1. //
  2. // 1/2 finale aller
  3. // R.Madrid/Bayern Munich (1-0)

Les leçons tactiques de Real Madrid – Bayern Munich

Sans vouloir tomber dans une logique futile de « combat à distance » , Mourinho et Guardiola devaient rendre un devoir similaire cette semaine : trouver une solution pour aller jouer à Madrid contre une équipe plus à l'aise en contre qu'à la construction. Mourinho a donc obligé l'Atlético à prendre en charge la distribution du jeu, tandis que Guardiola a fait confiance à sa philosophie, et subi la vitesse et les contres du Real.

Modififié
0 37
Les premières intentions

Carlo Ancelotti opte finalement pour le système vainqueur de la Coupe du Roi. Que ce soit sous la contrainte de l'indisponibilité de Bale ou pour mieux répondre au 4-1-4-1 de Guardiola, le fait est que le Real Madrid s'adapte, chez lui, au Bernabéu. Une sorte d'hospitalité fourbe. Ainsi, l'Italien conserve le travail défensif de Isco et Di María, donne plus de responsabilités à la paire Alonso-Modrić et libère Cristiano de ses tâches défensives. En phase défensive, Carletto est en 4-4-2 : Isco vient jouer sur le côté gauche du Portugais et Di María défend le côté droit. Une fois le ballon récupéré, le Real met en place son 4-3-3, quand il en a le temps, avec Di María en attaquant droit. En face, Guardiola voyage en première classe, comme à la maison : 4-1-4-1, Lahm au milieu, Mandžukić devant et Müller sur le banc. Kroos et Lahm sont aux commandes du bombardier, Ribéry et Robben tiennent les mitrailleuses.

En fonction de la position de Schweinsteiger, on revoit le 4-2-3-1 des dernières semaines, avec Bastian en électron libre. Le Bayern vient d'emblée se positionner très haut sur le terrain, profitant au maximum des montées extrêmes d'Alaba à gauche, et renversant quand il peut sur un Robben souvent esseulé du fait de l'aide d'Isco dans l'axe. Si Kroos et Lahm tiennent le ballon (250 ballons touchés et 206 passes à eux deux), c'est par les côtés que les Allemands attaquent. Face au flanc Carvajal-Di María, Ribéry est vite obligé de décrocher et d'aller visiter l'axe pour trouver des espaces. Par moments, on est tenté de voir Alaba comme le vrai pendant de Robben à gauche, et Ribéry et Schweinsteiger comme deux trequartisti plus axiaux. La clé, pour le Bayern, semble alors la vitesse de la circulation du ballon, les duels Mandžukić et les insertions de Schweinsteiger et Robben.

Le Real joue peu, mais tente beaucoup

Guardiola craignait l'adéquation entre la vitesse des Blancos et les espaces laissés par sa défense. Le Real n'aura même pas eu besoin des seconds. Alors que les Merengues alternent les phases de panique qui aboutissent aux dégagements lointains de Pepe et Ramos, et les phases de transition, qui sont généralement synonymes de faute obtenue par Modrić ou de coup d'œil d'Alonso, la vitesse de son déploiement offensif fait rapidement la différence. Pas besoin de course galloise héroïque, le Real parvient étonnamment à prendre de vitesse la défense allemande alors que celle-ci s'est repliée. Sur l'action du but, le travail de Benzema ( « Mr. Champions » d'après Marca) est idéal, comme celui d'Isco, très rapide à se projeter.

Mais à partir de cette sortie de balle, ce sont la course de Coentrão et la passe risquée (car difficile) de Cristiano qui sont les symboles d'une équipe qui a l'intention de marquer, malgré un positionnement tactique a priori défensif. Lors du reste du match, quand le Real sait résister aux premières secondes du pressing allemand et parvient à faire remonter son bloc, finalement, il ne devient pas plus offensif. Ce « contrôle du jeu » , comme l'appelle Ancelotti, est nécessaire pour mieux défendre, respirer et retrouver la sensation de contrôler le ballon. Mais pas forcément pour marquer. Un but aurait aussi pu venir d'un dégagement lointain de Pepe. Et les occasions énormes de Cristiano et Di María viennent d'accélérations soudaines, ce qui a manqué au Bayern.

