1. //
  2. // Demies
  3. // France-Allemagne (2-0)

Les leçons tactiques de France-Allemagne

Il l’a fait. Lui, Didier Deschamps. Lui, Antoine Griezmann. Lui, Hugo Lloris. Lui, Samuel Umtiti. Lui, Paul Pogba. Lui, Bacary Sagna. Lui, Laurent Koscielny. Lui, Moussa Sissoko. Lui, Patrice Évra. Lui, Blaise Matuidi. Lui, Olivier Giroud. Lui, Dimitri Payet. Lui, N’Golo Kante. Lui, Yohan Cabaye. Lui, André-Pierre Gignac. Lui, lui, lui et tous les autres. L’équipe de France l’a fait. Et la théorie de la force du groupe de DD a encore vaincu. En face, il y avait le champion du monde en titre et ses idées de jeu sophistiquées. Presque trop subtiles.

Modififié
2k 102

Les chiffres des Bleus


3 – Le nombre d’occasions créées par Olivier Giroud, un homme qui préfère donner que prendre.
15/25 – Le ratio de longs ballons réussis d’Hugo Lloris. Des parades et des diagonales, le pain et le nutella.
11 - Le nombre de ballons repoussés par El Doctor Koscielny.
5 – Le nombre de dribbles réussis par Griezmann. Premier Français. Autant que tous les autres Bleus réunis.
7 – Le nombre de tirs tentés par Griezmann. Premier Français. Autant que Payet, Giroud, Pogba et Gignac réunis.
58 – Le nombre de ballons touchés par Griezmann, premier Bleu dans cette catégorie devant Pogba (50). Ahurissant pour un attaquant buteur et meneur. La tête, le cœur et les jambes de cette équipe.

Hugo 2-0 Manuel


Le petit prince voulait qu’on lui dessine un mouton. Dans la nuit marseillaise, Antoine Griezmann n’a pas tremblé au moment de crayonner nos songes enfantins. D’un coup de pinceau aussi fin que décidé, mené par cette conduite de balle d’ailier latin et emporté par ce sens du jeu de meneur français, Grizou n’a cessé de remettre le plan de jeu des Bleus sur ses épaules quand celui-ci insistait pour rester au sol. Dès les premiers instants, il signait une percée que seuls les petits génies gauchers savent entreprendre. Mais Grizou n’est pas petit. Face au géant Boateng, il a longtemps rebondi, mais est toujours revenu. S’improvisant meneur de jeu reculé, loin comme Redondo mais rapide comme Djorkaeff, il a tenu le jeu des Bleus entre ses pieds. Un contrôle, une relance, une remise. Au duel, au dribble, au tacle. Tout est passé par Grizou. Et au milieu du désert de l’animation offensive bleue, à l’image d’un Antoine de Saint-Exupéry paumé dans le Sahara, Antoine a lui aussi écrit son histoire de petit prince.

5 minutes de bleu, 40 minutes de blanc


Le cœur bat à cent à l’heure, mais le jeu n’accélère pas. Un faux rythme, une musique saccadée et lente : le début de la rencontre est un tour d’observation. Comme prévu, les Allemands ne semblent pas savoir à quoi s’attendre. Parce que les Bleus n’ont pas encore d’identité, parce que Deschamps a brouillé les pistes, parce que son 4-2-3-1 pourrait être un avion de chasse, ou pas, et parce que personne ne peut avoir la présomption de prévoir le jeu de Moussa Sissoko. Après cinq bonnes minutes françaises, le 4-2-3-1 abandonne et montre qu’il n’a rien d’un chasseur. Incapable d’aller chercher un ballon dans le camp adverse, incapable de presser le porteur de balle de manière coordonnée, incapable de diriger la possession adverse vers des zones préférentielles, le système français est vite devenu muet face au chant de la possession allemande.

Positionné dans un 4-4-2 qui a tout essayé pour faire de Payet un ailier gauche défensif, le bloc des Bleus a fait l’essuie-glace. Balancé à droite et à gauche par les transversales des quatre pieds de Boateng et Kroos, il n’a pourtant pas bronché. Vulnérable à gauche et très souvent en plein axe, il s’est montré admirable à droite, côté Sagna. Derrière, la crinière de Koscielny et les pattes de Umtiti ont tout repoussé. La première période fut une tempête de neige sur la Côte d’Azur : étouffé par un immense nuage blanc, le ciel bleu ne s’est pas montré, ou presque. Un coup franc miracle, puis un deuxième. Et enfin ce penalty céleste.

