1. //
  2. //
  3. // Gr. A
  4. // Real Madrid/PSG (1-0)

Les leçons tactiques de Real Madrid-PSG

Le football a ses secrets, et parfois, une défaite peut s'avérer plus intéressante qu'un match nul. Mardi soir au Bernabéu, le PSG a paradoxalement perdu mais convaincu : si les hommes de Laurent Blanc n'ont pas marqué, ils ont beaucoup joué et créé, portés par un Di María révolutionnaire. Les soucis de finition peuvent s'avérer inquiétants pour les Parisiens, mais pas autant que le manque d'élaboration et de création de leur performance au Parc il y a deux semaines. Une défaite réjouissante, en poule, ça existe.

Modififié
37 52
La nuit est déjà tombée alors que les troupeaux de la Castellana s'empressent de sortir des bureaux pour aller assister au saint-spectacle. L'Estadio Santiago Bernabéu affiche complet pour la première fois de la saison, mais l'effectif de Rafa Benítez ne peut pas en dire autant : l'automne n'a pas attendu Benzema et Bale pour imposer son air frais à Madrid. En revanche, il a soufflé dans le dos de Luka Modrić pour faire revenir le playmaker. Par rapport à l'aller, l'entraîneur espagnol abandonne le 4-4-2 compact et lance un 4-3-3 quelque peu déséquilibré. Alors que le trio Casemiro-Modrić-Kroos est cohérent au possible, rythmé, puissant et intelligent, le trident offensif ne danse pas comme il faut. Isco et Jesé tentent de percer, mais dialoguent peu, et Cristiano Ronaldo se retrouve sans mot. Dans une position de numéro 9 libre, le Portugais avait besoin de vitesse et de soutien. Thiago Silva et David Luiz – mais aussi Aurier et Maxwell – lui ont refusé ce luxe. Et ce Real Madrid a accouché d'une performance européenne bien pâle, malgré un super Casemiro – celui que l'on attendait le moins, finalement. Avec Benzema, les contres auraient été chantés avec plus de justesse et de volume, évidemment. Mais la lecture défensive des hommes de Blanc a sa part de responsabilité dans le manque de production de jeu des Blancos.

Test réussi sans Saint-Marc


Un petit quart d'heure, et pas une minute de plus. Dans l'arène où Carlo Ancelotti rêvait de le voir imposer son génie technique à une Liga qui aurait adoré ça, Marco Verratti n'a pas fait long feu. À la 15e minute, l'Italien abandonne ses coéquipiers, et Blanc choisit Adrien Rabiot pour le remplacer. Du poste pour poste ? Pas exactement. Si le Français se place bien à droite de Motta, son entrée en jeu bouleverse le fond et la forme du jeu parisien, pour le meilleur. En 15 minutes, Verratti avait caressé 22 ballons. Lors des 15 minutes qui suivent, Rabiot en touche seulement 8. Moins de contrôle, plus de liberté. Le Français accompagne l'animation offensive parisienne de telle sorte que le PSG s'appuie sur un seul milieu défensif : Motta. Le résultat est une accumulation d'occasions : la frappe de Matuidi, l'enroulé et le coup franc d'Ibra, le poteau de Rabiot, le centre fuyant de Maxwell, le un-contre-un de Cavani...

Malgré un premier dégagement craintif de Maxwell et une erreur de marquage de Rabiot sur Casemiro dans la foulée de la blessure de Verratti, Paris tient le coup pour trois raisons. D'une part, Thiago Silva et David Luiz réalisent un enchaînement d'interventions audacieuses qui coupent le souffle des contres madrilènes, et mettent notamment en échec les remises talentueuses de Cristiano. D'autre part, Paris parvient à se projeter dans le camp madrilène et à insister : Ibra, Cavani, Matuidi et Di María pressent avec une intensité que l'on n'espérait plus, et le camp parisien n'en finit plus de monter. En plus, Zlatan remporte ses duels aériens et multiplie les solutions. Enfin, si la relance parisienne est moins brillante et fluide en l'absence de Verratti, la science de Motta, ainsi que la patience de Maxwell, Thiago Silva, David Luiz, Aurier et Trapp permettent à Paris de ne pas reculer. Le jeu au pied du gardien est crucial, malgré sa sortie hideuse. Et mardi, les longs ballons de David Luiz ont tous été précis (6 sur 6).