La magie de Luka Modrić, l'intelligence de Xabi Alonso

Luka Modrić a longtemps été un objet d'étude mystérieux. Un tel volume de jeu dans un corps si petit, forcément, cela étonne. Mais les phénomènes existent. Modrić a les variations de jeu d'un numéro 10, capable de décaler ce qu'il veut de l'extérieur et de l'intérieur, et le volume et l'intensité d'un milieu défensif. Un meneur croate élevé en Premier League, pour résumer. En plus de cela, il faut ajouter l'influence de Xabi Alonso sur son intelligence de jeu. Mis à part cet excès de gourmandise, qui a offert la plus belle occasion du Bayern à Götze, Modrić aura provoqué trois fautes précieuses aux meilleurs moments, à savoir quand sa course ne suffisait plus pour fuir le pressing allemand, et qu'il fallait trouver un moyen pour ne pas perdre le ballon. En tout, cela donne 33 passes réussies pour une ratée : 97% de passes réussies dans le noyau du réacteur du pressing guardiolesque. Alors, où sont passés les indignés du transfert de Mesut Özil ?

« Andrea Pirlo, Xabi Alonso, Thiago Motta, Didier Deschamps » . Cette liste, c'est celle des joueurs les plus intelligents que Carlo Ancelotti a croisés durant sa carrière. Hier soir, si le Real est parvenu à contenir les assauts du Bayern en les repoussant sur les côtés pour ensuite les annihiler à l'entrée de la surface, c'est en grande partie grâce au discernement du numéro 14. Si Carletto n'a pas ordonné un pressing plus ambitieux, c'est tout simplement parce qu'il savait qu'une fois Di María, Isco et Modrić contournés, le champ était presque libre pour les milieux munichois. Mais s'il n'a pas abandonné l'idée d'aller presser la relance de temps en temps, c'est aussi parce qu'il savait que le « presque » dépendait du discernement d'Alonso. Un homme qui sait quand il faut se jeter et quand il faut suivre son adversaire, tout simplement.

Le milieu de Guardiola : des choix trop conservateurs ?

Finalement, le duel au sommet pourrait se résumer ainsi : les occasions pour le Real, les corners pour le Bayern. Quinze corners pour dix-huit tirs, au total. Alors que l'on attendait des Rouges capables de sauter les lignes, le positionnement de Toni Kroos peut interroger. Hier soir, Kroos a offert une distribution limpide, vive, digne du grand Mark van Bommel. Mais dans ce système, que Guardiola répète de plus en plus souvent, sa capacité à sauter les lignes est complètement anesthésiée. Venu systématiquement couvrir le côté gauche quand Alaba partait faire l'attaquant, Kroos s'éloigne du but adverse (un tir) quand sa spontanéité aurait dû faire sauter le verrou Alonso. Finalement, même Philip Lahm aura été plus vertical… Schweinsteiger, placé entre ses deux milieux centraux et ses attaquants, a donc occupé ce rôle de « milieu libre » sans responsabilité à la construction (9e Munichois avec 64 ballons touchés, moins de la moitié de Kroos) et censé se projeter sans cesse dans la surface, ce qu'il a très bien fait.

Les situations dangereuses se sont présentées, notamment sur deux très bons centres de Ribéry, mais le Real aura su présenter trop de densité dans sa propre surface, là où Manchester et Arsenal s'étaient fait surprendre. Alors que la terre entière décrypte encore la démarche défensive (et forcément négative ?) du Chelsea de Mourinho contre l'Atlético, Guardiola aussi a joué petit bras, sauf qu'il a perdu. Garder Kroos si loin du but est une façon comme une autre de protéger les courses d'Alaba, Ribéry et Schweinsteiger. Un choix défensif : quand son Barça pouvait compter sur le seul (et unique) Busquets pour faire la lessive, Pep a hier sacrifié deux joueurs, et pas les moins polyvalents. Si Thiago a cruellement manqué, Götze était disponible. Le bilan est donc mitigé : oui, le Bayern a gagné la possession au Bernabéu, mais le double pivot n'a jamais empêché les attaquants madrilènes d'aller agresser directement la charnière centrale munichoise.

