En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Southampton-Tottenham

Les lignes de José Fonte

Après bientôt sept années à Southampton, José Fonte pourrait quitter le sud de l’Angleterre dans les prochaines semaines en cas d’offre satisfaisante au bout de longues discussions qui ont accouché sur le refus d’une prolongation de contrat. La fin d’une liaison devenue mariage qu’on pensait intouchable.

Modififié
Le Vitality Stadium de Bournemouth est vide. Derrière les deux silhouettes, l’arrosage automatique de l’enceinte prépare la scène où doit se jouer l’un des derniers actes de la dix-septième journée de Premier League. À cet instant, Claude Puel ne regarde pas ses joueurs. Son regard est planté dans celui de son capitaine. L’homme en doudoune sans manche incline sa tête et écoute. Cette fois, il a des explications, contrairement à ce qu’il s’est passé dix jours plus tôt pour la réception capitale de l’Hapoël Beer-Sheva en Ligue Europa (1-1) au St. Mary’s Stadium de Southampton. En sept années passées dans le sud de l’Angleterre, José Fonte n’a que rarement connu la sensation du remplaçant. Des chiffres ? La saison dernière, le récent champion d’Europe a joué trente-sept des trente-huit rencontres de Premier League avec son club. Pareil, la saison précédente.


En réalité, il n’a jamais bougé des feuilles de match depuis qu’il a débarqué de Crystal Palace en janvier 2010. C’est comme ça. Alors, quand Puel décide de le poser sur le banc pour la deuxième fois de la saison en championnat, le capitaine des Saints veut comprendre. Interrogé par la presse quelques jours plus tôt, Fonte a balancé sa frustration : « Je veux jouer chaque match. Je suis apte à jouer toutes les rencontres. Je suis toujours apte. » Claude Puel, lui, évoque sa politique de rotation et sortira vainqueur de son déplacement à Bournemouth (3-1). C’était le 18 décembre dernier et l’entraîneur français a même expliqué qu’après la rencontre, Fonte était « très heureux pour l’équipe, pour le club et pour lui-même, parce que c’était un match difficile. Et ce n’est pas seulement les joueurs sur le terrain qui ont remporté ce match - c’est l’ensemble du groupe. » La vérité serait ailleurs et Puel vient peut-être de faire là la première petite rature de son mandat.

Le déchirement


L’histoire dure depuis maintenant plusieurs semaines, plusieurs mois. C’est simple : en juin 2018, le contrat de José Fonte sera terminé à Southampton. Le Portugais aura alors trente-quatre ans et espère donc plus. En réalité, après son titre de champion d’Europe décroché en juillet en France avec le Portugal, Fonte voulait prolonger. Les versions sont différentes selon les parties, mais, selon le capitaine, les dirigeants des Saints ne lui ont proposé qu’une augmentation de salaire. Aucun contrat n’aurait été posé sur la table. Southampton sait pourtant son pilier ciblé par plusieurs costauds (Manchester United, Liverpool) et a même refusé une offre d’Everton cet été où Ronald Koeman voulait l’emmener dans ses affaires. Mais pour quoi faire ?


La question mérite aujourd’hui d’être posée alors que les négociations semblent s’être interrompues. José Fonte devrait donc pouvoir partir cet hiver en cas d’offre satisfaisante et une page se tournera ainsi au St. Mary’s Stadium. José Mourinho ne cesse de lui faire la cour, Dejan Lovren, lui, a attisé les rumeurs sur Instagram il y a quelques jours. Il ne reste donc plus qu’à attendre pour voir où celui qui est devenu une référence à son poste en Premier League va atterrir. Et le déchirement est total pour les supporters des Saints qui peinent à comprendre la situation. Motif de satisfaction : si Fonte va voir ailleurs, son padawan Virgil van Dijk restera au moins jusqu’à cet été. Déjà ça.

Le dernier contrat


Il faut alors savourer les dernières lignes qu’est probablement en train d’écrire José Fonte sous le maillot de Southampton. Hier, l’international portugais, inconnu il y a encore quelques mois dans son propre pays, était un homme qui racontait ses « années de souffrance » au cœur d’un système qui avait refusé de croire en lui. Venir à Southampton en 2010 et accepter de jouer en League One était avant tout l’occasion de s’assurer un avenir après avoir notamment été rejeté quelques années plus tôt par un certain Ronald Koeman à Benfica. Mais Fonte est avant tout l’histoire d’un mec qui a accepté de bosser plus que les autres, de s’arracher plus que les autres, mais surtout de fracasser toutes les statistiques d’un pays auquel il s’est adapté et non l’inverse.


N’est-ce pas lui qui avait un jour contacté Koeman, qu’il avait alors retrouvé à Southampton, pour lui demander de venir bosser lors d’un jour de repos ? Tout simplement parce que José Fonte a déjà perdu trop de temps, qu’il a réellement éclaté à l’approche de la trentaine, qu’il est devenu international à trente et un ans. Sans la Premier League - « la meilleure chose qui pouvait [lui] arriver. J’y ai progressé en tant que joueur, mais aussi en tant qu’homme. » - Fonte ne se serait jamais retrouvé à Saint-Denis le 10 juillet dernier aux côtés de Pepe. L’homme rêvait simplement d’une autre sortie pour un club pour lequel il a tout donné. À moins que l’histoire ne s’inverse encore. Un dernier contrat n’est pas anecdotique.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 88 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20 mercredi 21 février 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 mercredi 21 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
À lire ensuite
Liverpool roule sur Stoke