce sont eux qui paient les indemnités des homes en noir. Mais le lendemain, la reprise du terme « escroquerie » dans la presse locale fait bondir les arbitres. Ils demandent des excuses publiques. « Le sujet a été lancé comme ça, sans explication et très maladroitement » , déplore Sébastien Moreira, qui dénonce un « discours populiste » . S’il veut bien débattre du sujet du covoiturage « sur le fond » , il tient à rappeler que le phénomène ne concerne qu’une minorité de déplacements. Et estime que les bases du débat ont été mal posées : « Il faut savoir que ce n’est pas un simple remboursement kilométrique, ce sont des frais de déplacement. Cela inclut le temps que l’arbitre passe pour le match. Quel que soit le moyen de locomotion, l’arbitre va toucher la même chose. S’il prend – j’exagère – l’avion ou le taxi, s’il dépense de l’argent et que ce qu’on lui donne ne le rembourse pas, tant pis pour lui, c’est son problème. S’il fait 50 bornes à vélo pour aller arbitrer, il aura aussi le droit à ses frais de déplacement…  »

En France, les arbitres amateurs touchent des indemnités d’équipement fixés par la Ligue – 39 euros par match pour un arbitre central en DH franc-comtoise – auxquels s’ajoutent des frais de déplacement variant selon la distance les séparant du lieu du match – un peu plus de 30 centimes au kilomètre. Partager une bagnole est pour certains un moyen de faire des économies, tout en ne voyageant pas seul. « Ce qui fait la grosse différence, pour certains matchs, ce sont les frais de déplacement. Parfois, j’arrive à toucher 90 euros, rien que pour l’essence » , raconte un jeune arbitre du nord de la France qui préfère rester anonyme. Si le covoiturage est une pratique légèrement borderline, elle est tolérée : « C’est quelque chose qui reste officieux. Après, les clubs nous voient arriver dans une seule bagnole, donc ils savent. » Et le jeune arbitre d’ajouter : « Je ne me considère pas comme un escroc. Je ne pense pas que ce sont les dépenses des arbitres qui sont les plus importantes pour la Ligue. Et quand on voit les primes de matchs qu’offrent certains clubs amateurs à leurs joueurs… » Et puis partager une caisse, ça casse la solitude, quand il s’agit d’enchaîner les longs déplacements : « On dit qu’on ‘tourne’ ensemble. Le voyage passe plus rapidement, c’est plus sympa. »

Plaintes pour diffamation et injure publique

Du côté de la Franche-Comté, sympa n’est peut-être pas l’adjectif adéquat pour décrire l’ambiance. Depuis les déclarations fracassantes de novembre, Noël est passé par là et les esprits ne se sont pas calmés dans une Ligue où les relations entre dirigeants et responsables de l’arbitrage sont souvent houleuses. Plusieurs plaintes individuelles ont été déposées au pénal contre Daniel Bourlier pour diffamation et injure publique. L’AFAF s’est fendue d’une plainte collective au civil. Les arbitres, qui souhaitent la démission du président de la commission des finances de la ligue, exigent des excuses. Ils pourraient attendre encore longtemps. Car Daniel Bourlier, à la ligue depuis une vingtaine d’années, ne veut pas revenir sur ses propos. Sans pour autant arriver à chiffrer le manque à gagner lié au covoiturage. Contacté par So Foot, l’homme s’est montré intarissable sur le sujet au téléphone. Tout en souhaitant que la conversation reste off. Il attend une table ronde prévue pour le 4 février, où la question sera évoquée entre les différents protagonistes de la polémique. Roland Coquard, le président de la ligue, a consenti de son côté à dire aux médias locaux qu’il n’aurait pas employé le terme d’ « escroquerie » . Mais les dirigeants voient surtout dans cette polémique une manœuvre politique pour tenter de les déstabiliser, alors que les élections de la Ligue se tiendront en octobre prochain.

A 42 ans, Christophe Torres est contrôleur à la SNCF la semaine. Le week-end, il chausse les crampons pour aller arbitrer les matchs de division d’honneur de Franche-Comté. Et il se défend d’être manipulé par qui que ce soit – « c’est trop facile de dire ça, de la bêtise pure » . Depuis 1988, le sifflet est comme un prolongement de son corps. « Je suis arbitre de ligue depuis le 1er janvier 1991 et j’officie sur les matchs de DH depuis 16 ans. Étant arbitre central, je vais de temps en temps chercher en voiture des assistants. Je n’aurais jamais pensé en arriver là » , explique-t-il en référence à sa mise en indisponibilité jusqu’à la fin de saison qu’il a envoyée à la ligue. Entre les frais de déplacement et les frais d’équipement, Christophe Torres se fait « en moyenne, 70 euros par match » . L’argent n’est donc pas sa motivation, lui parle plutôt d’ « une passion » . « J’ai eu des cas d’agressions physiques, on m’a déjà craché dessus, j’ai donné sans compter, j’y ai passé mes week-ends, entre les matchs à arbitrer, les jeunes à superviser. La vie de famille, je l’ai mise entre parenthèses pendant dix ans. »


Chute des vocations sur les terres de Michel Vautrot

Sébastien Moreira estime que cette attaque contre les arbitres "fraudeurs" risque d’avoir des effets néfastes sur les vocations, en chute libre depuis plusieurs années. « En 1992, il y avait 1 100 arbitres en Franche-Comté, maintenant ils ne sont plus que 500 (niveau ligue et district confondus, ndlr) » , constate-t-il. Un comble au pays de Michel Vautrot, l’une des figures les plus illustres de l’arbitrage français. Toujours est-il qu’à vouloir faire des économies, la Ligue de Franche-Comté risque au final de se retrouver dans la position de l’arroseur arrosé. Car les arbitres franc-comtois ont décidé de comparer leurs indemnités aux autres régions. Résultat : ils se situent parmi les moins bien indemnisés des 22 Ligues en France. Un sujet de plus qui risque donc de s’inviter à la table ronde du 4 février.

En attendant, les hommes en noir ne devront pas trop compter sur le soutien des Verts. Paradoxal, quand on sait que le covoiturage est une attitude green friendly prônée par le parti de Cécile Duflot et Eva Joly. Alain Fousseret, vice-président du conseil régional de Franche-Comté et élu EELV chargé des questions de transport et de multi-modalité, pas trop porté sur le sport, ne « voit pas trop l’intérêt de commenter ce conflit. » « Maintenant, si un jour, hors conflit, vous abordez la problématique des PDE – plan de déplacement des équipes – avec l’organisation des déplacements en covoiturage pour aller aux matchs, alors là… » .

Par Yann Bouchez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
À lire ensuite
Le Wenger démasqué