1. //
  2. // 1re journée

Les Leçons Tactiques des Français en C1

La première journée de la Ligue des champions a fait dans les extrêmes pour les clubs français : trois performances atypiques, pour le meilleur et pour le pire.

Modififié
0 10
Lille et le cas Martin

55% de possession. 26 tirs. 46 centres. 10 corners. 87% de passes réussies. À jeter un œil sur les statistiques du match des hommes de Rudi Garcia, on serait tenté de deviner une belle démonstration de la puissance collective nordiste. Mais non. Amorphe, le LOSC encaisse trois buts en première mi-temps et dit adieu aux trois points. Garcia place un 4-2-3-1, Balmont-Mavuba sur la même ligne et Martin au service du trio Payet-De Melo-Kalou. On attend un jeu plus direct que ce qui se fait habituellement, une équipe qui préfère la verticalité à la possession. On attend toujours. Car du jeu direct, on en a vu, mais de l’autre côté. Dans le rôle de Martin, Hleb fait de la magie. Et ne fait que rendre visible aux yeux de tous le manque d’équilibre de cette équipe lilloise depuis le début de la saison : onze buts encaissés en huit matchs... Et hier, il y avait Debuchy et Basa. Alors, qu’est-ce qui a changé ?

Martin entre, Cabaye sort. Animateur/distributeur à Sochaux, Martin arrive avec deux outils dans son cartable : faire vivre le jeu et faire la dernière passe. Malheureusement, ils ne sont pas adaptés à la classe lilloise. D’une, Martin a toujours brillé lorsqu’il avait un partenaire privilégié à ses côtés, un type avec qui il pouvait faire un « passe-et-va » à tout moment. Boudebouz à Sochaux, Nasri souvent avec les Bleus, contre la Bosnie notamment. À Lille, Martin se retrouve seul. Balmont-Mavuba ne se projette que trop rarement, et Payet, Kalou et Roux/De Melo n’occupent pas la même zone et n’ont pas le profil adapté. En plaçant Martin à la tête de son trio du milieu, Garcia cède certainement à la tentation de le faire jouer bas pour qu’il touche un maximum de ballons et qu’il ait une grande influence sur le jeu lillois. Mais en fait, le trio du milieu lillois n’en est plus un, l’équipe est coupée en deux et subit les contre-attaques biélorusses, d’où le «  manque de solidarité » montré du doigt par Garcia.

Un PSG fait de Verratti et de vitesse

Qu’il est loin ce quart de finale de Coupe UEFA 2009… Mardi soir, les hommes de Iouri Siomine ont dû penser qu’ils jouaient contre un autre club. Ancelotti s'assure un bon équilibre avec Matuidi et Chantôme d’une part, et la confiance d’une défense « conquérante » d’autre part. Thiago Silva et Alex n’ont perdu aucun duel mardi soir : il est évident qu’il est facile de jouer au football dans ces conditions. Mais encore faut-il avoir les idées claires. Et pour peut-être la première fois depuis l’arrivée d’Ancelotti, on a eu l’impression de comprendre la ligne conductrice du mercato parisien : la vitesse. Zlatan, Lavezzi, Pastore, cela joue très vite, on sait. Matuidi, Ménez, Van der Wiel ou Jallet, cela court très vite, on sait. Mais l’an passé, il manquait un accélérateur.

Et Verratti est arrivé. L’Italien n’est pas forcément rapide avec le ballon, mais la moindre prise de balle, le moindre coup d’œil créent un décalage et font accélérer le bloc parisien. Sous ses ordres, le milieu parisien fait sauter le pressing adverse en jouant à une touche de balle. Par sa facilité technique dans la conservation, Paris n’a plus peur de garder le ballon, de contrôler le jeu. Devant, une fois que Kiev se découvre, ce genre de match est un régal pour les coups de génie de Pastore et la distribution de Zlatan. Omniprésent, le Suédois décroche et permet à ses deux ailiers de prendre la profondeur et multiplier les solutions. Une pointe mobile, des ailiers qui permutent incessamment, un meneur reculé insaisissable… Ancelotti progresse dans sa recherche d’identité de jeu, et les dernières victoires parisiennes ont toutes donné la même impression : une équipe ultra-rapide aux allures de flèches. Le constat est le même pour tous ses adversaires : « Devant, ça va très vite…  »

Le baptême de Montpellier

Les premières fois ne sont jamais simples, mais avec du recul, le bilan est mitigé : malgré la défaite, les champions de France en titre se sont quelque part convaincus qu’ils avaient les pieds suffisamment habiles pour faire quelque chose dans ce groupe B, et plus largement cette saison. Utaka blessé à la cuisse, Girard préfère Camara à Herrera en pointe et place Mounier et Cabella à ses côtés. Le trio du milieu est un classique : Saihi-Estrada-Belhanda, tout comme le quatuor défensif : Bocaly-Bédimo et Yanga-Mbiwa – Hilton. Le début de match est « fou-fou » : après cinq premières minutes de domination londonienne et la panenka de Belhanda, Arsenal lance deux offensives, orchestrées par Diaby d’abord, puis Gervinho ensuite. Sur les deux buts, le MHSC est spectateur : 1-2.

