1. // Euro 2012
  2. // Groupe D
  3. // Ukraine/France (0-2)

Les leçons tactiques de France-Ukraine

Oui, le jeu des Bleus penche à gauche. Oui, Benzema ne joue pas vraiment avant-centre. Oui, Nasri joue très souvent dos au but. Mais cela fonctionne : les Bleus jouent bien à gauche, Benzema est bon en retrait et Nasri est excellent dans ses déplacements. La pluie, l’orage, l’interruption, la pression qui monte, le retard, le fait de jouer à l’extérieur, l’enjeu... Les excuses étaient nombreuses pour laisser le contexte prendre le dessus sur les consignes tactiques du Mister. Mais non, les Bleus sont restés concentrés et ont même franchi un cap hier à Donetsk.

Modififié
48 15
La défense tient

Avant le match, la solidité défensive était sans doute la préoccupation principale des Bleus. Blanc savait que le fait de jouer contre le pays hôte, dans un stade bouillant et totalement acquis à la cause ukrainienne, aurait compliqué la vie à sa défense. Hier soir, il fallait arrêter l’éternel Sheva, limiter les débordements de Konoplyanka et Yarmolenko et, enfin, fermer l’entrée de la surface aux frappes de Tymoshchuk et Voronin. Comment y arriver ? Tout simplement par le courage, c'est-à-dire en jouant avec une ligne de défense très haute et sans laisser le temps de respirer aux attaquants ukrainiens. Dès que Sheva ou Voronin recevaient le ballon, même dans leur moitié de terrain, Mexès et Rami les attaquaient instantanément. Et lorsqu'un des deux centraux montait, Diarra prenait place en défense centrale, assurant ainsi l'équilibre défensif.

À gauche, Clichy remplaçait Évra, mais le scénario voulu par le Président ne changeait guère : lorsqu'un latéral attaquait, l'autre tenait compagnie à la charnière centrale des Bleus. Ajoutez à cela la performance du « capitaine silencieux » Lloris, rassurant dans ses sorties et décisif sur Sheva, et il devient compliqué de prendre à défaut les Bleus. En effet, malgré quelques approximations inévitables de Rami, les Bleus n'ont laissé passer que deux tirs cadrés de tout le match. À titre de comparaison, il y a deux semaines, les Islandais en avaient cadré cinq... Le sélectionneur retrouve progressivement cette confiance qui fait tant de bien derrière.

La France est-elle une Espagne lente ?

Guy Roux a été clair : cette équipe de France commence à ressembler à quelque chose, mais, pour le moment, les Bleus ont surtout des airs de Roja lente. Un Benzema qui joue presque en faux neuf et le ballon qui circule partout sans jamais aller assez vite pour créer du danger ? On pense que c’est plutôt le contraire : la France est une Espagne qui joue trop vite. Car la première vertu des Espagnols, c’est la patience. Jeudi soir, Iniesta a de nombreuses fois renoncé à des contre-attaques s’annonçant pourtant juteuses et sexy. Il s’est arrêté, a attendu ses potes et a fait tourner. D’innombrables appels de Torres ont été jugés trop risqués pour tenter la passe en profondeur. Enfin, Xavi a réalisé 127 bonnes passes contre l’Irlande. Dont un bon nombre de passes en retrait. Pour quoi faire, a-t-on envie de dire ? Pour n’encaisser que deux buts lors du Mondial 2010. Et pour battre deux fois la machine allemande un à zéro. Plus que le spectacle de ses génies devant, l’Espagne est impressionnante par son contrôle défensif. Et c’est ici que nous devons souligner la distinction entre mentalité et philosophie de jeu.

Une équipe peut avoir une mentalité offensive ou conservatrice durant une vingtaine de minutes, mais quand Guardiola parle de « philosophie de jeu  » , il parle de fidélité : respecter les principes de ce jeu, de la première à la dernière minute, peu importe le score. L’action de la 65e ayant amené le poteau de Cabaye en est le bel exemple de la soirée. Pressing, conservation de balle, passes en retrait, circulation, trou, accélération, tir. Mais c’est presque le seul. Hier, les Bleus ont à nouveau attendu quinze minutes pour faire patiemment circuler le ballon et stopper le rythme fou que peut engranger une rencontre à l’enjeu si important. Évidemment, Diarra n’est pas Busquets et Cabaye n’est pas Xabi Alonso. Mais la France n’a pas encore cette philosophie de jeu : pourquoi pas en 2014 ?

