1. //
  2. //
  3. // Gr. A
  4. // J1
  5. // Chili/Équateur (2-0)

Les leçons tactiques du Chili

Il fait froid chaque hiver à Santiago, mais cette année, les Chiliens espèrent se réchauffer avec l'explosivité d'Alexis, l'élasticité de Vidal, la magie de Valdivia, les kilomètres de Medel, mais aussi les idées de Sampaoli. Contre l'Équateur, l'Argentin a multiplié les changements de schéma au cours du match et ses hommes ont enchaîné les belles combinaisons, pour l'emporter finalement au bout d'un penalty farfelu et d'un contre. Alors, où en est la Roja ?

Modififié
L'Estadio Nacional de Chile vibre durant l'hymne national chilien, et tout Santiago sort de son quotidien hivernal. Les feux d'artifice font crier les enfants, l'intensité de l'hymne repris a cappella par près de 50 000 âmes plaît aux rêveurs, et même les plus difficiles à convaincre fondent devant le premier déboulé d'Alexis Sánchez. La Copa América est lancée depuis quelques secondes lorsque la vedette d'Arsenal se lance à toute allure vers les cages de Domínguez, avant de dévisser sa finition. En quelques touches de balle, le Chili est déjà flamboyant, rapide, impressionnant. Le Chili est Bielsa, Sampaoli, Pizarro, Mati Fernandez, même si aucun de ces hommes n'est sur le terrain. Et puis, en une seule touche de balle, le Chili est ramené à sa condition d'éternel déçu. Le pied droit d'Alexis part loin des cages de façon inexplicable, et le Chili redevient Pinilla. Avec une seule action, puis une deuxième avec cette tentative de lob manquée, Sánchez a offert un condensé de cette Roja qui sait jouer, mais ignore comment gagner : une équipe aussi magnifique qu'inefficace, ingénieuse, mais trop peu concrète. Près de 70% de possession de balle, pour 8 tirs.

Alexis Sánchez, génie et figure


Les murs de Santiago ne laissent rien au hasard, de la station Baquedano aux alentours du stade : la figure de ce Chili, en dépit de toute l'excentricité de Rey Arturo, c'est bien Alexis. Jeudi soir devant son public, l'attaquant dynamite a démontré que sa première saison anglaise n'a pu venir à bout de son enthousiasme. Avant-centre infatigable, mais esseulé en première période, puis attaquant gauche explosif en seconde, Alexis a tout donné et Santiago a tout reçu. Ses statistiques parlent d'elles-mêmes : 4 tirs tentés, 4 occasions créées, 6 dribbles réussis, 4 récupérations dans le camp adverse, 4 fautes provoquées, 4 fautes commises, 1 passe décisive. C'est le premier enseignement de ce match : le rendement du Chili dépendra de celui de son numéro 7. Et si Alexis a touché autant de ballons dans des positions intéressantes, cela confirme bien l'idée générale transmise par les hommes de Sampaoli : le Chili sait encore dominer et élaborer du jeu. Le problème se situe dans la surface adverse. Sánchez a touché 8 fois le ballon dans celle-ci, mais la moitié de ses tirs ont été contrés. Le Gunner n'a pas su trouver les espaces tout seul – parce qu'il refuse toujours de tirer du gauche, aussi – et le Chili s'est retrouvé sans position de tir. Et lorsque la Roja s'est décidée à centrer, Alexis était trop seul pour reprendre les ballons d'Isla. Alors, mieux vaut que la vitesse de Vargas ne soit pas loin des accélérations d'Alexis : des 7 dernières passes décisives de Sánchez, 5 ont été destinées au buteur de poche aux airs de Sonic.