Le milieu est pris de vitesse, la défense n’est pas attentive, et, il faut le dire, les Gunners jouent très bien le coup. Cet épisode de deux minutes passé, Montpellier revient dans le match, et presque dans sa saison. 18 tirs, 6 corners, 6 hors-jeu, les hommes de Girard font ce qu’ils savent faire de mieux : entreprendre et percuter. En quatre idées : Saihi-Estrada contrôle et oriente, Belhanda relaie et saute les lignes, Cabella crée les déséquilibres et les latéraux en profitent pour dédoubler (surtout Bocaly). Le tout malgré les difficultés de Camara en pointe et l’absence d’Utaka. On pourra regretter de ne pas avoir vu l’entrée d’Herrera : l’Argentin est un buteur, et Montpellier avait besoin d’un but… D’un côté, une telle deuxième mi-temps promet une chance de huitièmes. De l’autre, on ne peut s’empêcher de se dire qu’encaisser deux buts en deux minutes face à Arsenal, sorte de Richard Gasquet de la Ligue des champions, en dit long sur la force mentale actuelle du groupe de René Girard

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Lille confirme ses difficultés en C1, un peu comme Dortmund, tandis que Montpellier, pour sa première, se fait battre par l'une des équipes les plus régulières de la compétition. Rien d'exceptionnel. Sauf pour ceux qui voient ces deux équipes dans le dernier carré...
Oui sauf que Dortmund bat l'Ajax à la fin. Et Ajax>Borisov...
Sympa la comparaison entre Gasquet et Arsenal, joueur et club que j'adore. Après arsenal s'est souvent taper le barca en LDC, et ils font un non match à milan la saison dernière, et sur un terrain dégueulasse faut bien le dire.

Bref franchement, vu la première journée, on pourraient penser que Montpellier à plus de chances de se qualifier pour les 8eme que Lille. Mais bon Shalke ils sont très bons.

Pour Lille, le problème cette saison ca va être le fait que les buteurs ne sont pas géniaux devant, j'aimerais bien voir une triplette payer-mendes-kalou car roux et et de melo ca galère.

Sinon Paris est impressionnant !
Et le petit jeune qu'ils ont recruté là, Klonaridis, pourquoi ne pas l'essayer ? Kalou manque de vitesse apparemment, Klonaridis est plutôt rapide d'après Garcia.
Montpellier vu le jeu proposé face a Arsenal n'a pas a rougir de son dépucelage dans cette compétition !

@Zhenord : carrément, on aimerait bien voir nos recrues. On a déjà pas vu Jairo Ruiz (qu'ils ont prête à leur club belge) ça serait con de faire pareil avec Klonaridis!
Le soucis c'est que l'investissement sur Martin veut qu'on insiste plus sur lui... Et c'est sur qu'on aimerait que ça fonctionne!
@ sochalien
Dortmund a peut-être battu l'Ajax, mais il a été sorti piteusement de l'Europa League et de la CL. Ça fait tâche pour un champion d'Allemagne. Et s'il ne sort pas de la phase de poules ce ne serait pas honteux vue la concurrence. Mais ce serait la troisième désillusion européenne de rang pour le double champion d'Allemagne.

Ajax>Borisov? Niveau prestige sans aucun doute, mais niveau football ça reste à démontrer. L'Ajax n'est plus un cador européen (genre Bayern, MU ou Madrid), tandis que le Bate est depuis quelques temps un habitué de la C1.
Ils ont payé le manque d'expérience européenne de l'effectif... Même si je suis d'accord sur le fait qu'ils pouvaient passer. Ceci dit, contrairement au LOSC, la désillusion ne serait pas si cruelle vu la poule de cette année, si Dortmund venait à être éliminé.

Et Ajax reste habitué de la C1, même si effectivement ce n'est plus un des tout meilleurs comme avant. Je continue de penser que l'Ajax a une meilleure équipe que Borisov, sans vouloir manquer de respect à cette équipe.
Je ne sous estime pas Borissov mais je pense aussi que l'Ajax est au dessus. Cette année Luedenscheiss n'as plus le droit a l'erreur car l'année dernière vu la gueule du groupe et surtout y'a deux ans malgré leur match honorable au Parc (0-0) devant 13 000 allemands, drôle d'ambiance cette soirée au Parc haha
Bref je ne sais plus écrire bonne nuit !
Pour être franc, je pense moi aussi que l'Ajax est en théorie supérieure au Bate. Tout comme Lille est en théorie supérieur au Bate. Mais ces trois équipes sont toutes des seconds couteaux de la C1: elles ne peuvent passer les poules que difficilement et elles n'ont aucun espoir d'aller au bout sauf miracle.

Le Bate a gagné à Lille, tout comme il aurait pu gagner à Amsterdaam. Ce sont juste des matchs de seconds couteaux où l'issue de la rencontre reste incertaine. En soi, la défaite d'un LOSC faiblard en coupes d'Europe et mal en point en championnat n'est pas si surprenant. Pour ce qui est de la manière, par contre...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 10