Di María le révolutionnaire


Le match nul du Parc il y a deux semaines avait soulevé de nombreuses interrogations autour de la capacité de l'animation offensive parisienne à retrouver de la fluidité. Certains avaient vulgairement pointé du doigt la supposée lenteur et les imprécisions d'Ibrahimović. D'autres préféraient remettre en cause la mauvaise utilisation de Di María (et Cavani, évidemment) dans ce trident qui semblait incapable d'interagir. Mardi soir, Blanc a trouvé une solution pour lier à nouveau élaboration et création : déplacer Ángel Di María. Placé entre les lignes à l'intérieur du jeu dans un rôle de milieu offensif droit, l'Argentin a révolutionné le jeu parisien. D'une, Di María touche bien plus de ballons et se montre plus influent dans une zone historiquement abandonnée par Paris en l'absence de Javier Pastore : 108 ballons, autant que Motta. De deux, il libère le couloir droit aux appels explosifs d'Aurier. De trois, Ibrahimović retrouve deux pieds malins pour venir semer le trouble aux abords de la surface adverse. De quatre, l'Argentin se retrouve au centre du jeu dans une position où il peut aussi bien lancer Aurier à droite, repiquer sur son pied gauche ou prolonger l'action vers Maxwell et Cavani (13 longs ballons réussis sur 16 !).

Ainsi, le 4-3-3 se transforme rapidement en 4-2-fantaisie avec Di María et Matuidi (superbe en début de match, plus discret ensuite) entre les lignes, Cavani en attaquant gauche (l'énigme : pourquoi ?) et Ibrahimović en avant-centre mobile. En seconde période, le PSG a été carrément dépendant de sa recrue estivale : toutes les occasions ont été pensées par sa gourmandise. Un bon appel dans le dos des Madrilènes suivi d'une reprise molle, un corner-tir et un coup franc sur la transversale. Jamais découragé par ses pertes de balle et ses excès de confiance, l'appétit de création de Di María semble inépuisable. Une arme capitale à l'heure de se confronter aux meilleures défenses d'Europe. Si la rigidité de Van Gaal en a eu assez de ce surplus d'improvisation, Blanc aurait tort de ne pas encourager son numéro 11 à continuer à essayer. Dans son ancien jardin, l'amoureux de Rosario Central a réussi 8 dribbles mardi soir, soit bien plus que tous les joueurs madrilènes (5).

La déception de la scène finale


Mais en seconde période, le reste de l'équipe a semble-t-il arrêté d'essayer, lui. L'intensité de la première période y est pour beaucoup, tant il semble évident que le PSG a manqué de jus pour maintenir un rythme élevé durant toute la rencontre. Mais alors que la première heure avait offert pressing, transitions et occasions, la dernière demi-heure s'est limitée à un contrôle du jeu stérile tristement typique de l'équipe de Blanc. Si l'entraîneur se satisfera peut-être d'avoir assiégé le Real Madrid de Benítez au Bernabéu, il ne faudra pas oublier que ce contrôle du jeu a coïncidé avec une absence totale de création (hormis l'insatiable Di María). Alors que Maxwell, Aurier, Lucas et Rabiot multipliaient les passes en retrait au nom d'un gain de territoire illusoire, Ibra et Cavani se battaient futilement dans la surface adverse. Mobile et même omniprésent en première période, le Suédois a tout intérêt à continuer à évoluer près du ballon si le PSG veut réussir à accélérer le jeu avec constance : mardi comme souvent, le jeu de position parisien s'est montré plus défensif qu'autre chose. Le problème, c'est que les hommes de Blanc étaient menés au score.

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Empereur Palpatine Niveau : Ligue 2
la leçon tactique du forum c'est que beaucoup attendent le moindre faux pas pour déferler comme une nuée de mouches

sinon pour parler foot, la seule leçon tactique c'est que quand tu as 72 occasions mais que tu en mets pas au moins une c'est foutu
didier gomis Niveau : CFA
Je n'ai pu voir que la deuxième mi-temps, mes enfants m'ont accaparé mon début de soirée.

