1. //
  2. // 5e journée
  3. // Inter Milan/Cagliari

Les limites de la méthode Zeman

Et si Zdeněk Zeman était tout simplement devenu trop vieux ? 67 ans, 4 matchs, 3 défaites et seulement 3 buts inscrits. Monsieur « tout pour l'attaque » n'a jamais rien gagné, si ce n'est les faveurs d'un public en mal de jeu offensif. Et cette année, les pauvres supporters de Cagliari n'ont même pas ça à se mettre sous la dent. La fin de la méthode Zeman ?

Modififié
9 17
Zeman était l'élu. Le premier choix de Tommaso Giulini, le président de Cagliari. À son arrivée au début de l'été, il lui déclare sa flamme en toute connaissance de cause : « Son style de jeu m'a toujours fasciné et je suis sûr qu'il va laisser une trace à Cagliari. » Zeman n'est pas là par hasard, Tommaso Giulini connaît la méthode Zeman. Quitte à finir au fond du classement, le jeune homme d'affaires de 37 ans veut dynamiser le jeu de son équipe. Il veut Zeman. Il veut donc des buts. Le public de Sant'Elia a donné son accord. Bref, tout est réuni pour que le Tchèque réussisse à Cagliari. De la patience, de la confiance et une équipe jeune.

Faux départ


Car pour que la mayonnaise prenne, il faut les bons ingrédients. La méthode Zeman est dure. Les joueurs et le staff doivent lui faire serment d'allégeance. Les entraînements sont difficiles, les consignes nouvelles, et les résultats longs à arriver. Mais au final, Zeman arrive toujours à ses fins. Ses équipes jouent le tout pour le tout. Elles ne finissent jamais très bien classées, mais elles font partie des meilleures attaques du championnat. C'est pourquoi Zeman préfère les jeunes joueurs. Plus malléables, plus d'envie et plus de courses. La moyenne d'âge de Cagliari est la plus basse du Calcio. Mais voilà, au bout de 4 journées, on commence déjà à s'impatienter. Zeman n'arrive toujours pas à imposer son style. Il lui faut plus de temps. Mais bien souvent son temps d'attente, il le gagne par des défaites spectaculaires. Comprenez : en marquant quand même deux ou trois buts. Mais là, son équipe perd, marque peu et son jeu offensif est pauvre. Voilà pourquoi le doute s'installe à Cagliari. Les résultats, ils savaient qu'ils ne les auraient pas tout de suite. Mais l'absence de buts, c'est nouveau. Et c'est souvent ce doute qui fait dérailler la machine Zeman.

Suivre la recette à la lettre


Alors c'est quoi le problème ? Dans le Corriere dello Sport, Roberto Rambaudi essaye de comprendre. Logiquement, il prend la défense de son ancien maître. C'est Zeman qui a lancé sa carrière dans les années 90. Alors forcément, il le soutient. Et il croit savoir pourquoi le Prophète n'arrive pas à délivrer son message : « Il n'y a pas de rythme et les courses sont mauvaises. » . C'est clair. Impossible de remettre en cause la méthode Zeman. Les fautifs, ce sont donc les joueurs. « Conti garde trop le ballon. Et il ralentit le jeu. » Même constat pour Ibarbo. « Il pourrait mettre 15 buts cette saison. Mais il doit améliorer ses appels. » Pour les anciens disciples de Zeman, (et ils sont nombreux sur la liste : Insigne, Verratti, Immobile…), il est impossible de démonter sa méthode. Si ça ne marche pas, c'est qu'elle est mal appliquée. Le problème, ce sont donc les joueurs.

Du temps, du temps et encore du temps


Et pour que les joueurs intègrent la méthode, il va falloir du temps. Toujours plus de temps. En signant Zeman, les dirigeants de Cagliari savaient qu'ils s'inscrivaient dans la durée. Quatre journées, c'est bien trop court. Du temps pour comprendre donc. Mais aussi du temps pour croire. Comme à chaque fois avec Zeman d'ailleurs. En 2012, la Roma n'a pas assez cru en sa méthode et l'a viré au bout de 6 mois. Mais avec un peu plus de temps, peut-être que… Ces phrases résument à elles seules la méthode Zeman. Aucune certitude, que de la croyance. C'est de la magie. Ça ne marche que si on veut bien y croire. L'âge avancé de Zeman est anecdotique. Ok, 67 ans, ce n'est plus tout jeune et le temps lui est compté. Ok, les buts ne sont toujours pas là. Mais tout est question de foi. Patience.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Milan_forza18 Niveau : CFA
Avec l'attaque ibarbo sau ça va le faire patience
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
En même temps, si effectivement l'effectif est jeune, les jeunes sont tous sur le banc...

Quand on regarde l'équipe type, ce ne sont que des vieux ou du moins des joueurs qui n'entrent pas dans le système Zeman habituel.