Une France à gauche, et alors ?

Pour ce qui est de l’animation offensive, après une victoire 2-0 où les deux buts sont marqués dans le jeu par deux buteurs différents, on peut dire que tout va bien. Mais la France du football aime bien titiller. Du coup, elle crée deux faux problèmes : le déséquilibre offensif sur le côté gauche et les décrochages de Benzema. À gauche, l’équipe de France a longtemps combiné entre Benzema, Ribéry, Nasri et Clichy, alors que Ménez et Debuchy ont touché beaucoup moins de ballons de l’autre côté. Mais où est le problème ? Toute équipe doit jouer sur ses forces pour gagner. Ribéry, véritable leader technique de l'EDF, est dans une forme étincelante et il est normal qu'il soit au centre des attaques bleues. Il y a une différence majeure entre s’enfermer à gauche et ouvrir le jeu par la gauche.

Paradoxalement, concentrer les attaques sur Ribéry, Clichy et Nasri ouvrait énormément d'espace pour l’aile droite. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'ailier droit du PSG est l'auteur du premier but. En ce qui concerne le « problème » des décrochages de Benzema, hier soir, le buteur a effectué deux passes décisives en évoluant en retrait, sorte de deuxième pointe autonome. Les problèmes français seraient-ils en réalité les points forts des Bleus ? Finalement, face à une Ukraine moins disciplinée que l’Angleterre, ou plutôt moins consciente de ses faiblesses, l’équipe de France a eu plus d’espaces. À la place de prendre peur à l’idée de jouer son jeu dans une phase finale si importante, la France a su regarder l’Euro droit dans les yeux. Comme une vraie équipe. Gageons que Laurent Blanc aurait signé d’emblée si, en 2010, on lui avait dit que ses Bleus joueraient à l’Euro comme une « Espagne lente » .

Par Ruggero Lambertini et Markus Kaufmann

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

waynerooney Niveau : CFA
La France est-elle une Espagne lente? mdr
Si je suis assez d'accord dans l'ensemble il y a deux points que j'aimerai relevé :
- la défense : certes on s'en est pas pris. Mais mon dieu c'était pas serein du tout... et face à une Espagne (rapide) on serait dans la merde.
- Justement en parlant d'Espagne : pourquoi comparer forcément à cette équipe ? C'est pas un modèle à suivre. Comme tous les clubs qui veulent s'inspirer du Barça. On voulant s'inspirer de qqchose en peut s'en approcher mais difficilement l'égaler ou le dépasser. Alors qu'en développant son propre style, ba on peut aller bien plus loin, et surtout être "original" et surprenant.
C'est pénible, ces absurdités journalistiques.
"La France est-elle une Espagne lente?", "Pourquoi pas jouer comme le Barca en 2014?"

Rassurez-moi, il y avait des équipes qui jouaient bien, vite et juste avant Pep Guardiola, non?

Le jeu de l'EdF n'a rien à voir avec celui de l'Espagne, et inversement, et les coups de forces intellectuels de ce type sont à proscrire. Pourquoi vouloir absolument parler de Xavi dans CHAQUE article?
Excellente analyse. Je suis tout à fait d'accord. On a pas une philosophie totale, mais on s'approche bien quand même. Le sjournalistes ne comprennent rien. La, ona une TRES grosse équipe.

Favoris avec l'Espagne et l'Allemagne.
Note : -1
Favoris carrément. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Quand la France affrontera une équipe qui ne vient pas la fleur au fusil, ça ne sera pas la même chose. Il y a eu des progrès car il y a encore peu de temps la France n'aurait pas gagné ces matches là. Mais y a encore beaucoup de chemin à faire pour parler de favoris ou de grande équipe. L'article me semble pour ça très très très optimiste.
Note : 3
Pour rappel, c'est le premier match que la France gagne en phase finale depuis juillet 2006. Alors je comprends que certains s'enflamment, mais attention à l'atterrissage, il va être violent :)
La France n'est pas la Roja. La France, c'est la France, point barre. On a développé une philosophie de jeu à partir de pas grand chose, on s'est inspiré de ce qui marchait mais on a conservé nos valeurs. Je m'explique.