Une Mannschaft qui centre plus qu’elle ne tire


Porté par quelque chose, le public, un esprit, le groupe bleu commencera la seconde période avec la même conviction que la première, avant d’être ramenée à la réalité par le contrôle des idées de jeu allemandes. Des concepts puissants qui lui offriront une domination industrielle du ballon, mais aucun produit fini, la faute à un manque d’efficacité à faire pleurer Thomas Müller, assis près de quatre fois dans des conditions de buteur. Le résultat aurait-il été différent avec Hummels, Khedira et Gómez ? Si le match devait se rejouer dix fois, il serait compliqué d’imaginer les Allemands frapper autant sans marquer. Mais Lloris s’est montré plus fort que tout. Et le match devait se gagner là, cette fois, jeudi soir. Portés vers les côtés par le 4-4-2 de Deschamps, les Allemands ont fini par plonger dans une répétition de centres dangereux, flottants, courbés, forts. Et insuffisants face à la forme de la charnière Umtiti-Koscielny (6 centres réussis sur 28). En face, Pogba a eu besoin d’un seul pas de danse pour renverser toute la boîte. Une fois de plus, ce sont les individualités françaises qui ont porté le projet collectif vers les sommets.

Deux buts isolés, mais constructifs


Les Bleus ont donné une impression de manque d’idées à la transition, mais il faut noter que les deux buts ont été le résultat de deux actions anormales : cette équipe de France a su se surpasser aux meilleurs moments. À l’origine du corner du premier but, la première action naît dans le sang-froid des pieds calmes de Samuel Umtiti, premier central français de l’Euro à se montrer aussi habile et intelligent dans l’utilisation du ballon. La seconde provient d’un pressing opportun, presque improvisé à la suite d’une transmission allemande imprécise. Une relance courageuse et un pressing de pirates auront donc suffi pour faire tomber Neuer. Deux fois.



Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

WaiWaiFautVoir Niveau : DHR
A l'Allemagne l'occupation du terrain et à la France la victoire. Et cette dernière en partie grâce à une aide extérieure.

Il était pourtant pas américain l'arbitre.
so-lyonnais Niveau : CFA2
A la différence des matchs précédents on est tombé sur une équipe qui a confisqué le ballon et nous a fait reculer, ça a mis en difficulté Payet qui n'avait plus sa liberté et était obligé de surveiller son couloir tout le match.

En première mi-temps on se faisait transpercer dans l'axe c'était horrible, ce qui rajoute du crédit à la performance de notre charnière centrale qui a été héroïque et qui n'a pas cédé.

Sinon je suis encore moins convaincu de la présence de Matuidi, le mec se bat comme un chien certes, mais il cavale car il doit récupérer les ballons qu'il a rendu à l'adversaire à cause de sa faible qualité technique. Je pense que Kanté aurait un bien meilleur apport dans l'utilisation du ballon aux côtés de Pogba.
JimPooley Niveau : CFA2
Je me trompe peut-être, ou sans doute, mais en dehors d'un exploit de Cricri (toujours à envisager, évidemment) j'ai du mal à imaginer le collectif portugais poser de gros problèmes à l'EDF.
"Tactiquement" en première mi-temps, la France était perdue, notamment le milieu de terrain qui ne savait pas du tout comment prendre les milieux allemands avec les permutations incessantes, leur jeu dans les petits espaces, leurs infiltrations constantes. Ça a été mieux quand ils ont baissé le pied, puis, à la fin, fait n'importe quoi. Je trouve que la France a surtout tenu par de grosses performances individuelles autoritaires (Lloris, Griezmann, la défense centrale) ou sérieuses (les autres), et les défaillances allemandes (Schweinsteiguez, Neuer, Müller). Après peut-être que toute victoire est tactique au bout du compte, puisque la tactique de l'adversaire n'a pas marché -ou n'était pas complète, faute d'arguments offensifs tranchants.
La seule leçon "tactique" (et j'avais un doute jusqu'à ce match) c'est 84...98...2016 (coupe des confédérations 2003 en option), autant donner la coupe direct à la france dès qu'elle est désignée comme pays organisateur d'une compétition internationale de foot!
Beefheart Niveau : DHR
On sent que sur le coup t'étais moins concentré que d'habitude Markus. Ou alors pas eu le temps de remater le match au ralenti. C'est moins technique et plus lyrique, l'analyste à laissé de la place au supporter.

Matuidi
JimPooley Niveau : CFA2
Message posté par WaiWaiFautVoir
A l'Allemagne l'occupation du terrain et à la France la victoire. Et cette dernière en partie grâce à une aide extérieure.

Il était pourtant pas américain l'arbitre.