Le dessin du Chili


Derrière Sánchez, les schémas de Sampaoli ont énormément varié. Peu après la crainte provoquée par une douleur musculaire de Vidal à l'échauffement, tout le pays a posé ses yeux sur la défense rouge pour tenter de percevoir ce qu'avait prévu son entraîneur argentin. Le papier dit Isla, Medel, Jara, Mena, Beausejour. Cinq joueurs au profil potentiellement défensif. Et même six avec le polyvalent Diaz. Et le terrain ? Comme toujours, ce dernier a eu plusieurs vérités de la première à la dernière minute. Alors qu'un 4-3-2-1 était annoncé, c'est bien un 3-4-2-1 qu'a mis en place Sampaoli. Une triplette Medel-Jara-Mena, deux latéraux, Isla et Beausejour, la paire de milieux Diaz-Aránguiz et enfin le trident Valdivia-Vidal-Alexis. Avec le temps, la première période laisse même deviner un 3-5-2, tant Valdivia participe au milieu et Vidal étire en attaque. Mais de temps en temps, la position en retrait de Beausejour et l'ambitieuse envie de déborder d'Isla font croire à une défense à quatre. Toujours est-il que l'essentiel est respecté : les centraux chiliens écartent au maximum autour de Jara, Isla et Beausejour montent loin devant pour placer leurs attaques, et Diaz et Valdivia descendent dès qu'il le faut pour jouer court quand l'Équateur presse. En première période, les Chiliens ont effectué 314 passes avec une fluidité qui aura parfois fait passer cette solide équipe de l'Équateur pour un simple 4-4-2 défensif. Mais ce schéma pourrait changer face à la triplette de défenseurs mexicains.

Vidal l'attaquant


3-5-2 ? Sans Vargas ni Pinilla ? Mais qui a pu jouer attaquant aux côtés de Sánchez durant les 45 premières minutes ? On le savait buteur, doué pour la profondeur et bon à la conservation du ballon dos au but : voilà Arturo Vidal en neuf et demi, ou plutôt en associé d'Alexis. Le temps d'une grosse demi-heure, le joueur de la Juve a effectivement pris le temps d'agresser la défense équatorienne par ses mouvements entre les lignes. Comme d'habitude, finalement, sauf que le numéro 8 n'avait même pas l'ordre de redescendre au milieu à la suite de ses pressings. Le spectacle nous a laissé voir un attaquant typiquement sud-américain, très pressant, bagarreur et habile dans le jeu à une touche de balle (cette talonnade pour Isla…). Mais il lui a manqué une occasion pour tirer. En seconde période, l'entrée de Vargas poussera Vidal à redescendre aux côtés d'Aránguiz dans un milieu à deux, et la magie du football le poussera à provoquer - et tirer - un penalty en tant que milieu de terrain. Ironique.

La magie Valdivia


Valdivia change de chaussure dès la première minute. Tic, tac, Valdivia joue à droite, Valdivia joue à gauche. Valdivia rate sa première transmission, fait désespérer les romantiques, puis se met à exiger le ballon tout le temps comme une machine. Quand Aránguiz récupère un ballon, Valdivia ne prend même pas le temps de lui demander pour le lui prendre. Puis Valdivia change de chaussures, encore. Et Valdivia dribble dans la surface. La sienne. Puis dans celle des adversaires la minute qui suit. Un show du Mago fait de 5 fautes gagnées (très souvent brillamment), 3 dribbles réussis et 3 occasions créées. Dans un rôle hybride qui l'aura vu évoluer en soutien de Sánchez, puis au milieu derrière le ballon, Valdivia a fait croire au miracle, a désespéré un peu les siens (14 mauvaises passes, forcément quand on prend des risques…) et a surtout causé des problèmes au 4-4-2 équatorien. Pour l'Équateur, le défi a longtemps été de réduire les mouvements chiliens à l'axe, avec un 4-4-2 intéressant où le positionnement de Montero aurait pu prendre à défaut les montées d'Isla. Mais le milieu jaune a vite été usé par les déplacements vénéneux de Valdivia. Si Mati Fernandez s'est montré plus concret à son entrée en jeu (trop, même, puisqu'il a été expulsé), les mouvements entre les lignes d'un numéro 10 capable de recevoir la balle entre de nombreux défenseurs pourraient être décisifs pour un Chili qui manque d'espaces devant.