On a toujours des gros gabarits type Rami, Mexès, Diarra, Giroud qui peuvent apporter physiquement. Et si vous voulez revenir sur l'Espagne, sachez qu'en 2006, ceux qui leur font vraiment mal, c'est Vieira et Maké au milieu. Notre force en France, c'est la diversité de nos joueurs, et ça il faut vraiment le conserver. ça permet plusieurs options tactiques dans une rencontre. Et avec un tacticien comme Blanc, je pense qu'on est quand même pas mal loti.

Après, c'est clair, pas d'enflammades, l'EDF est en reconstruction pour 2014 avant tout. L'Allemagne en demies (si on arrive à ce stade-là), en toute objectivité, c'est hors de portée.
Moi je trouve que c'est quand même pas mal ce qui se passe actuellement en EDF. Quand on repense à la fin des qualifs, on voyait assez mal comment on allait même passer le 1er tour. Les progrès sont importants et on sent des joueurs monter en puissance dans l'équipe (je pense à Cabaye notamment qui a été assez impressionnant). Petit à petit on ressemble à un vrai outsider pour la compétition mais c'est clair qu'on est encore derrière des équipes plus mûres dans leur jeu (Espagne et Allemagne), mais après tout ça me semble déjà très bien!
excellent article,honnêtement quand je voit la France jouer c'est a l’Espagne que je pense aussi toutes proportions gardées bien sur.
n’empêche,les bleus ont une philosophie de jeu et un projet,Blanc s'inspire clairement du style espagnole et les joueurs ont l'air d’adhérer.
ils ont envie de faire le jeux voir du beaux jeux et on sent l’équipe solidaire et tirent tous dans le même sens c'est a dire a l'avant.
avant le début de l'Euro tout le monde (sur les coms de ce forum)voulais du jeu et quitte a être éliminer on leur demande de jouer...
c'est ce qu'ils font!et en plus avec le résultat et entre nous cette équipe avec ces défauts défensifs et ses imperfections on la sent capable de marquer et de réagir a tout moment.
et comme le souligne l'article c'est surtout la capacité qu'elle a de faire le jeu pendent presque 90min et ça c'est beaucoup!
je ne m'emballe pas et je considère que les favoris sont les mêmes(avec l'Italie et le Portugal en troubles fêtes)mais s ils continuent sur le même dynamisme ils vont gagner le respect et même la crainte des autres nations et c'est déjà une victoire en soit vu les années de dèche qu'on a eu.
Pour moi, l'équipe de France a les qualités requises pour taper les favoris (sur lesquels tout le monde se paluchent au passage, les gars, essuyez votre écran). C'est pas se prendre pour un branleur ou exulter parce qu'on a enfin gagné un match dans une compétition internationale après 6 ans de disette mais, la France est l'adversaire type "casse-couille" pour les "grosses" équipes. Y a pas de petites équipes à ce niveau et, la génération 87 est presque à maturité aujourd'hui et, ils peuvent faire quelque chose de vraiment bien. Si on tombe sur l'Espagne (oui, personnellement, je vois pas les bleus se faire éliminer), on leur rentre dans la gueule d'entrée et là ils douteront. D'autant plus que, le côté gauche français (le plus fort) attaquera sur Arbeloa, plutôt le maillon faible espagnole. Au milieu, on a pas des tacticiens hors-pair comme Xavi ou Iniesta mais, des mecs qui ont mille fois plus les crocs je pense (A. Diarra peut le faire mal, même si j'ai horreur de ce joueur, Cabaye peut se révéler, je crois beaucoup en ce petit). Contre l'Espagne, il suffit juste (bon, c'est exagérer tellement il y a de qualités dand cette équipe) de couper les passes de Xavi. Si on prend le match contre l'Irlande, pas une seule action ne passe pas par Xavi. Faut donc un mec qui s'en charge tout le match, ok c'est un peu ingrat mais c'est comme ça. Pour moi, l'Allemagne est bien plus dangereuse car, elle est devenue plus soporifique (contre les Pays-Bas, ils se sont contentés de jouer les contres à fond et ça a payé). J'ai bon espoir dans cette équipe et, après les calvaires de 2008 (p*tain, quel match contre les P-B où ont se fait voler ! jamais vu autant de réussite !) et de 2010, cette fraîcheur fait du bien !
Pour moi, l'équipe de France a les qualités requises pour taper les favoris (sur lesquels tout le monde se paluchent au passage, les gars, essuyez votre écran). C'est pas se prendre pour un branleur ou exulter parce qu'on a enfin gagné un match dans une compétition internationale après 6 ans de disette mais, la France est l'adversaire type "casse-couille" pour les "grosses" équipes. Y a pas de petites équipes à ce niveau et, la génération 87 est presque à maturité aujourd'hui et, ils peuvent faire quelque chose de vraiment bien. Si on tombe sur l'Espagne (oui, personnellement, je vois pas les bleus se faire éliminer), on leur rentre dans la gueule d'entrée et là ils douteront. D'autant plus que, le côté gauche français (le plus fort) attaquera sur Arbeloa, plutôt le maillon faible espagnole. Au milieu, on a pas des tacticiens hors-pair comme Xavi ou Iniesta mais, des mecs qui ont mille fois plus les crocs je pense (A. Diarra peut le faire mal, même si j'ai horreur de ce joueur, Cabaye peut se révéler, je crois beaucoup en ce petit). Contre l'Espagne, il suffit juste (bon, c'est exagérer tellement il y a de qualités dand cette équipe) de couper les passes de Xavi. Si on prend le match contre l'Irlande, pas une seule action ne passe pas par Xavi. Faut donc un mec qui s'en charge tout le match, ok c'est un peu ingrat mais c'est comme ça. Pour moi, l'Allemagne est bien plus dangereuse car, elle est devenue plus soporifique (contre les Pays-Bas, ils se sont contentés de jouer les contres à fond et ça a payé). J'ai bon espoir dans cette équipe et, après les calvaires de 2008 (p*tain, quel match contre les P-B où ont se fait voler ! jamais vu autant de réussite !) et de 2010, cette fraîcheur fait du bien !
@LxTrnr
"la France est l'adversaire type "casse-couille" pour les "grosses" équipes."
c'est exactement ça!:)
on a beau dire d'eux mais les mecs jouent devant et même avec la manière,ils sont fières et ils ne se laisserons pas abattre sans casser les couilles* des mecs en face.
autre chose,l’équipe de France fait tjr ses meilleurs matchs contre les grosses équipes et calent sauvant contre des plus faible qu'eux.
alors s'ils jouent l’Espagne ou l’Allemagne ça va être un beau spectacle et ils vont se surpasser.
Pressing haut, les Français? L'avis d'un entraîneur http://abonnes.lemonde.fr/euro2012/arti … 16919.html
dernier paragraphe et il a tout à fait raison.