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je me suis pris un beau -15 il y a quelques jours quand j'ai dit que Muller m’insupportais à chaque fois qu'il était au sol et qu'il se relevait en gueulant les bras en l'air.
Et bien, au risque de me reprendre des -1 à foison, je confirme ce que j'ai dit! L'action dans les arrêts de jeu ou le mec rate la balle, tombe au sol après avoir mis le pied aussi haut que celui de Xabi et se relève les bras en l'air en pleurant pour réclamer un péno car il estime qu'il y a un pied haut de Xabi... je suis désolé mais moi il m'insupporte!
LaPaillade91 Niveau : Loisir
"Alors, où sont passés les indignés du transfert de Mesut Özil ?"

Özil / Modric, aucun point commun ou presque.

Bien vu pour les 3 fautes subies par Modric qui ont permis de se libérer du pressing. Tout ce qu'il a fait, il l'a bien fait, 97% de passes réussies dans des zones très variées, courtes ou longues, des interceptions, des duels gagnés...

Ce qu'on ne dit pas assez c'est que l'action du but du Real est réalisée à la perfection, timing des appels, déplacements, ils pourraient la retenter 10 fois ils ne marqueraient tellement l'exécution était rapide, coordonnée, chirurgicale.

Mal positionner Kroos, c'est rédhibitoire, cf Allemagne - Italie 2012, ce n'est pas un holding midfielder et il ne le sera jamais.

Je serai vraiment désespéré si ni Guardiola ni Low ne tiraient le maximum de ce joueur (en précisant bien sûr que ça ne doit pas être simple de trouver le dispositif et l'animation adéquate)


Message posté par Bendaut
Je me suis pris un beau -15 il y a quelques jours quand j'ai dit que Muller m’insupportais à chaque fois qu'il était au sol et qu'il se relevait en gueulant les bras en l'air.
Et bien, au risque de me reprendre des -1 à foison, je confirme ce que j'ai dit! L'action dans les arrêts de jeu ou le mec rate la balle, tombe au sol après avoir mis le pied aussi haut que celui de Xabi et se relève les bras en l'air en pleurant pour réclamer un péno car il estime qu'il y a un pied haut de Xabi... je suis désolé mais moi il m'insupporte!


Niveau comportement, celui qui m'a le plus insupporté pendant ce match c'était Pépé, toujours en train de se rouler par terre, il a coupé 3 actions bavaroises comme ça.
Sinon je trouve qu'on insiste pas assez sur la passe de Cristiano sur le but. La récup puis le placement de Benzema et le débordement de Coentrao sont parfait, mais cette passe de Cristiano c'est quand même du très très haut niveau...
Un Bayern plus éfficace, Bayern passe
Un bayern qui vendange, Real passe,

fin de l'histoire.
Superbe article, merci !
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Autre chose je pense que Coentrao peut donner des masterclass sur la défense face à Robben. Même s'il était doublé voire triplé par moments dans sa tâche, je crois qu'il n'est pas débordé pendant tout le match.
calmos Bendaut...

Howard Webb a bien vu qu'Alonso a joué le ballon parfaitement bien.

De plus on joue la 85ème minute d'une demie de LDC, c'est normal qu'il y ait un trop plein d'adrenaline...
Super article, j'avais ressenti sensiblement la même chose mais ça fait plaisir de le voir si détaillé et clairement exprimé.


Message posté par F592
Un Bayern plus éfficace, Bayern passe
Un bayern qui vendange, Real passe,

fin de l'histoire.


Oui, parce que le Real n'a pas vendangé... Il pourrait y avoir 2-0 pour eux que ce ne serait pas volé. Et dans ta remarque, est-ce que tu prends en compte le fait que si le Bayern a été inefficace, c'est peut-être grâce au travail défensif des madrilènes ? Pas si simple que tu le laisse entendre.
Realsymphony Niveau : CFA
Message posté par Bendaut
Je me suis pris un beau -15 il y a quelques jours quand j'ai dit que Muller m’insupportais à chaque fois qu'il était au sol et qu'il se relevait en gueulant les bras en l'air.
Et bien, au risque de me reprendre des -1 à foison, je confirme ce que j'ai dit! L'action dans les arrêts de jeu ou le mec rate la balle, tombe au sol après avoir mis le pied aussi haut que celui de Xabi et se relève les bras en l'air en pleurant pour réclamer un péno car il estime qu'il y a un pied haut de Xabi... je suis désolé mais moi il m'insupporte!


