1. // Supercoupe d'Espagne
  2. // Real Madrid/ FCBarcelone (2-1)

Les Leçons Tactiques du Clásico

La dernière fois que le Barça avait été mis autant en difficulté dans un grand match, c’était en avril 2010 et l’Inter de Mourinho et Milito avait battu 3-1 les hommes de Guardiola à Milan. À l’époque aussi, on parlait des errances de la défense blaugrana et « du pire match de Puyol depuis des lustres » . Des victoires à mettre sur le compte des erreurs du Barça ? Ou alors Mourinho a-t-il trouvé une recette que ses hommes ont réussi à appliquer à la lettre ?

Modififié
11 36
«  Chaque Clásico a sa propre histoire, cela ne sert à rien de parler du passé » , affirmait Tito Vilanova en conférence de presse mardi. Et il ne croyait pas si bien dire. Si les deux compositions de départ étaient bien les deux 11 de gala habituels (sauf Dani Alves et Puyol), ce match a excellé dans son originalité. Pour la première fois de la série des Clásicos post-2008, on a vu le Real évoluer en supériorité numérique durant une période conséquente face au Barça. Pour la seconde fois, après l’aller de la Supercoupe 2011, on a observé un partage de la possession, oscillant entre 51% et 57% à l’avantage de Barcelone. On a également aperçu les trois nouveaux acteurs de la pièce : Modrić, Jordi Alba et Song. Enfin, on a vu un Real Madrid à l’aise avec le ballon : technique, rapide, vif et lucide. Meilleur, quoi. Ce qui n’a pas empêché le Barça de passer à un demi-mètre de la victoire. Explications.

Le Real comme l’Inter

Si Mourinho a trouvé la recette, celle-ci est faite de quatre ingrédients. Le premier est la façon de récupérer le ballon. Dans ce secteur, on a vu Mourinho opter pour des solutions différentes selon les Clásicos, entre le pressing démentiel très haut du match aller de Liga 11-12 et l’absence de pressing du match aller de Coupe de la même saison. Hier soir, les Blancs ont opté pour une solution intermédiaire : un pressing concentré sur certaines zones. Sur les latéraux d’abord, par Di María et Özil, obligeant le Barça à lancer des longs ballons directs sur les côtés de Pedro et Sánchez. Mais surtout une fois que le Barça rentrait dans le troisième quart du terrain. En 2010, Thiago Motta et Cambiasso avaient produit un travail extraordinaire en défendant cette zone à tout prix. Sur une zone réduite, les efforts sont moins coûteux et plus intelligents. Et surtout, le Barça se fait piéger alors que tous ses joueurs se trouvent en phase offensive : c’est le moment où sa défense est la plus vulnérable. Hier, Alonso, Khedira et Özil (toujours lui) s’en chargeaient. La récupération du ballon dans les pieds de Messi avant le but de Cristiano en est un merveilleux exemple. À la demi-heure de jeu, le Barça a perdu déjà 26 ballons, contre 22 pour le Real. Inhabituel.

Le deuxième ingrédient est l’activité énorme d’Higuaín aux avant-postes. Comme Milito il y a deux ans (qui ne pouvait plus marcher dès la 70e), Higuaín répète les appels en profondeur et garde Adriano, Piqué et Mascherano sous pression. Grâce aux ballons d’Alonso (dans le rôle de Cambiasso), Madrid « saute » le pressing barcelonais et maintient une menace constante sur la défense blaugrana. Ces appels si éprouvants sont possibles grâce au troisième ingrédient : l’effort continu du milieu madrilène pour garder le ballon le plus longtemps possible à la récupération. Alonso est toujours aussi précieux, tout comme les bons pieds de Ramos et Pepe. Le quatrième ingrédient est fait des montées des ailiers et des latéraux. En écartant le jeu au maximum, Cristiano, Di María et Marcelo multiplient les dangers et reposent l’avant-centre argentin, comme Eto’o et Pandev en 2010. Leur technique et leur confiance à provoquer le un-contre-un permettent de faire remonter tout le bloc de Mourinho. Madrid aurait pu mener 4-0 à la 40e minute, avec un but annulé et des duels ratés d’Higuaín en moins.

À dix contre onze, comment le Barça fait-il pour jouer son jeu ?

