En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finales aller
  3. // Juventus/Real Madrid (2-1)

Les leçons tactiques de Juventus-Real Madrid

À la suite de cette bataille tactique italienne entre Allegri et Ancelotti, c'est le moins expérimenté des deux qui se retrouve en position favorable avant le match retour. Si le score n'est que de 2-1 et si le Real Madrid a marqué un but précieux à l'extérieur, la partie d'échecs a été largement remportée par la Juventus. La mauvaise lecture du match d'Ancelotti pourrait coûter cher au Real, alors qu'Allegri a confirmé les facteurs-clés de ses succès jusque-là : des changements d'attitudes tactiques en cours de match et la maîtrise de deux schémas différents aux objectifs opposés.

Modififié
On joue les premières secondes de jeu, et la Juventus montre d'entrée que ces grands rendez-vous lui manquaient comme jamais auparavant. Première action dans la forteresse du Stadium : le pressing lancé par un Vidal conquérant pousse le ballon madrilène dans les pieds fébriles de Casillas, qui dégagent maladroitement. Marchisio récupère et sert le Chilien en position de tir. Première occasion. Une minute et trente secondes de calme plus tard, le marquage de Bale est trop large sur Pirlo, qui trouve très facilement un Tévez qui se démarque une première fois entre les lignes rigides du 4-4-2 d'Ancelotti. Deuxième occasion : l'action se termine sur la première frappe du match, par Sturaro. À chaque relance, Buffon surprend l'organisation madrilène en contre-attaquant très rapidement à la main, et le Real se fait déséquilibrer par les remontées de Tévez.

Puis viennent les premières erreurs du match : une mauvaise passe de Pirlo force Bonucci à prendre un jaune pour arrêter une percée de Bale, mais le coup franc de Cristiano est repoussé. Côté madrilène, ces erreurs se multiplient : Bale et Marcelo manquent grossièrement leurs centres et Ramos rate une transmission facile. À la suite de ces erreurs, c'est la Juve qui réagit le plus vite. En partant d'une possession lancée par Lichtsteiner, un nouvel appel profond de Tévez surprend les Madrilènes. Casillas ne peut capter sa frappe croisée et Morata ouvre le score. Isco et Kroos répondront par des frappes lointaines, mais c'est trop tard : Ancelotti s'est laissé surprendre par l'entame de match courageuse d'Allegri.

Une Juve ambitieuse puis prudente, mais toujours compacte


Au Stade Louis-II, la Juventus avait étonné et inquiété par le manque de sérénité de sa protection défensive. Si le bon travail de ses trois excellents centraux avait suffi pour écarter la menace monégasque, la formation turinoise ne s'était pas montrée à la hauteur du rendez-vous sur de nombreux secteurs : devant la défense, où Pirlo ne suffisait pas face à Kondogbia, mais surtout dans la conservation, où la distance séparant le duo Tévez-Morata du reste de l'équipe avait abouti sur des pertes de balle à répétition et 60% de possession pour les hommes de Jardim. Mardi soir, la Juventus a lancé son match de manière bien plus ambitieuse que lors de ses derniers rendez-vous, prenant à la gorge la relance madrilène. Mais après avoir débloqué le score, il a surtout été intéressant d'observer les habiles transitions de jeu d'Allegri, entre un pressing ambitieux et un repli défensif complet très prudent. À la perte du ballon, la Juventus recule rapidement pour reproduire le schéma de l'Atlético – « notre objectif » d'après Pirlo – et ne laisser aucun espace à la vitesse madrilène, comme contre Monaco. Si Lichtsteiner, toujours limite dans une défense à quatre, prend plus de temps que les autres et laisse souvent Marcelo ouvrir les brèches, le reste de la formation est appliqué, à commencer par les soldats du milieu : Marchisio, Sturaro et Vidal. Compact et mobile, le bloc turinois ne peut que se laisser déborder par des changements de côté.