Le schéma change, pas de style


Quand Vargas entre en attaque, trois changements s'opèrent d'un seul coup : Mena remplace Beausejour sur le côté gauche, Vidal redescend sur terre au milieu de terrain près d'Aránguiz, tandis que Diaz redescend pour occuper un rôle hybride situé entre le Mascherano du Barça et le Mascherano de l'Argentine. Un libéro moderne. En phase défensive, le Chili est toujours à 3 derrière. En phase offensive, Marcelo Diaz monte pour devenir une solution à la relance et le 3-5-2 devient 4-4-2. Devant, Sánchez et Vargas écartent au maximum, et Vidal, Valdivia puis Mati Fernandez foncent dans l'axe à la recherche de décalages. Le but de Vargas rappelle aux adversaires que s'il est possible de réduire le Chili à peu d'espaces en jouant bas, mieux vaut ne pas perdre le ballon trop proche de ses propres cages. Enfin, David Pizarro est entré à cinq minutes de la fin. Et le vétéran aux pieds exquis a offert un joli récital de toque. Loin, très loin, s'il était devant sa télé, Xavi a dû apprécier.

Par Markus Kaufmann, à l'Estadio Nacional de Chile, à Santiago À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce qui fait la force du jeu chilien fait aussi ses faiblesses.

Tout d'abord, il manque un tueur devant. Mais un tueur pourrait-il s'adapter aux exigences du jeu à la chilienne ? Pas si sûr ...

Le pressing incessant participe au manque de lucidité des attaquants une fois arrivé dans la zone de vérité. On peut faire le parallèle avec Cavani, presseur incessant, et manquant de lucidité devant le but, depuis son arrivée au PSG.

Enfin, le style de jeu construit à la chilienne exige d'une action menant à un but qu'elle soit parfaitement réalisée, dans le tempo, avec le soucis du beau geste. Cela se joue au millimètre, la phase de finale d'une action est donc la finalité d'une somme de passes et d'incertitudes qui en quelque sorte se cumulent et dont le dernier à toucher la balle porte la responsabilité. Une responsabilité que seul un tueur peut endosser ... Il y a une équation fort intéressante à résoudre pour les entraîneurs.
Quel régal cette équipe !
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
" Le Gunner n'a pas su trouver les espaces tout seul – parce qu'il refuse toujours de tirer du gauche, aussi –"

Bonne remarque.C'est rare dans le football moderne le fait que les joueurs de top niveau comme Alexis Sanchez soient réticents à faire usage de leur "second pied", j'en veux pour preuve les nombreux buts inscrits du droit par Messi,du gauche par Ronaldo,du droit par Griezmann,du gauche par Hazard etc...et plus généralement,s'en servent pour centrer,passer,remiser...

Je me demande si cela ne vient pas du fait que Wenger est réputé pour faire travailler ses joueurs exclusivement sur leurs points forts.Voyez par exemple comment Henry excellait dans sa "spéciale", ainsi que sur sa vitesse,son pied droit tout en ayant un pied gauche et un jeu de tête au mieux quelconque, au pire médiocre.Idem pour Robert Pires avec sa spéciale léger repiquage dans l'axe /tir petit filet opposé, Vieira et ses perforations,ses frappes intérieur à ras de terre aux 16,50 M à la réception des centres en retrait...

Tout ça pour dire que les joueurs sous les ordres de Wenger font souvent des tâches bien précises sans "dépassement de fonction", mais la font très bien.
Hier à 22:17 La douceur de Bruma 10
Hier à 12:35 Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 Hier à 12:17 Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 Hier à 11:50 Le FC Sochi prend une année sabbatique 16
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4
jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 54 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11 dimanche 4 juin Suivre SO FOOT sur les réseaux sociaux 1 samedi 3 juin Combien le Real Madrid a dépensé pour gagner la Ligue des champions samedi 3 juin Asensio clôt le débat 3 samedi 3 juin Casemiro et Cristiano mettent le Real en orbite 1 samedi 3 juin Le sublime retourné de Mandžukić pour l'égalisation 5 samedi 3 juin CR7 ouvre le bal 1 samedi 3 juin Le tifo des supporters turinois lors de l'entrée des joueurs 2