À la mi-temps, Mourinho fait face à un choix très difficile. La première option est de tenter de conserver le même plan d’attaque, quitte à effectuer des changements plus tôt, afin de tuer le match. Le risque est de voir ses troupes se fatiguer, alors que le moindre exploit d’Iniesta ou Messi leur serait fatal. La seconde option est de laisser les Barcelonais garder le ballon, gageant sur la fidélité à leur philosophie, et d’espérer les punir sur contre-attaque. Mourinho choisit d’attendre, et l’emporte. Il avait raison : les contre-attaques n’ont pas manqué (n’est-ce pas, Gonzalo), mais le risque était réel : en deuxième mi-temps, le Barça endort le Real et réussit à jouer son jeu, à dix. Comment ?

À l’expulsion d’Adriano, Tito choisit Montoya pour le remplacer à droite, et enlève Sánchez, qui évoluait jusque-là à l’extrémité droite de l’attaque blaugrana. La ligne de quatre défenseurs est maintenue, mais le Barça perd un joueur offensif. Comment compenser ? En phase défensive, Tito met en place un 4-4-1 classique, avec Messi en attente de bons ballons. En phase offensive, Messi vient prendre sa place en pointe, Pedro change de côté et occupe l’aile droite, et le milieu Busquets-Xavi-Iniesta est conservé. Mais du coup, il manque quelqu’un à gauche, non ? Ici, il faut souligner l’immense performance d’Andrés Iniesta, qui prend alors la responsabilité de jouer à la fois milieu intérieur gauche et ailier gauche. Alors que les débats concernant le Ballon d’or vont s’enflammer d’ici quelques mois, son influence grandit de match en match aux côtés d’un Xavi inconstant (mais énorme à l’aller) et d’un Messi bien moins présent dans le jeu. Ainsi, la pression madrilène ne permettant pas de voir Montoya et Alba monter, c’est Pedro et Iniesta qui se chargent de compenser : l’un à l’aide de courses et d’appels, l’autre à l’aide de vision et de technique. Et cela marche, ou presque. À la fin du match, Tito Vilanova s’est dit fier de voir le Barça lutter pour la possession en infériorité numérique. On ne va le contredire, il s’agit véritablement d’un exploit en soi.

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Y'a aucune leçon à tirer de ce match.
Une première demi-heure catastrophique qui aurait causé les mêmes dégats contre n'importe quelle équipe et ensuite du 10 contre 11 et à partir de ce moment là, y'a rien à retenir.

À part que le Barça est revenu et aurait dû égaliser à la fin et le Real aurait encore été ridicule.
En tant que spectateur neutre, si tu pense que le barca méritait d'égaliser , dans ce cas là, le real méritait d'en mettre 4 hier...

le barca a eu des occases mais comparer à celles manquées d'higuain... même casillas l'a découpé à la fin du match, ça se voyait trop qu'il lui disait un truc du genre "t'as pas le droit de rater tout ça"
non ça ils voient pas... et faut pas trop leur en demander hein !
@Vale:
Higuain aurait été ridicule (voire plus) sur l'égalisation. Les autres madrilenes n'ont pratiquement rien à se reprocher...
Tito qui est fier de lutter pour la possession à 10 contre 11... Genial mais il aurait peutetre mieux fait de jouer un peu plus le contre. En inferiorite et vu la vitesse de ces joueurs ca aurait pu etre judicieux. La possession n'est pas une fin en soit. La victoire l'est.
Bonne Analyse du matche.
Le Real aurait pu mettre 2 buts de plus lors des 40 premières minutes.
Le barça fait une bien meilleure deuxième mi-temps ou ils ont la possession grâce notamment à Iniesta et au réveil de Pedro. Mais Madrid reste dangereux en contre avec de nombreuses situaions de buts.
la dernière partie sur le double rôle d'Iniesta est très bonne et vraiment bien vu.
La première, avec la comparaison entre ce madrid 2012 et l'inter 2010 m'émeut nettement moins.
Si réellement Mou avait eu la recette depuis si longtemps, pourquoi ne l'aurait il pas utilisée ?
Réellement, et tant pis si je me fais lyncher, j'ai plus vu une première dem heure catastrophe du Barca, complètement ratée. Entre la lésion de dernière minute d'Alves, les 2 goals en trois actions du Real (les deux fois sur des erreures individuelles flagrante d'un des deux centraux), l'expulsion du futur prix Nobel Adriano (de toute façon à la rue), le Real a vraiment eu le travail pré maché.
Sans vouloir dévaloriser l'excellent pressing du Real, il faut noter que les pertes de balles (26 donc, merci pour la stat) n'étaient pas toujours du a ce pressing, loin de là. On a eu droit à tout un tas de passe ratée inexplicablement, controles hasardeux, ... sans que le joueur barcelonais ne subissent une pression plus intense que d'habitude.
En clair, un bonne grosse demi heure de non match du barca, avec une défense à la rue et des milieux étrangement aproximatifs.
Un mieux en seconde période, oui, mais comme le dit l'article, parce que le Real a laissé la possession au Barca. Vu le barca d'hier, si le Real avait continué a lui disputer la possession, et avec un higuain moins maladroit ça pouvait se terminer en valise.
en phase offensive, pedro change de coté?