Encore un connard qui a réussi à se faire persuader par les complotistes débiles qui foisonnent en ces lieux qu'il n'y avait pas péno... Mais ya plus de débat sur ce sujet mon poulet, le monde entier sait aujourd'hui qu'il y avait péno, prétendre le contraire est au mieux ridicule, au pire le signe d'une instabilité mentale inquiétante.
Donc l'arbitre n'a aidé personne.
Donc l'EDF a plié mais, face à un adversaire complétement dépourvu d'attaquants dignes de ce nom, n'a pas plié.
Donc Boateng est sorti (c'est de la chance, ou pas... quid du staff médical, de la préparation physique, etc?) et son remplaçant a regardé Pogba lui danser autour, Neuer a eu tellement peur de Giroud (si vous regardez bien les images, on voit qu'il a quasiment réussi à passer devant Höwedes) qu'il est sorti à l'arrache, et bim.
On peut toujours dire que le meilleur a perdu, on passait notre temps à ça, nous les français, dans les années 80, mais c'est toujours aussi débile.
Donc on est en finale.
Beefheart Niveau : DHR
pardon pour ça, ça a cliqué sur envoyer sans me demander.

Bref, je voulais dire que Matuidi a été plus précieux qu'il n y parait, aux moments où on souffrait le plus il a eu quelques déviations bien senties, pas trop surprenant de la part d'un mec qui a évolué dans ce PSG là.
JimPooley Niveau : CFA2
N'a pas "rompu", of course, sinon c'est stupide.
Cepseudonymeestdéjàpris Niveau : Loisir
En première mi-temps, les français ont pris peur après un bon début de match (merci au public pour son aide).
Payet ne savait plus où il habitait, on les regardait jouer sans oser presser. Naufrage collectif (à part Grizou).

Le cochon nous a remis dans le match avec sa main stupide. On a concédé 2 penaltys idiots dans cet euro, comme les allemands, enfin moins grossiers quand même, mais à de meilleurs moments.

Après la peur de perdre a changer de camp.
Message posté par JimPooley
Je me trompe peut-être, ou sans doute, mais en dehors d'un exploit de Cricri (toujours à envisager, évidemment) j'ai du mal à imaginer le collectif portugais poser de gros problèmes à l'EDF.


Je trouve au contraire que c'est une équipe qui ressemble beaucoup à l'EDF: pragmatique, solidaire, costauds en défense, capable de faire déjouer les autres, et de bien jouer par moments, avec des attaquants efficaces, et un facteur X avec Ronaldo/Griezmann. Je ne trouve pas l'écart si évident.
Cepseudonymeestdéjàpris Niveau : Loisir
Message posté par JimPooley
son remplaçant a regardé Pogba lui danser autour


L’insouciance de Pogba me donne des sueurs froides depuis le début de l'euro, et son péno aurait pu nous coûter cher.

Mais hier soir, j'avoue l'avoir aimé pour ça. Mustafi a perdu son slip.
Et petit pont de Grizou sur Neuer ensuite, que du bonheur.
Moi je me demande à quel point Deschamps a accepté de laisser le ballon aux allemands.

Qu'on se le soit fait confisqué plus que prévu, c'est évident. Mais qu'en définitive, les allemands n'allaient pas être plus dangereux qlerue face à l'Irlande du Nord ou l'Italie, ça peut ressembler à un plan de DD de le leur laisser.

On a eu du bol mais je crois qu'on les a laissé se noyer tout seul. les 2 buts qu'ils prennent le sont largement plus par leur faute que par notre talent (même si le pas de tango de Pogba avec Mustafi est admirable).
"Les Bleus ont donné une impression de manque d’idées à la transition"

Probablement parce que pour la première fois de l'Euro ils se sont retrouvés face à une équipe qui allait les chercher haut à la perte du ballon, ce qui a coupé les angles de passe habituelles, qui n'avaient pas trop été testés depuis le début de la compétition.
De plus le profil de Payet n'offrait pas trop de profondeur dans la transition à gauche.
En ce sens j'ai trouvé les Allemands très forts hier. Et Deschamps pourra mettre l'accent la dessus, ça permettra à tout le monde de ne pas se voir trop beau.

"La seconde provient d’un pressing opportun, presque improvisé à la suite d’une transmission allemande imprécise."

Pour le coup pas forcément d'accord, je n'ai pas revu le match ni les buts, mais il me semble qu'au moment de la récupération il y a bien 6 français dans les vingt mètres Allemands. Juste après la sortie de Boateng, il n'est pas idiot de penser que les Bleus aient décidé de mettre un coup de pression à ce moment précis.
En première mi-temps c'était dingue de voir le manque de pressing imposé par les français aux allemands. Nous étions mous, tétanisés. Nos lignes offensives ne montaient pas quand nous avions le ballon. Nous n'avons presque pas passé la ligne médiane pendant 25 minutes. C'était tellement gros qu'on penserait presque à une consigne d'avant-match.
D'ailleurs, par rapport à ça, on voit que Payet a eu un peu de mal avec la pression. Un petit manque d'expérience qu'on excusera pour ce qu'il apporte depuis un moment.