oui tu a raison du fait que c est desesperé ce genre d actions , mais :
1-muller est un superbe joueur , d ailleurs j etais content de voir qu il etait pas dans le 11 du depart du bayern
2-le mec vois que son equipe est menée 1-0 a l exterieur , veux a tout prix marquer ce but importantissime n importe comment , il glisse et tante sa chance en criant partout pour essayer d influencer l arbitre c est petit mais sa montre juste a quel point le mec aime gagner ( arbitre excellent au passage , on sait bien souligner leurs prestations quand ils se ratent mais on doit aussi le faire quand ils sortent un match correct )
donc non je n irai pas au point de le detester .
DoutorSocrates Niveau : CFA
Ouais les madrilènes niveau comportement c'était pas vraiment ça. Et dire que Lahm avait fait preuve d'un fair play immense lorsqu'il avait sorti le ballon alors qu'une action plutôt dangereuse était en train de se jouer... Carvajal qui se roule par terre et se tient la tête alors que personne le touche. Ridicule.
MissileD'Okocha Niveau : Loisir
Si le réal de qualifie je ne viens plus jamais polluer le site !!!
Donc je vais encore venir longtemps tellement le match va être terrible pour le réal à Munich il ne tiendrons jamais aucune chance
Le tiki taka.... Un système polyvalent qui se transforme en arme offensive imparable lorsque pratiqué avec un rythme élevé, mais aussi une tactique défensive quasi complète, car privation du ballon. Sauf que comme le dit Sacchi, ce système est beaucoup plus faible quand le tempo est lent, quand les joueurs n'arrivent pas à accélérer le rythme. Le Bayern a joué défensivement, de manière implicite, en ne prenant pas de risque et en laissant Kroos trop en arrière, tout en jouant en latéralité, en attendant une percussion incisive de Robbéry...
Mandžukić ne pouvais rien faire seul face à la charnière Pepe-Ramos et semblait perdu dans ce système, de même que Robben avec un marquage à 3: Coentrao, Isco et Xabi Alonso lors des phases offensives du Bayern.
Occuper l'espace avec le ballon, le Bayern sait le faire, mais là ou Madrid et Ancelotti on fait très fort c'est l'occupation de l'espace sans ballon, tout en profitant de ce que cette équipe sait mieux faire que quiconque, un contre éclair, tel un Blitzkrieg (quelle ironie).
Ces deux schémas sont certes peu spectaculaire mais sont d'une rigueur tactique exceptionnelle. Là où Madrid a pris l'avantage c'est qu'ils ont réussi à se créer des occasions de buts en très peu de passes là où le Bayern nécessite une latéralité excessive.

Finalement, il est facile de se dire que ça aurait été plus spectaculaire si le Real avait défendu plus haut et tenté de lutter la possession au Bayern,ce qui, pour moi aurait fini en massacre avec un 3-0 à la mi temps pour les Bavarois. Le Real, en tout cas en terme d'effectif et de schéma tactique depuis quelques années, est fait pour un jeu vertical, au mieux en contre. Comme le dit Guardiola c'est la meilleure équipe en contre du monde, qui avec des Ronaldo, Bale, Benzema et Di Maria peuvent se retrouver en 3 passes en face à face avec le gardien adverse. Et c'est la là force du Real.

C'est beau de demander du spectacle, on en veut tous, mais la possession totalitaire ne peut qu'obliger l'adversaire à défendre. Il suffit de regarder les matchs du barça en Liga, toutes les équipes jouent en contre, pareillement, le Bayern l'an dernier avait joué en contre face aux catalans. Chacun joue avec ses armes, et dans ce match le Real a gagné avec 5tirs cadrés contre 4 pour le Bayern.

En terme de possession, le Bayern a dominé, en terme d'occasion malheureusement pour eux c'est le Real Madrid. On va pas refaire l'histoire mais si toutes les occasions décisives qui mettaient en jeu un 1vs1 avec le gardien venait à se concrétiser hier soir, ça aurait fait 3-1 pour Madrid.