Toujours personne pour noter le passage au 4/2/3/1 chez Sofoot et ce que ça implique? Contre des Ukrainiens forcés d'attaquer devant leur public ça laisse forcément des espaces. Vous croyez vraiment que les autres équipes (Italie, Espagne, Allemagne, etc ) vont se lancer à l'attaque à tout va pour laisser la place aux Français de contrer? ... je ne crois pas.

Ce sera encore le 1er but qui décidera sans doute du sort du match. Nasri n'aura pas toujours autant de chance dans ses tirs comme contre l'Angleterre devant des défenses plus renforcées que celle de l'Ukraine.
@LxTrnr : Pardon? En 2008, vous vous faites voler contre les Pays-Bas? J'ai vu un match à sens unique, tout comme contre l'Italie.
Je veux bien croire au vol quand on gagne par un but d'écart, mais quand on perd 3-0 ou 4-1, on a juste le droit de se taire plutôt que d'exprimer une mauvaise foi hallucinante.
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Sur trois/quatre actions ou amorces d'actions ukrainienne j'ai trouvé la charnière centrale bien seule, délaissée par Alou Diarra. Le jour où on se retrouvera contre une équipe qui joue la contre-attaque plus proprement et promptement (l'Allemagne par exemple) ça va faire mal...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
48 15