COSSU - SAU - IBARBO

JOAO PEDRO - CONTI- EKDAL

AVELAR - ROSSETTINI - CEPPITELLI - BALZANO

CRAGNO

A part Ceppitelli et Cragno, son équipe n'a rien de jeune... Par conséquent, ça ne pourra pas fonctionner.
SpecialEffect Niveau : DHR
Le problème, c'est que - malgré 14 transferts - le groupe titulaire est resté sensiblement celui des années précédentes. Hors, Cagliari a passé les dernières saisons à jouer pour ne pas prendre (trop) de buts. Le milieu a principalement des réflexes défensifs et ne se livre pas trop, Ibarbo essaie de faire les choses tout seul au détriment de l'organisation tactique, etc...

Si Zeman avait repris l'équipe après la période Allegri, Donadoni, Ballardini... il y aurait plus de facilités car le jeu était tourné vers l'offensive. Aujourd'hui il faut désapprendre les consignes répétées depuis plusieurs saisons sous Ficcadenti, Bisoli ou Pulga/Lopez.

Au final les joueurs sont perdus entre ce qu'ils savaient faire et ce qu'ils ne savent pas encore faire correctement... résultat ils ne s'appliquent ni dans un domaine, ni dans l'autre. Malgré tout je pense que c'est une question de temps et que la sauce pourrait prendre, l'élément clé ce sera le mental et quelques victoires pourraient contribuer à faire sauter le blocage.
Quand zeman a obtenu des résultats, ses 2 titres en B, rien d'autre dans mes souvenirs, c'est à chaque fois avec un noyau de joueurs exceptionnels (Signori, Rambaudi à Foggia Immobile, Veratti à Pescara). Sauf erreur rien de tel à Cagliari, il va donc logiquement se planter comme d'habitude et se dcharger sur les joeurs, comme d'habitude.
D'ailleurs, anecdote amusante, pas plus tard que la semaine dernière, le fils Zeman qui est entraineur aussi s'est mangé un 6-0.
Mais il n'y est pour rien, c'était de la faute de l'arbitre qui avait avantagé ses adversaires et de ses joueurs qui n'avaient pas appliqué les consignes. Les leçons de papa ont été bien apprises.
elmazatleco Niveau : DHR
je suis revenu de cagliari vendredi
et j'ai eu du mauvais temps la semaine derniere
triste
sinon chouette ville et plage sympa poeto notamment

PenoIndirect Niveau : Loisir
Message posté par SpecialEffect
Le problème, c'est que - malgré 14 transferts - le groupe titulaire est resté sensiblement celui des années précédentes. Hors, Cagliari a passé les dernières saisons à jouer pour ne pas prendre (trop) de buts. Le milieu a principalement des réflexes défensifs et ne se livre pas trop, Ibarbo essaie de faire les choses tout seul au détriment de l'organisation tactique, etc...

Si Zeman avait repris l'équipe après la période Allegri, Donadoni, Ballardini... il y aurait plus de facilités car le jeu était tourné vers l'offensive. Aujourd'hui il faut désapprendre les consignes répétées depuis plusieurs saisons sous Ficcadenti, Bisoli ou Pulga/Lopez.

Au final les joueurs sont perdus entre ce qu'ils savaient faire et ce qu'ils ne savent pas encore faire correctement... résultat ils ne s'appliquent ni dans un domaine, ni dans l'autre. Malgré tout je pense que c'est une question de temps et que la sauce pourrait prendre, l'élément clé ce sera le mental et quelques victoires pourraient contribuer à faire sauter le blocage.


Mais où est donc OR ni car ?
Aldo Raine Niveau : CFA2
L'article est quand même très léger, je m'attendais à plus d'argumentations.
J'aime bien le bonhomme pour son engagement envers le foot propre et le beau jeu mais sinon faut bien avouer que c'est pas exceptionnel comme entraîneur. Il amuse par son jeu offensif mais quand il signe dans ton équipe, c'est rarement la joie. J'ai jamais beaucoup aimé les entraîneurs bornés comme Zeman, ils passent à côté de bon joueurs par aveuglement (voir Guardiola l'an passé).
BielsaChampion Niveau : Loisir
Et boum, 3-1 en 35 minutes sur la pelouse de l'Inter
La malédiction so foot.com a encore parlé.

Un article positif sur un joueur : il met un CSC ou se blesse.

Un article négatif sur Zeman : son équipe déboite l'Inter au Meazza.
Milan_forza18 Niveau : CFA
1-4 bon je pense que la méthode marche encore non!!! Plus un peno sortit par handanovic !!!!
saddam_usain_bolt Niveau : CFA2
Attendons la fin avant de parler de malédiction, ils seraient bien capables de se faire rejoindre à 4-4 ces cons...
Ugo Bocchi doit écrire le même article sur l'entraineur de Qarabag jeudi ! On aura une chance d'être leader après deux journées !
Ouch ce que ce prend l'inter ... Ca risque de finit en 4-4 ou en gros viol 7-1, dans tout les cas cimer zeman ptn
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
Vous êtes des devins les gars ;)
Message posté par Aldo Raine

J'aime bien le bonhomme pour son engagement envers le foot propre et le beau jeu


Toi tu n'as pas vu le film de son interrogatoire au sujet de Calciopoli.
Ce mec pue.
francis_kuntz Niveau : Loisir
Victoire de 1-4 sur le terrain de l'Inter : he's Zeman of the situation !

Francis Kuntz, en direct du Wall Street Institute de Mufflins
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
9 17