J'ai vraiment tiqué de voir Cavani collé à la ligne gauche, il ne servait vraiment à rien là bas, puisque Maxwell, Blaise puis Lucas occupaient ce coin là. Je pense que par moments, Edinson fait sa tapette et préfère toucher le ballon en le remisant derrière pour se donner de la confiance. Je ne vois pas d'autres explications parce que ça m'étonnerait que Blanc ou Gasset lui donnent cette consigne. Parce que le résultat c'est que : Cavani remise derrière, ou il centre mais n'est pas sur son bon pied, et en plus c'est pas sa qualité première, et surtout y'a personne au centre pour mettre la tête !! C'est juste un abération de voir ça.

Après, c'est facile de lui tomber dessus alors qu'il nous qualifiera probablement pour les quarts avec un but mais quand même c'est tellement rageant de voir une belle équipe de Paris qui construit du jeu, qui fait circuler le ballon et qui au final est assez nulle dans l'efficacité : les stats en termes de tirs cadrés étaient horribles hier soir.
" parfois, une défaite peut s'avérer plus intéressante qu'un match nul" ... ;b
Allez,on y croit!
Note : 3
Rabiot m'a bluffé.

Casemiro prend un carton à la 87ème c'est cadeau. Aurier prend un jaune sur sa première faute. (Non c'est pas la faute de l'arbitre mais c'est embêtant quand même que Casemiro puisse continuer à tout péter tranquille, ce qui n'enlève rien au fait que c'est un monstre)
Frenchies Niveau : CFA
ma leçon principale = Paris ne rêvera jamais plus grand avec un tel coach.
A l'aller, on a parlé de victoire tactique de Benitez ; on peut reconnaître que tactiquement, Laurent Blanc avait bien préparé son match non ?
Ce n'est pas de sa faute si Cavani avait décidé de plomber son match...

Concernant Trapp, il faut certes une erreur mais combien de duels remporte-t-il dans ce match ? Combien de relances au pied délicieuses toujours sur un parisien ? Par essence, un gardien fera toujours des erreurs mais je trouve qu'il apporte une plus value et une sérénité que n'apportait pas Sirigu.

Enfin, tactiquement :
-ibra a joué 9 et a bien tenu son rôle .
-ce n'était pas vraiment un 4-3-3 au sens où di Maria était souvent dans le c?ur du jeu , et a particulièrement embêté les madrilènes par son jeu entre les lignes.
-Rabiot doit être le futur remplaçant de motta, il a tout pour.

Enfin y' aurait pas moyen selon vous de faire un échange Griezman-Cavani + 10millions ?
Ça nous permettrait de monter une équipe du style :
Trapp-aurier-silva-luiz-max
Motta-verrati-pastore
Di-maria-ibra-griezmman

Alléchant :)
Lolo t'es sur la bonne voie mais putain sors tes couilles et enlève moi Cavani de ce côté gauche putain! c'est plus possible!
Module un peu ton milieu de terrain en tentant des choses notamment en donnant peut être moins de crédit à Matuidi qui est magnifique d'engagement mais trop limité dans la finition.
Continue de filet du temps de jeu à Rabiot et surtout, meme si la tu ne pouvais pas, fais moi jouer le pasteur dans ce genre de rencontre.
jaimelefootenmarchant Niveau : DHR
"Matuidi (superbe en début de match, plus discret ensuite)" à niveau c'est pas du journalisme c'est de la propagande ce genre d'affirmation...

Sérieux j'ai rien contre lui et il a déjà fait beaucoup de bonnes prestations mais le lobbying permanent dont il est l'objet finit par m'écœurer du joueur
Empereur Palpatine Niveau : Ligue 2
Message posté par Moudma
A l'aller, on a parlé de victoire tactique de Benitez ; on peut reconnaître que tactiquement, Laurent Blanc avait bien préparé son match non ?
Ce n'est pas de sa faute si Cavani avait décidé de plomber son match...

Concernant Trapp, il faut certes une erreur mais combien de duels remporte-t-il dans ce match ? Combien de relances au pied délicieuses toujours sur un parisien ? Par essence, un gardien fera toujours des erreurs mais je trouve qu'il apporte une plus value et une sérénité que n'apportait pas Sirigu.

Enfin, tactiquement :
-ibra a joué 9 et a bien tenu son rôle .
-ce n'était pas vraiment un 4-3-3 au sens où di Maria était souvent dans le c?ur du jeu , et a particulièrement embêté les madrilènes par son jeu entre les lignes.
-Rabiot doit être le futur remplaçant de motta, il a tout pour.