nimp! pedro reste a droite mais passe de milieu droit a ailier droit!
Monsieur Markus oublie quand même deux ingrédients dans sa recette (du moins à mon avis).

1° Match de reference de nullité du Barça;
- la défense a été catastrophe (le seul à sauver à 1/2 est Piqué qui redevient petit à petit un 'bon' défenseur),
- le milieu qui a été moyen (sauf Iniesta toujours énorme)
- l'attaque: Messi nul (sauf son éclat de génie sur son CF -> bijou); Sanchez (on n'a pas eu le temps de le voir) et Pedro (qui a été assez bon, mais qui n'est sûrement pas capable de jouer seul attaquant).
- les choix douteux de Tito (à mon goût).

2° Match référence de génie du Real
Tout lui a souri hier soir, tout était bien fait, tous les contres étaient favorables, tous les joueurs ont été très bons (sauf Higuain qui a vendangé comme pas permis)
Ronaldo passe à 1 mm du but de l'année avec son aile de pigeon. Juste dommage qu'il "rate" son contrôle.

PS: je tiens à préciser qu'habituellement je suis un fervent défenseur et supporter (pas toujours objectif!!) du Barça, mais pour hier, un très grand bravo au Real qui a donné du beau jeu et du spectacle.
La seul différence entre ces deux équipes en fait, c'est que lors de matchs avec cette tournure : avec une réelle domination d'une des équipes et notamment en terme d'occasions ; le Barça est capable de foutre la manita mais pas le Real..

Sinon, les deux buts ne doivent pas être pris même si le Real méritait d'en mettre au moins 2 ou 3 AUTRES.