Alors que la Juve mène et continue à agresser la relance blanche, la 24e minute est un tournant : à la suite d'une passe somptueuse d'Isco et d'un appel réussi de Cristiano dans le dos des Turinois, Allegri abandonne l'idée d'une position haute de sa défense, et limite l'ambition à un but d'avance. La Juventus recule définitivement, quitte à subir la largeur des offensives madrilènes, ses centres et sa présence dans la surface. Deux minutes plus tard, Ancelotti rappelle à ses compatriotes que Cristiano et James Rodríguez sont autre chose que la paire Martial-Bernardo Silva. Un partout. Mais la leçon tactique est ailleurs : Allegri a construit une formation docile et réactive, des cinq premières minutes de pressing intense au recul qui suit le premier appel de CR7, en passant par les cinq minutes de fautes à répétition au retour des vestiaires et au changement de schéma tactique immédiatement après l'entrée en jeu de Chicharito.

Le 4-4-2 d'Ancelotti, de la souplesse à la rigidité


La deuxième partie de la première période est le moment fort du match du Real Madrid, le seul lors duquel on aurait pu croire à un grand match des hommes d'Ancelotti. Par peur de la vitesse de Cristiano et Bale, par réflexe après l'ouverture du score ou par respect des consignes d'alternance d'Allegri, la Juve recule et oublie de contraindre l'élaboration madrilène. Lorsque le Real se place dans les trente derniers mètres, tout semble plus facile. Les présences de James, Isco, Marcelo et Kroos – quatre meneurs de jeu, grosso modo – forcent les situations dangereuses et le numéro 10 colombien est tout proche de mettre le tenant du titre en position très favorable sur sa tête qui heurte la transversale. Mais alors que le Real Madrid n'a pas à se forcer pour atteindre la surface adverse, les hommes d'Ancelotti ont déjà des difficultés à gérer la phase défensive, d'où une domination ralentie.

La saison dernière, à ce stade de la compétition, c'est bien la souplesse du 4-4-2 d'Ancelotti qui avait étonné le monde entier face au Bayern. Un schéma en trois lignes, simpliste, qui semblait pourtant lier les joueurs par des élastiques. Souple et dense, solide pour subir et rapide pour réagir, le Real était difficile à interpréter. Mardi soir, ce 4-4-2 est tombé dans ses travers. Que ce soit Tévez, Vidal ou même Morata, les armes offensives turinoises n'ont eu aucun mal à se situer entre la paire Kroos-Ramos et la défense centrale madrilène. En première période, Ramos a d'ailleurs semblé perdu à de nombreuses reprises, pris au dépourvu par les déplacements de Tévez. À gauche, Isco a paru esseulé face à Lichtsteiner et Marchisio, tandis que Cristiano trottinait. Et l'autre trou du schéma, dans l'axe devant Kroos et Ramos, a permis à Pirlo d'avoir quelques instants supplémentaires pour aider la relance des siens, à défaut de la diriger. Bien trop rigide, ce 4-4-2 n'a jamais montré les solutions nécessaires pour limiter l'impact de Tévez et Pirlo, les deux éléments les plus importants des manœuvres offensives italiennes. Comme si Ancelotti s'était trompé d'équation, chose rarissime.

Les limites de l'élaboration madrilène


Mais la cause de cette raideur n'est pas à chercher dans le schéma à proprement parler. C'est son interprétation qui a été erronée : les mouvements de Gareth Bale et de Sergio Ramos ne sont jamais parvenus à atteindre la compréhension du jeu de ceux de Karim Benzema et Luka Modrić l'an passé, tous deux absents mardi soir. Deux instruments jouent faux, et le concert est à jeter. D'une part, Bale a été - une nouvelle fois - un handicap pour la manœuvre madrilène. Trop lourd pour presser la zone de confort de Pirlo, trop lourd pour jouer vite et sans espace pour accélérer, Bale a dû se demander où se placer durant toute la seconde période. Rien à voir avec un Benzema à l'aise dans l'axe, qui aurait pu mettre Pirlo en difficulté et libérer Cristiano du marquage de Bonucci. Aurait-il fallu placer James dans l'axe ? D'autre part, le choix de Sergio Ramos au milieu a vite sonné faux, tant l'Andalou n'a pas réussi à prendre ses marques devant la défense, se plaçant systématiquement sur le côté d'un Kroos qui, peut-être, ne voulait pas le laisser seul. Pourtant, le 4-3-1-2 italien était destiné à souffrir des renversements de jeu espagnols. Et ces derniers auraient pu être décisifs, mais l'Andalou était dans un mauvais jour, sans raison apparente pourtant (pas de pressing en deuxième période). Avant le match, Juanma Lillo avait justifié ce choix dans El Confidencial, affirmant qu' « il faut se souvenir que le Real Madrid est l'un des grands d'Europe qui utilisent le moins le milieu de terrain pour créer des occasions » . Ramos au milieu devait permettre à Kroos, Isco et James d'offrir leurs pieds à l'élaboration du jeu sans la compromettre.