Enfin y' aurait pas moyen selon vous de faire un échange Griezman-Cavani + 10millions ?
Ça nous permettrait de monter une équipe du style :
Trapp-aurier-silva-luiz-max
Motta-verrati-pastore
Di-maria-ibra-griezmman

Alléchant :)


pour moi rabiot serait plus remplaçant de matuidi
l'enfant prodigue du pays Niveau : DHR
Merci Marcus comme toujours au dessus du lot niveau analyse.

Mais ya un passage que de ton analyse que je ne partage pas forcement, celui concernant la position de di maria et l'espace supposé laissé a aurier, justement il me semble que di maria n'a jamais servi aurier ou ne s'est jamais servi de ses appels preferant revenir systematiquement sur son pied gauche alors que plusieurs fois aurier montait meme si ses rares centres n'ont pas été bons.

Moi ce que je souhaite relever et la pour une fois je rejoins payetazo c'est que blanc essaie d'etre pragmatique et parfois ne sens pas le jeu de son equipe, je m'explique: franchement plus le match avancait plus matuidi etait inutile, il aurait du le sortir et justement glisser di maria a ce poste qu'il connait tres bien et faire rentrer pocho pour vraiment bousculer nacho qui a moins souffert que marcelo.

Ensuite, il fait rentrer lucas pour matuidi et decide de passer en 4-4-2 ce qui signe la fin du match du PSG a mon sens.pqoi pense t-il que plus de joueurs dans la surface amene plus de but?ce changement a plus desorganisé et deséquilibré l'equiple plus qu'autre chose, a mon sens il aurait fallu sortir soit cavani soit zlatan pour pocho ou lucas, hormis celui de matuidi pour un des deux cités.

Concernant les ratés de cavani Moi je ne l'accable pas, c'est vrai avec toutes ces occasions on aurait du au moins planter un but, certes le fait de mal l'utiliser ne doit pas justifier sa faiblesse technique mais ce qui est rassurant pour moi c'est que ya des actions, juste travailler l'efficacité et ca reviendra.

Enfin lucas mon dieu, comment peut il faire une telle rentrée?autant le real n'avait pas de banc pour apporter un plus autant lucas a moins apporté que le jeune lucas vasquez.Aucune difference, pas de percussion, tjr le mauvais geste alors que danilo paniquait seulement a la vue d'un parisien dans sa zone. c'est fou ca apres plus de 3ans dans un club.

Bref, au dela du resultat qui est mauvais, ya du positif a tirer dans le contenu et faudra s'en servir
@Empereur Palpatine :

Je trouve qu'il a les qualités pour jouer 6, même s'il est plus offensif qu'un 6 classique
Chris-Sheva92 Niveau : DHR
la leçon tactique c'est que tu mets Inzaghi en pointe tu gagnes 2 ou 3-1 avec le cinquième des occasions d'hier soir.
Cristiano Ronaldo 7 Niveau : CFA2
Certes Paris a perdu hier soir. Mais franchement est-ce que le Real a de quoi être heureux/rassuré/fier ? Pas vraiment. Et surtout inquiet pour la suite.

L'illusion selon laquelle la défense du Real est solide tient toujours.

Devant, il y a plus d'excuses car nombre de titulaires (James et Benzema) étaient absents. Mais pour derrière, que dit-on ?

Sans compter cette cascade blessures musculaires. Marcelo est le 12ème à se blesser depuis le début de saison. Heureusement que le Real a un banc à rallonge ce qui lui permet de ne pas se faire distancer par Barcelone.
La leçon tactique, c'est que toute super performance que le PSG ai faites, il va falloir corriger ce manque d'efficacité et vite. Sinon, on ira pas au dela des 1/4. On a fait un très gros match. On a trimbalé Madrid. TRIMBALE. Et je le dis bien pour tous les mecs sur ce forum qui aime se paluche sur le Réal en expliquant a quel point c'est un vrai club par rapport au PSG. Mais maintenant va falloir régler ce problème d'efficacité parce que ça fait un moment que ça dure et ça va encore nous couter cher.
Orso94210 Niveau : CFA
Message posté par jaimelefootenmarchant
"Matuidi (superbe en début de match, plus discret ensuite)" à niveau c'est pas du journalisme c'est de la propagande ce genre d'affirmation...