Ça commence à être préoccupant défensivement quand même..
Note : -3
On pourra dire ce qu'on vu du Real mais depuis post 2008 comme dit dans l'article jamais le Real n'a vaincu un grand Barça. Les joueurs du Barça donne l'impression de suffisance parfois, limite à se demander s'ils en ont pas marre de jouer toujours la même équipe et de gagner inlassablement. Hier le Barça méritait certainement d'en prendre 4 dans le buffet en moins d'une demi heure. Ca aurait servi de bonne leçon. En tout cas l'envie n'était pas la même côté madrilène et côté barça. Mais on ne m'enlèvera pas de l'idée que le Barça est vraiement supérieur au Real. Même en jouant en marchant les occasions arrivent. Ce n'est plus de la maîtrise, c'est de l'humiliation. Et oui, on parle de tactique de Mourinho face au Barça, jamais le barça jouerait comme ci ou comme ça pour contrer le Real. C'est toujours le Real qui lutte pour battre, le Barça se contente de réciter ses gammes, sauf que quand c'est fait avec trop de suffisance et sans créativité ça ne passe pas. Le Real reste tout de même une machine. Mais jamais elle n'égalera le Barça.
Travis Bickle Niveau : Ligue 1
Le Real mérite sa victoire sans contestation possible.
Je reste d'ailleurs circonspect quant aux options tactiques du remplaçant de Pep.
Mais pourquoi diable clouer au pilori l'attaquant argentin ?
Il a marqué, été dangereux, s'est crée moult occasions et Madrid a vaincu.
Alors ?
Il n'y a pas si longtemps, je lisais ici certains lui reprocher de ne se montrer que contre les "petites équipes", d'autres le qualifier de peintre [ce qu'il ne faut pas lire].
Si j'étais supporter de la Maison Blanche, je ne penserais qu'à l'encourager.
Évitons de glorifier de façon excessive l'Inter de Mourinho et son prétendu exploit tactique contre le Barça qui s'explique surtout par deux erreurs d'arbitrages décisives: un but de l'Inter en hors-jeu validé lors du match aller et un but injustement refusé au Barça au match retour. Soit deux hold-ups consécutifs (un seul n'aurait pas permis à l'Inter de passer). Je ne remets pas en cause la discipline tactique et l'engagement physique des équipes de Mourinho mais dire que le Barça était à la rue contre l'Inter est un grand mensonge. En ce qui concerne le classico d'hier le pressing énorme du Real a effectivement poussé le Barça à commettre de grosses erreurs, les mêmes que la saison passée avec par exemple Cristiano qui profite de l'accumulation de joueurs au centre pour passer par l'extérieur et s'ouvrir un boulevard dans le dos du latéral. Si le Barça s'est quelque peu ressaisi en deuxième période c'est aussi grâce à certains points faibles récurrents du Real qui a souvent du mal à définir face au but malgré les nombreuses occasions créées (Higuain certes, mais Di Maria n'est pas en reste...) et jusqu'à présent on n'a jamais vu les madrilènes maintenir le rythme et le pressing des premières minutes pendant une rencontre entière, en tout cas pas contre le Barça. Je ne crois pas que cela soit un choix 100% calculé. Beau match en tout cas, Mourinho a certainement mieux négocié cette rencontre que Vilanova qui doit à tout prix changer certaines choses s'il veut éviter d'autres entames de match catastrophiques.
@saviola07: en tant que supporter barcelonais, j'aimerais être aussi optimiste que toi. de mon côté, je ne suis pas sûr que le Barça, en ce moment, soit si supérieur que ça au Real. A l'aller, ça ne fait aucun doute, dans le jeu le Barça a été meilleur, mais il faut aussi savoir concrétiser lorsqu'on domine. Messi rate le 4-1 face à Iker et dans la foulée Valdés fait sa cagade. Et au retour, rien à dire. La première demi-heure catastrophique, je suis d'accord, mais le Real y est sans doute pour quelque chose. Au-delà des deux buts sur de grosses erreurs défensives, ils ont exercé un gros pressing et montré beaucoup plus d'agressivité. Le carton rouge vient sur une action où Ronaldo file encore seul au but. Le Real a donc aussi provoqué certaines erreurs.
Surtout, si on regarde avec un peu plus de recul on remarque plusieurs choses:
- l'écart entre le Real et le Barça était grand il y a un an et demi, désormais les confrontations se jouent sur des détails. Et le Real n'a plus besoin de bétonner et de casser le jeu pour gagner, il gagne avec la manière.
- Le Barça est arrivé au sommet de son art en 2011. Comme il est très difficile de progresser après avoir atteint un tel niveau, Guardiola a fait le pari d'apporter de nouveaux joueurs (Alexis, Cesc) et de tenter de nouvelles tactiques. Cela a moyennement marché, d'abord parce que la greffe Cesc n'a pas encore tout à fait pris, et parce que l'an passé les blessures se sont accumulées (Xavi, Puyol, Abidal, Villa) et ont pesé, notamment sur la qualité défensive de l'équipe compte tenu de la méforme de Piqué. Tito revient donc aux fondamentaux, avec un 4-3-3 mieux maîtrisé. mais force est de constater que pendant que Mourinho faisait progresser son équipe, le Barça ne s'est pas amélioré sur la même période. Pire, sur le plan défensif, l'équipe multiplie les erreurs individuelles et collectives (placement). Et sur le plan offensif, il y a à la fois un manque de mouvement et d'efficacité. La Messi-dépendance est toujours aussi forte, et j'attends avec impatience que Villa revienne à son niveau.
En conclusion, il ne faut pas se voir trop beaux, et travailler pour être plus forts plutôt que de se méprendre sur une supposée supériorité qui ne sera plus qu'un souvenir si on continue de se voiler la face.
Note : -1
Ah oui mais c'est certain, le Real a énormément progressé pendant que nous on stagnait... Mais comme tu l'as dit, difficile d'être meilleur que la perfection. Et puis il y a l'envie. Le Barça n'a pas l'envie du Real qui est de s'imposer réellement. Le Barça est meilleur, et doit continuer à bosser pour le rester. Je dis pas que le Real vaut rien, preuve en est qu'ils sont champions d'Espagne et viennent de remporter cette super coupe. Dernièrement ils ont été supérieurs au moments où ils fallait. Je dis simplement que pour moi le Barça est plus fort, plus craint, et reste égal à soi même en toute circonstance, que la qualité intrinsèque de cette équipe est unique. Mais bon, qualité intrinsèque en football ne veut rien dire. Et puis même eux dégagent une espèce de confiance absolue, comme si le fait d'avoir giflé le Real à plusieurs reprises, d'avoir remonté des scores par deux fois l'année dernière à Bernabeu leur conférait une certitude ultime en leur football. J'ai l'impression qu'ils se savent meilleur mais ne le montre pas toujours. J'étais par exemple convaincu que le dernier clasico en fin de saison dernière serait le match qui ferait encore une fois basculer la Liga en notre faveur. Je me suis trompé. Mais bon, ce Barça là était le pire depuis très longtemps.