Pertinent : Lillo avait aussi raison lorsqu'il affirmait à propos de Ramos que « même si c'est un footballeur qui est plus formé pour annuler les actions que pour les provoquer, Ramos est habitué à jouer derrière le ballon et il a un certain critère dans ses décisions. Sergio devant la défense n'est pas un poulpe dans un garage » . Seulement, Allegri a fait en sorte de plonger le garage dans le noir. Face à l'Atlético en finale de Ligue des champions, Carletto s'était retrouvé face à une équation similaire : devoir créer beaucoup dans un espace très réduit. À la 59e, Ancelotti avait remplacé Coentrão par Marcelo, et Khedira par Isco. De la verticalité remplacée par du jeu, des passes horizontales, du contrôle. Mardi soir, le Mister a préféré lancer Hernandez et Jesé, deux exécuteurs d'actions, à la place d'intensifier l'élaboration. Si Illarramendi n'était pas la solution adéquate, il ne la sera jamais. Mais Isco aurait été utile face à ce bloc reculé. Comme toujours dans ces situations d'élaboration sans invention, il en a fallu peu pour que l'adversaire joue avec les idées claires : à chaque ballon récupéré, la Juventus a trouvé des solutions. Et elle peut remercier la conservation de balle légendaire de Tévez.

Balle au centre, mais au Bernabéu


Finalement, le Real Madrid a généré trois occasions : celle du but, la transversale de James et la talonnade de Chicharito pour Cristiano dans la surface. Trois situations qui sont toutes nées de l'association contextuelle entre des centres et de la présence dans la surface. À Turin, Ancelotti a donc échoué à mettre son Real Madrid dans les conditions de faire briller ses propres qualités. Pour résoudre l'équation d'Allegri au Bernabéu, il faudra non seulement profiter de ces actions de circonstances, mais aussi forcer une dynamique qui favoriserait le jeu madrilène, les espaces et sa vitesse. De son côté, Allegri devra empêcher cette possibilité sans laisser ses centraux à la merci d'une répétition de centres dangereux. Sa Juve n'a cessé de s'adapter et de défendre intelligemment, mais elle n'a pas créé plus de danger que son adversaire, ce qui pourrait la condamner au Bernabéu. À Madrid, Allegri devra donc montrer un profil plus ambitieux que prudent s'il veut se qualifier et surtout passer un cap.


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:47 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC il y a 1 heure Un joueur de Majorque sauvé en plein match 2 Hier à 14:52 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1
il y a 1 heure Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 il y a 3 heures Rafael Márquez reprend l'entraînement 5 il y a 4 heures Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 17:08 Un joueur assassiné à l'entraînement 21 Hier à 16:02 Lyon-Duchère : club recherche supporters 16 Hier à 14:11 Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 Hier à 11:51 Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 19
dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 17 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 30 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ? jeudi 31 août Accord Benfica-OM pour Mítroglou 92 mercredi 30 août Pronostic France Pays-Bas : 580€ à gagner sur le match des Bleus ! 5 mercredi 30 août Xavi gagne à la loterie de sa banque 41 mercredi 30 août Bagarre enragée entre barras bravas au Costa Rica 27 mardi 29 août Abdennour débarque à l'OM 92 mardi 29 août Des enfants malades dessinent des crampons à Philadelphie 15 mardi 29 août Matt Pokora buteur en Coupe de France 34 lundi 28 août Quand Lukaku dessine la nouvelle mascotte des Diables 16