Vivement mardi, Guardiola va nous pondre un système plus offensifs et le Real va de nouveau profiter des espaces. Ça reste du 50/50 pour moi.
MissileD'Okocha Niveau : Loisir
Il n'y a qu une chose à retenir ou deux !! La première c est qu en foot ce n est pas toujours le meilleur qui gagne !! Et qu il faut beaucoup de chance ce match me fait penser à Espagne Suisse quand les suisses gagne 1/0 Hold pu du siècle bah la c est pareil ce Bayern est critiquer mais ça reste un rouleau compresseur qui écrase tout le match aller ?? Juste un manque de chance le retour à Munich va être terrible pour les espagnols le pire c est que je suis pour le réal mais le Bayern est vraiment trop fort et guardiola est vraiment le plus grand ça ne fait aucun doute !! Ce qui est dommage c est que ribery n est pas adapte à ce style de jeu je le verrais bien sur le banc remplacé par Muller car même si il a rien de spécial il est toujours la ce mec
En résume le Bayern va remporter une deuxième Ldc de suite et guardiola va rentrer un peu plus dans la légende car je vois pas Simeone et sa troupe inquiéter le grand Bayern de robben !! Car oui ils vont sortir Chelsea chez eux à domicile ce qui n est pas un exploit au vu des prestations récente de Chelsea en plus la gifle qu ils vont prendre face à Liverpool va laisser des traces
Note : 2
Message posté par F592
Un Bayern plus éfficace, Bayern passe
Un bayern qui vendange, Real passe,

fin de l'histoire.


Le Real a plus vendangé que le Bayern hier.

Et l'efficacité, le Bayern s'en éloigne aussi en cherchant le zéro déchets, ce n'est pas qu'une question de réussite. Ils ont fait l’essuie glace face à une défense bien en place, mais ça manque de prise de risque comme la passe de Ronaldo par exemple. Schweinsteiger et Kross qui se retiennent de frapper, un jeu à terre presque systématique alors que tu as Mandzukic dans la surface.. Guardiola est trop jusqu'au boutiste alors que son équipe n'a pas les mêmes qualités que son Barça. Sans les intervalles trouvés par Xavi ni les exploits de Messi balle au pied, c'est plus compliqué de créer le déséquilibre au sol.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Je pense qu'on se plante complètement au sujet de l'idée de jeu de possession.
Jouer la possession implique forcément un repli progressif de l'adversaire, et donc une densité défensive énorme.
A ce niveau (1/2 de LDC, que des équipes top class), faire des passes ne suffit plus à forcer ce bloc défensif que son propre style de jeu à générer.

Le Barça était monstrueux car ils avaient plusieurs joueurs capables de faire changer le rythme de l'équipe dans les 25/30 derniers mètres, non pas par la passe, mais par le dribble (Messi, Iniesta, Eto'o également).
Mais c'était pas du dribble funky, c'était du dribble utile, qui te déglinguait toute la stabilité d'une défense.
Une fois la ligne cassée, ça faisait système de cheval de Troie : t'as importé ton jeu dans le coeur de la défense, et là les passes et la vista technique des joueurs font imploser l'adversaire. Et pouf, ça fait une grosse occasion de but.

Le Bayern ne semble pas avoir ces joueurs ou du moins n'arrive pas à les exploiter (Ribéry est à côté de ses crampons, Robben ne propose pas assez de ces dribbles utiles). Je pense que c'est pour ça qu'ils ont du mal. Pour moi, ce système de possession à outrance n'ets valable uniquement si tu as un joueur, au coeur du jeu, capable de déstabiliser la défense par autre chose (Messi par le dribble, un mec comme Zlatan à Paris (dans une moindre mesure certes) par sa puissance physique, ...). Là, y a pas. Ce ne sont ni Kroos, ni Schweini, ni Lahm, ni Martinez qui vont faire cette différence, ce décalage qui va foutre la défense adverse à l'envers.
Alors ça fait des passes, ça tourne autour et puis à la fin ça centre, et pour un peu que la charnière adverse soit costaud dans les airs, tu fais pas grand-chose pendant 90 minutes. L'Atletico a d'ailleurs rencontré un problème similaire face à Chelsea : contraints de centrer en masse car incapables de faire la différence balle au pied. Et Cahill et Terry se sont autant amusés que Pepe et Ramos.
Message posté par LaPaillade91
Autre chose je pense que Coentrao peut donner des masterclass sur la défense face à Robben. Même s'il était doublé voire triplé par moments dans sa tâche, je crois qu'il n'est pas débordé pendant tout le match.