Après défensivement le Barça n'a jamais été énorme, de tout temps, déjà depuis Rijkaard les erreurs faisaient tâche et je parle même pas de Valdès, qui s'était calmé depuis deux trois saisons, mais qui revient très fort ces derniers temps en terme de cagade.

Bref la saison s'annonce belle et encore indécise tellement ces deux équipes sont énormes (je parle de la Liga à 2, pas de celle à 20).
@momobarca: +1
Pour une grande part, cette faiblesse du Barça est dûe au vieillissement de ses joueurs phares: Xavi et Puyol. Ajoutons aussi que Alexis est bon mais n'arrive pas au niveau de Villa. Si en plus Alves n'est pas là...
Je ne vois aucun nouveau joueur récent ayant apporté une réelle amélioration. Cesc n'est pas à la hauteur des autres, il peut frimer en Premier contre des défenses de pieds carrés mais là c'est autre chose.
Lorsque ces cadors vont périmer (Puyol et Xavi sont déjà en bout de course), le cycle du Barça sera over. A ce rythme et s'ils n'apportent pas de vrais cracks, dans un an ou deux ils seront largués par le Real (dont les joueurs arrivent, eux, à maturité)...
fernandollorientais Niveau : CFA
- dommage qu'on ait pas eu les stats à la mi temps, notamment la possession qui était peut-être madridiste (énorme!) (si quelqu'un peut les sortir ce serait très interessant)
- première attaque placée du barca à la 35e !
-le réal peut il tenir ce rythme 90' ? rien n'est moins sur mais tout de même quelle intensité incroyable
-hâte de voir la progression de song dans cette équipe et surtout le retour de villa pour revoir le meilleur trident offensif du barca de pep : le MVP (messi villa pedro)
-de mémoire de moi-même, j'avais jamais vu xavi-iniesta-busquets prendre un tel bouillon au milieu
Pour le Real c'était l'occasion rêvée de "rendre" le 5-0 d'il y a deux ans au Barça, mais tout a changé quand Messi a planté ce coup-franc d'un autre monde. Ensuite on a vu un Real plus calculateur, dommage, ça rend curieux de voir s'ils peuvent tenir un pressing aussi intense sans exploser physiquement en seconde période.
wow qu'est ce qu'on en tire des enseignements d'un match qui était le moins important de la saison dixit mourinho "le mec bien quand y gagne et le rageux quand y perd "
blague à part tout le monde rabache les mêmes bétises " si higuain croque pas c'est une valise ...etc" ok allez on va suivre cette logique à 2 francs , ben pour la manita d'il y a 2 saisons si les attaquants du barca ne croque pas ca fait 12 ou 13 -0 !!??!!
bon on va arrêter les conneries et dire que le real à fait un bon match parce que 2-1 à 11 contre 10 c'est pas non plus un exploit et que le barca offre 3 buts sur les 4 du real
SAVIOLA07 + 10000000 le jeu du real et très loin du jeu de barcelone y a pas photo
combien de fois on tiré dans les buts les catalans?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11 36