Sérieux j'ai rien contre lui et il a déjà fait beaucoup de bonnes prestations mais le lobbying permanent dont il est l'objet finit par m'écœurer du joueur


Il a bien joué entre les lignes. Certaines de ses passes vers les attaquants ont éliminés 4-5 madrilènes, et il est impliqué sur quasiment toutes les occases de Paris en première mi-temps (cf. sa frappe de poussin du droit). Peu de déchet. J'ai pas le souvenir de beaucoup de ballons perdus. Beaucoup de disponibilité en attaque sur le côté gauche pour créer le surnombre. Comme par miracle, c'est le côté où Madrid a le plus souffert en première mi-temps.

Après, à l'image de ses derniers matches, moins d'impact sur le plan physique. Raison pour laquelle il est le premier parisien remplacé.

Indispensable, ce joueur, quoiqu'on en pense.
l'enfant prodigue du pays Niveau : DHR
Message posté par Cristiano Ronaldo 7
Certes Paris a perdu hier soir. Mais franchement est-ce que le Real a de quoi être heureux/rassuré/fier ? Pas vraiment. Et surtout inquiet pour la suite.

L'illusion selon laquelle la défense du Real est solide tient toujours.

Devant, il y a plus d'excuses car nombre de titulaires (James et Benzema) étaient absents. Mais pour derrière, que dit-on ?

Sans compter cette cascade blessures musculaires. Marcelo est le 12ème à se blesser depuis le début de saison. Heureusement que le Real a un banc à rallonge ce qui lui permet de ne pas se faire distancer par Barcelone.



Pour te repondre franchement oui, le reala de quoi etre heureux et rassuré car sans bien jouer et avec bcp d'absents ils ont gagné, tu imagines quand ils seront au complet et au top? (le même raisonnement on l'a pour paris en ligue 1 pourtant et même pour le barca en liga) donc faut pas trop s'en faire pour eux

et oui ils ont aussi une tres bonne défense depuis le debut de saison meme s'ils n'ont pas affronter que des cadors, mais ya quand meme eu le PSG 2 fois l'atletico madrid (1 but), l'athletic bilbao, vigo et donetsk

bref attention a ne pas tirer des enseignements trop vite et ce quelle que soit l'equipe, la verité de novembre n'est pas celle de mars
blue_army Niveau : CFA2
et moi c'est david luiz qui m'a bluffé , il a considerablement evolué dans un bon registre de defenseur central, je suivais avec assiduité les match de david luiz quand il etait à chelsea , mais le david luiz de chelsea et du psg y'a quand meme une enorme difference de niveau d'ecart , il a gagné de la maturité dans son jeu , il ne fait que des actions utiles , fini les percés à la pes, ou ses sauts de concentration dans son placement ou l'alignement qui a couté pas mal de but à chelsea à l'epoque, je regarde pas tout les match de paris en ligue 1 mais d'apres ce que j'ai puis regardé cette saison je le trouve toujours enorme peut etre sa complicité avec tiago silva y joue parce qu'ils sont tous les 2 lusophones et ont la meme culture à la difference de terry ou cahill mme , un point de vue d'un fan parisiens qui suit tous ses match cette saison m'interesserait bien pour confirmer ce que je prend des certitudes
Empereur Palpatine Niveau : Ligue 2
Message posté par Moudma
@Empereur Palpatine :

Je trouve qu'il a les qualités pour jouer 6, même s'il est plus offensif qu'un 6 classique


je le vois plus offensif, avec un apport pas dégueux devant, de bonnes facultés de pressing mais avec moins de vista pour casser un milieu en une passe et trop de nonchalance pour jouer sentinelle à la motta perso
Il est plutôt solide en championnat, ultra complémentaire de Thiago Silva mais beaucoup le font passer pour un "joueur moyen" qui vole la place du gentil Marquinhos (qui, soit dit en passant, est beaucoup moins complémentaire de TS )...
Il est plutôt solide en championnat, ultra complémentaire de Thiago Silva mais beaucoup le font passer pour un "joueur moyen" qui vole la place du gentil Marquinhos (qui, soit dit en passant, est beaucoup moins complémentaire de TS )...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
37 52