Et sur notre côté gauche, Ozil était constamment seul. Une part de réussite pour ne pas avoir pris plus le bouillon de ce côté mais surtout une équipe française qui, malgré quelques lenteurs, se replace bien en défense avec des Lloris, Kos et Umtiti impressionants.

Bref, c'était pas parfait mais c'est quand même franchement prenant de voir cette équipe jouer, que ce soit en 4-2-3-1 ou 4-3-3. Elle transmet de l'émotion, de l'envie, et c'est justement ça que les supporters français attendent beaucoup. Faut vraiment être un sacré balais à chiotte pour aller chercher des polémiques sur l'équipe ou les joueurs. Et ca fait du bien de pouvoir apprécier du foot et d'oublier, 90 minutes, toutes les saloperies qui tournent autour.

Didier Deschamps est quand même fort pour ça. Au détriment de la tactique "idéale", il semblerait qu'il ait cette capacité à mettre les joueurs dans des conditions mentales particulières. Ils semblent moins sous pressions, plus détendus et libérés.

L'Allemagne par contre, nous a encore montré des choses fabuleuses. Quelle belle équipe qui a manqué de réussite et de finition. Dommage pour eux car en plus de leur capitaine peu en forme et d'un Muller moyen, c'est Gomez qui leur a beaucoup manqué...
Quel match hier ! De l'intensité, une pression de malade, l'Allemagne qui occupe le terrain, la France qui résiste et qui ne rompt pas... Un match au couteau où les Allemands finissent par se faire planter... Que c'est bon... Cela fait du bien de voir notre équipe de France gagner ! Quel tempérament !

Mea culpa pour l'association Umtiti-Koscielny... Elle a bien tenu !Et pour un deuxième match en bleu, bravo Umtiti!! Aulas doit se mordre les doigts de pas avoir attendu encore avant de le vendre...

Griezmann magnifique évidemment ! Il n'a rien lâché, s'est battu comme un lion, a pris ses responsabilités sur le pénalty...

Sissoko a été très bon aussi, le travail défensif qu'il a abattu... Il y a une action en fin de match face à Draxler, si je ne me trompe pas, il lui met une misère...

Sur le premier but, pour moi, il y a bien pénalty... Que fout Schweinsteiger à sauter comme cela, un peu à la superman? Ils ont un problème les allemands... Boateng afce à l'Italie et la Schweinsteiger face à la France? Ils défendent comme des handballeurs j'ai l'impression. Et puis vous avez vu l'attentat sur Sissoko dans cette même action?

Sur le second but, vraiment beau travail de Pogba, belle pression de Giroud et lucidité (avec un peu de chance de Griezmann)de Griezmann !

Allez les bleus !!! Il faut battre le Portugal maintenant !!!
mauriston Niveau : CFA2
Face ce genre d'équipe Payet n'est pas indispensable, bien au contraire. Il n'est pas du tout à l'aise défensivement, et on provoque trop peu de cpa pour justifier sa présence. Ou alors il était complètement cramé... Mais je préfère le voir évoluer face à des équipes défensives. Même constat pour Giroud d'ailleurs. Entre les prestations limitées de ces 2 joueurs on a joué à 10.

Curieux de voir ce que donnerait un 4-4-2 avec Kante et Benzema face à ce genre d'adversaire. On aurait une association Pogba / Matuidi / Evra à gauche et Sagna / Sissoko / Kante à droite avec Griezmann derrière Benzema en pointe.

La question Payet se pose pour la finale. On s'attend à une équipe super défensive, mais ils vont être joueurs. On peut pas se permettre d'abandonner un côté à ce point.
JimPooley Niveau : CFA2
Le plus étonnant pour moi c'est cette équipe de France arrive en finale sans avoir vraiment de 11 titulaire! Si l'on compare à notre étalon France 98, où 9 postes étaient figés (de Barthez à Djorkaeff), c'est vraiment une curiosité. Doit-on y voir de l'improvisation ou le génie tactique de DD (plutôt le deuxième, celui qui gagne ayant toujours raison)? Et je suis sûr que le 11 de départ en finale ne sera encore pas le même qu'hier.
Message posté par ofwgkta
La seule leçon "tactique" (et j'avais un doute jusqu'à ce match) c'est 84...98...2016 (coupe des confédérations 2003 en option), autant donner la coupe direct à la france dès qu'elle est désignée comme pays organisateur d'une compétition internationale de foot!


Oui mais lors de l'Euro 2000, on n'avait pas annexé la Batavie tout de même. C'est un avantage prouvé d'être à domicile, mais ça ne suffit pas...
Message posté par Etche

Sissoko a été très bon aussi, le travail défensif qu'il a abattu... Il y a une action en fin de match face à Draxler, si je ne me trompe pas, il lui met une misère...


Et Draxlber est tellement vexé/agacé qu'il met une semelle et prend un jaune en suivant
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le sacrifice par Giroud
2k 102