Ce n'est pas compliqué de défendre contre Robben quand il n'est pas lancé car son jeu est stéréotypé. Comme Chelsea l'avait fait en son temps, il suffit d'avoir un milieu défensif qui le bloque à l'intérieur. Hier c'était Xabi Alonso, qui ne lui a fait aucun cadeau. Je pense qu'il y a eu plus de duels Robben-Xabi Alonso que Robben-Coentrao.
Message posté par PhoenixLite
Je pense qu'on se plante complètement au sujet de l'idée de jeu de possession.
Jouer la possession implique forcément un repli progressif de l'adversaire, et donc une densité défensive énorme.
A ce niveau (1/2 de LDC, que des équipes top class), faire des passes ne suffit plus à forcer ce bloc défensif que son propre style de jeu à générer.

Le Barça était monstrueux car ils avaient plusieurs joueurs capables de faire changer le rythme de l'équipe dans les 25/30 derniers mètres, non pas par la passe, mais par le dribble (Messi, Iniesta, Eto'o également).
Mais c'était pas du dribble funky, c'était du dribble utile, qui te déglinguait toute la stabilité d'une défense.
Une fois la ligne cassée, ça faisait système de cheval de Troie : t'as importé ton jeu dans le coeur de la défense, et là les passes et la vista technique des joueurs font imploser l'adversaire. Et pouf, ça fait une grosse occasion de but.

Le Bayern ne semble pas avoir ces joueurs ou du moins n'arrive pas à les exploiter (Ribéry est à côté de ses crampons, Robben ne propose pas assez de ces dribbles utiles). Je pense que c'est pour ça qu'ils ont du mal. Pour moi, ce système de possession à outrance n'ets valable uniquement si tu as un joueur, au coeur du jeu, capable de déstabiliser la défense par autre chose (Messi par le dribble, un mec comme Zlatan à Paris (dans une moindre mesure certes) par sa puissance physique, ...). Là, y a pas. Ce ne sont ni Kroos, ni Schweini, ni Lahm, ni Martinez qui vont faire cette différence, ce décalage qui va foutre la défense adverse à l'envers.
Alors ça fait des passes, ça tourne autour et puis à la fin ça centre, et pour un peu que la charnière adverse soit costaud dans les airs, tu fais pas grand-chose pendant 90 minutes. L'Atletico a d'ailleurs rencontré un problème similaire face à Chelsea : contraints de centrer en masse car incapables de faire la différence balle au pied. Et Cahill et Terry se sont autant amusés que Pepe et Ramos.


Je te rejoins à 100%, face aux meilleurs, il te faut LE joueur qui va débloquer le truc, le Messi, le Ronaldo, le Suarez, le Ibra (et encore)... bref, le Bayern n'a pas ce joueur. Ribéry, Robben ne sont pas des scoreurs, Mandzukic n'a pas le niveau des joueurs cités.

Vraiment hate de voir le match retour car Ronaldo devrait etre un peu plus en jambe, Bale devrait etre la donc en contre, ca va envoyer sévère !

Sur le but, la récup de Benzema (oui, oui !), le fait de se relever pour passer + la verticalité du jeu, la passe de Ronaldo (qui devrait etre considérée comme passe D), le centre de Coentrao (magnifique surtout qd tu vois que le mec regarde où est Benzema) et l'appel de Benzema (combien serait allé au 1er poteau ?). Un régal !
Message posté par LeSunTzu

Ce n'est pas compliqué de défendre contre Robben quand il n'est pas lancé car son jeu est stéréotypé. Comme Chelsea l'avait fait en son temps, il suffit d'avoir un milieu défensif qui le bloque à l'intérieur. Hier c'était Xabi Alonso, qui ne lui a fait aucun cadeau. Je pense qu'il y a eu plus de duels Robben-Xabi Alonso que Robben-Coentrao.


Théoriquement oui, tout comme il faut etre con qd tu étais gardien pour prendre le plat du pied d'Henry ou les pénos de Zizou tjs sur sa gauche (sauf en finale où il savait que Buffon savait)... mais concrètement, c'est autre chose.

La défaillance du Bayern est venue de Ribéry car qd les 2 ailiers sont tout feu tout flamme, sauf à jouer avec 2 vrais 6 (et dans ce cas, la relance sera plus compliquée), tu auras forcément un des 2 joueurs libre... ou alors ton 6 fera 40km dans le match avec la possession du Bayern
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 37