Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. // Euro 2012
  2. // Groupe D
  3. // France/Angleterre (1-1)

Les leçons tactiques de France-Angleterre

Le premier match d'une compétition internationale n'est jamais facile. La preuve, hier soir, avec un match au spectacle décevant et à l’intensité fuyante, devant un stade de Donetsk criblé de sièges vides. Dans ce contexte, les Bleus sont restés fidèles à leur projet de jeu. Les joueurs ont confirmé sous pression que leur Président a bien une « certaine idée de la France » , et cette idée prend forme.

Modififié
La solidité défensive : une illusion ?

Blanc sait bien que l'arrière-garde tricolore reste une énigme et agit en conséquence en plaçant Diarra devant les défenseurs. Comme contre la Serbie et l'Estonie, le 6 doit récupérer des ballons et ralentir l'action adverse. Pour soulager la défense française, tout le monde se sacrifie, comme en témoignent les retours précieux de Ribéry et la position axiale de Nasri en phase défensive. Les consignes des deux latéraux sont strictes : lorsque l'un monte, l'autre reste aux côtés du duo Mexès-Rami. Mieux protégé, l'ancien Auxerrois a joué son meilleur match en Bleu depuis son absence. Et c’est son sauvetage sur le centre de Milner qui permet au Coq de repartir avec un point. Il semblerait que l'EDF commence à prendre confiance en sa solidité défensive. En deuxième période, la ligne de défense était extrêmement haute, bien au-delà du milieu de terrain. Un risque face à la vitesse des ailiers anglais, mais un risque nécessaire à l’ambition de Blanc.

Cependant, l'Angleterre n'a pas mis les Bleus sous pression. Lorsque les Anglais avaient le ballon, ils ne trouvaient rien d’autre à faire que lancer la rapidité de Chamberlain et de Young. Disons qu'on n'arrive pas trop à comprendre où s'arrêtent les mérites de la défense française et où commencent les lacunes offensives des Trois Lions. Avec seulement cinq tirs subis hier (autant que contre l’Islande), la France semble s’adapter au niveau adverse. Mais rappelons que les Bleus ont encaissé un but évitable : Évra commet une faute inutile à quarante mètres des cages et le marquage de Diarra est impardonnable. S'il est titulaire, c'est aussi pour se rendre utile lors des coups de pied arrêtés, il n'a pas le droit de se faire manger tout cru par Lescott. Cette défense aurait-elle tenu contre les attaques italienne ou espagnole vues dimanche ? Les statistiques semblent dire oui, la fébrilité de Rami et Évra non. Réponse dans dix jours, si tout va bien.

Une certaine idée (du jeu) de la France

Quinze tirs cadrés et onze corners. Il y a un an et demi, personne ne croyait vraiment en une France jouant un football attractif et cohérent. Mais comme de Gaulle il y a plus d’un demi-siècle, Blanc en avait l’intime conviction. Si les premiers signes du projet de jeu de Blanc ont longtemps tardé à voir le jour, le match d’hier est une véritable victoire pour l’idée de jeu du Président, avec un joli 65% de possession. Le sentiment rejoint la raison. Les Bleus ne sont pas tombés dans le piège d’un faux-rythme anglais et ont assumé leur rôle de dominateur. Une équipe de France patiente à la construction et appliquée à la relance. Lloris et Mexès ne se précipitent pas, l’ « intermédiaire » Cabaye n’est pas esquivé, il y a du mouvement et aucun ballon n’est donné désespérément. Ribéry joue avec grande maturité et alterne accélérations et temporisations.

Ce jeu-là, fait de permutations et de déplacements horizontaux, c’est Nasri qui le dicte. Samir gratte, donne, propose, reprend, conserve, remet, oriente, joue entre les lignes, va de l’avant. Et tire. Le Citizen prend la mesure de son rôle, non pas grâce à des percées ribéryennes ou des percussions benzemesques, mais avec un grand volume de jeu et une bonne gestion du tempo du match. Ce qui confirme ce qu’on avait pensé de sa prestation contre la Serbie : avec cette idée de jeu, Nasri est incontournable, à l’image de Modrić pour la Croatie. Enfin, après toutes ces années, il y a du Wenger dans cette équipe de France. Malheureusement, plus d’idées que de buts. Les intentions sont là, mais le fait est que la France n’a pas pris à la gorge une défense anglaise qui s’en sort avec seulement sept fautes commises et deux cartons. Quand une équipe tire vingt fois pour un seul but…

Achever le succès

Après dix minutes de jeu, les commentateurs espagnols s’exclament : «  Ah, si Benzema était espagnol, la Roja n’aurait jamais eu à se poser la question du numéro 9 !  » Ça, c’était avant de voir la surface de réparation anglaise vide durant 80 minutes. Benzema a fait du Cesc et la France a joué sans 9. Oui, il vient proposer, créer, dynamiser le jeu des Bleus. Mais face à une équipe aussi regroupée derrière, les Bleus ont manqué d’un point de référence pour bouger les Blancs « dans la peinture » . Signe d’impuissance, la plupart des actions françaises se sont terminées par des frappes lointaines, comme le montre cette dernière action construite durant plus de deux minutes pour aboutir à un tir au buzzer de K-Benz. Face à des Anglais aux idées claires, mais pauvres, les Français ont proposé des idées intéressantes, mais brouillonnes. Dans les vingt derniers mètres, la présence française était insuffisante pour espérer un miracle.

En refusant l’utilisation du plan B (l’entrée de Giroud à l’heure de jeu), Blanc a peut-être fait perdre deux points aux Bleus. Aucun des centres de Debuchy, Ribéry et Évra (10 en tout) n’ont été repris et personne n’a pu remiser à Benzema. Pour reprendre les termes de de Gaulle, qui dit projet de jeu dit « vaste entreprise » , et donc ambition, difficultés et besoin de patience. Certes, voir l’équipe de France bien jouer à l’Euro est déjà une réussite importante. Mais sans une mentalité de gagnant, la « princesse des contes » court vers un « malheur exemplaire » alors qu’un « succès achevé  » est à portée de main. Il s’agit de «  viser haut et se tenir droit  » , Monsieur Blanc.


Par Markus Kaufmann et Ruggero Lambertini

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 44
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises