1. //
  2. // Match amical
  3. // France/Allemagne (1-2)

Les leçons tactiques de France-Allemagne

Depuis plus de vingt-cinq ans et Rudi Voller, la Mannschaft n'avait pas battu les Bleus (cinq défaites, un nul). Hier au Stade de France, l'Allemagne d'Özil est venue à bout de la France de Ribéry dans une rencontre qui aurait pu tourner à l'avantage des hommes de Deschamps. De bon augure pour le mois de mars ?

Modififié
5 45
Longue et tumultueuse, l'histoire franco-allemande est faite de victoires difficiles et de revanches amères. Après le 1-2 de Brême en février 2012, voilà le 1-2 de Paris en février 2013. Et donc ? D'abord, le mental de la Mannschaft a encore quelques ressources. Depuis des années, l'Allemagne pense avoir la trouvé la solution, mais finit toujours par perdre en finale. Hier, elle a su vaincre malgré les blessures (Schweinsteiger, Reus, Götze, Klose, Schmelzer) et une tête de Valbuena. Côté français, d'une part, Deschamps a osé. Ni vu ni connu, DD a aligné seulement deux milieux centraux, Matuidi et Cabaye. D'autre part, cela a suffi pour conserver un bon équilibre. Après avoir battu l'Allemagne, le Brésil et l'Angleterre l'an dernier, on aura le recul nécessaire pour se dire que ce résultat compte peu. À l'Euro, c'est finalement l'Allemagne qui est allée en demi-finale…

Gündogan, Khedira et Özil : la qualité allemande

Deux frappes lointaines pour la Mannschaft en trois minutes. L'intensité est au rendez-vous, et les consignes de Deschamps semblent claires : aller presser très haut, et obliger les Blancs à abandonner le ballon. Mais le milieu allemand est impressionnant. Ilkay Gündogan est né en 1990. Pour une cinquième sélection, il avait la lourde tâche de remplacer Schweinsteiger. Et avait été annoncé incertain pour le match. Résultat : le milieu de Dortmund a dominé. Brillamment. Sans voir l'embuscade, Matuidi et Cabaye se ruent au pressing jusqu'à la ligne médiane. La distance entre la ligne défensive française et son milieu est énorme. Résultat : une ou deux passes, et le milieu français saute à plusieurs reprises. Il faut une sortie élastique de Lloris pour éviter une noyade précipitée des Bleus, qui ne gardent pas le ballon.

Côté allemand, on sort les plumes, les compas et les équerres, et on dessine de jolis schémas. Côté droit surtout, les triangles sont rapidement mis en place : Lahm-Özil-Müller, puis Lahm-Gündogan-Özil. Cela va vite, c'est limpide. Et étudié. Les offensives sont ainsi un savant mélange de conservation (Özil, Gündogan, Lahm) et de courses verticales (Khedira, Müller, Gündogan, encore lui). Podolski attend l'ouverture à gauche, et Gómez se tient prêt à appuyer sur la gâchette. Mais derrière, cela tremble. N'est pas l'Espagne qui veut. Höwedes est limité offensivement, et il y avait hier un monde d'écart entre la sérénité de Sakho et les hésitations de Mats Hummels. Enfin, Lahm découvre l'adversaire Ribéry…

Le duo Ribéry-Valbuena et Sissoko

En plein morceau, la Mannschaft est soudainement interrompue. On joue la 26e minute et Ribéry met le Stade de France debout. Voyant le volant bleu libre durant une bonne vingtaine de minutes, le Munichois prend l'initiative et pousse sur l'accélérateur. Lahm ne l'oubliera jamais. Franck joue son jeu naturellement, instinctivement et superbement : à gauche, dans l'axe, à droite, coups d'épaule, accélérations, petit pont, grand pont, fautes tactiques, crochets, retours défensifs et possibles passes décisives. Sans concrétiser, toutefois. Chose que fait Valbuena, qui confirme à nouveau sa facilité à simplifier les choses pour les Bleus. Mobile, vif et engagé (quoique très timide lors de la première demi-heure), le Marseillais fluidifie la circulation des Bleus comme personne. Une-deux, appels immédiats, déplacements : la recette est connue.

Face à l'Espagne, son entrée et celle de Sissoko à droite avaient renversé le match. Mais face à l'Allemagne, la solution ne peut pas toujours venir d'Angleterre. Quatre-vingt minutes inégales pour le Magpie, qui a su donner de la profondeur (dans l'axe et à droite) et de la verticalité, sans toutefois réussir à nous faire comprendre son rôle exact : pas vraiment ailier, pas vraiment relayeur. Plutôt joker, donc ? À leurs côtés, l'infatigable Matuidi continue sur sa lancée et apporte toujours plus de verticalité, tandis que le discret Cabaye se contente de bonifier certains ballons dans le jeu long. Derrière, Lloris et Sakho-Koscielny donnent une agréable sensation de solidité, malgré la « décontraction défensive  » d'Évra à gauche.

Didier Deschamps ajuste, et Mesut Özil régale

Menés par Ribéry et Valbuena, les Bleus changent d'approche défensive à partir de la 35e minute. Fini le pressing embryonnaire, et retour à la combinaison classique « défense basse, milieu assis profondément, contre-attaques » . L'Allemagne est male à l'aise, la France devient dangereuse. Valbuena marque. De la tête. La France est en train de prendre le contrôle quand Capoue commet l'irréparable. Rien à faire, rien à redire. Malheureusement, le manque de confiance logique du Toulousain handicape par la suite le milieu bleu. Heureusement, Mario Gómez sort. On se rend compte alors de l'importance cruciale de la présence d'un avant-centre pour une animation offensive : sans repère, sans 9 pour orienter et diriger indirectement le jeu, les Allemands pédalent dans le vide.

Viennent alors dix minutes de temps fort Bleu : la Mannschaft s'engouffre dans le piège français, la France contre-attaque, s'apprête à faire mal, mais laisse passer l'occasion. Les Bleus ont su prendre le match à leur compte, mais il a manqué un but. Benzema est clairement hors du coup. Et Özil décide de signer un chef-d'œuvre de « passe de la mort » à la Guti. Comme l'affirmera plus tard Deschamps : « On s'est fait transpercer parce qu'Özil restait entre la défense et le milieu  » . Avec Matuidi à la place d'un Capoue au mauvais endroit au mauvais moment, et un peu plus de Giroud, cela aurait pu mieux tourner.

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

SerpentDeMer Niveau : District
elle est ou la lecon tactique sur les supporters refoules a cause dune echarpe ou dun maillot du psg?
vata-fenculo Niveau : CFA2
C'est pas non plus interdit de mettre un maillot de l'équipe de France pour aller voir les Bleus
Frenchies Niveau : CFA
Avec des scies, on coupe du bois !
Benzema et Giroud sont deux profils différents, à priori nous avons besoin des 2 ..m'enfin d'un ailier droit aussi hein (un mec qui sait frapper au but)
J'ai du mal à piger pourquoi DD n'essaie pas, même un quart d'heure, de mettre Benzema en 10 avec Giroud devant. On sait pertinemment que la Benz' ne va pas peser dans la surface et aime (trop) se balader, ça vaudrait le coup de tenter, pour voir. Sissoko c'est pas mal mais en fin de match, là il faut clairement un ailier droit de métier.
redond'eau fraîche Niveau : District
Un peu décevant de la part de la dèche d'avoir reconduit Sissoko à droite : ce qui a été marché ponctuellement en fin de rencontre contre l'Espagne n'est pas gage de réussite absolue.
Markus, on a vu (a peu près) le même match mais on a pas du tout la même analyse. Franchement on s'en sort très bien de rentrer à la mi-temps avec 1-0 pour les bleus car si les teutons avaient vraiment accélérer au cœur de leur domination en première période ça aurait pu faire bcp plus mal. Même si la tactique de laisser le ballon à un adversaire techniquement supérieur pour les prendre en contre était plutôt bonne (je ne pense pas que l'on pouvait rivaliser au niveau de la conservation ou de la construction) il aurait quand même fallut créer un minimum de jeu et parfois essayer d'alterner au lieu de toujours partir à 2000 à l'heure vers l'avant sur chaque récupération de balle (n'en déplaise à "Sissoko le pousseur" qui partait tout droit sur chacun de ses ballons). Parfois une petite accalmie pour récupérer, souffler et conserver la balle pour construire derrière aurait pu être bénéfique aux bleus et je ne l'ai malheureusement pas assez vu hier soir.
dommage
Message posté par Qhuit
J'ai du mal à piger pourquoi DD n'essaie pas, même un quart d'heure, de mettre Benzema en 10 avec Giroud devant. On sait pertinemment que la Benz' ne va pas peser dans la surface et aime (trop) se balader, ça vaudrait le coup de tenter, pour voir. Sissoko c'est pas mal mais en fin de match, là il faut clairement un ailier droit de métier.


DD l'a fait lors de l'entrée de Giroud, si tu regardes bien quand Giroud rentre la Benz' va se mettre dans le rond central et montre à Giroud d'aller se placer devant. Mais je suis d'accord avec toi c'était déjà un peu tard.
Tout à fait d'accord. Benzéma devrait essayer de jouer en 10, qui a l'air de lui convenir bien mieux (et il a la qualité technique pour cela, ainsi que la solidité physique, à l'inverse de Valbuena). Valbuena devrzit essayer de jouer sur l'aile car dans sa vitesse et sa qualité technique il serait un peu le pendant à droite de Franky, de plus il n'arretait pas de deriver vers les côtés hier. Enfin en 9, il faut un giroud des grands soirs, ou alors peut-etre tenter le coup avec Ménez ! L'année dernière, le PSG a évolué sur quelques matchs en 4-3-3 sans numéro 9, ou il evoluait en faux neuf entre Pastore et Nêne, et il a mis quelques bons buts d'avant-centre. Il a une super qualité de frappe, c'est un bon dribbleur, il est rapide...bref, si j'étais dédé je tenterais le coup. Parce que j'aime bien Sissoko, mais c'est clair qu'à côté de Ribéry, Benzéma, Valbuena, il a un niveau technique qui fait tâche. À la liite je le verrais plus aux côtés de l'homme-élastique, au milieu.

En tout cas, ravi que DD bascule en 4-2-3-1.
Mister Sandman Niveau : DHR
Ca fait trois articles de suite qui disent "on aurait pu gagner" donc je vais me permettre de poser la question : personne pense qu'on aurait aussi pu en prendre 4 ? Dans le jeu collectif on a pris un bouillon mémorable. En deuxième mi-temps, les germains faisaient circuler le ballon avec une facilité déconcertante, appels dans la profondeur au milieu de terrain, une deux, remise sur Lahm qui prend le couloir etc. Ils nous ont tout fait quasiment en jogguant, sans forcer. Les occasions qu'on a eu ont presque toutes pour origine les fulgurances de Ribéry. On a quasiment jamais vu Evra ni Sagna, Cabaye je l'ai pas vu faire une seule passe dangereuse de tout le match. On marque un but super mouleux sur un beau coup franc de Benzema, et sinon c'est Ribéry tout seul. On voit bien d'ailleurs que d'habitude il joue avec ceux d'en face, ça devait lui faire chelou.

Heureusement qu'Özil choisit de jouer le un contre un avec Lloris au lieu de passer à Gomez sinon on est mené 1-0 d'entrée de jeu et là ça aurait été vraiment compliqué.
Alors c'est sur que c'est beaucoup mieux que ce qu'on a pu voir en 2010 et 2012, mais des matches comme celui de hier soir contre une telle équipe, on sent clairement que ça peut vite être une déroute dans un match qui compte pour quelque chose.
vata-fenculo Niveau : CFA2
Moi j'en ai BenZémarre!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Non mais je rêve, je suis mort de rire: "un monde d’écart entre la sérénité de Sakho et les hésitations de Mats Hummels".

Le seul monde d'écart qui existe concerne la différence de niveau absolue entre ces deux joueurs. Et certainement pas à l'avantage du francais.
Pas grand chose à redire sur l'analyse. Je suis content de voir que malgré la défaite on enfonce pas l'équipe et que l'on reconnaisse ce qui a été/ce qui a raté, objectivement. Mine de rien j'avais l'impression (et je me trompais peut être) que ces derniers temps, en dehors du match contre l'espagne, on s'était habitué a dénigrer l'équipe malgré les efforts de certains. A mes yeux, la situation s'améliore, que ce soit sur le terrain ou en dehors, et je me remet à vibrer sur des contres attaques et à apprécier cette équipe de france avec son image de "juste bonne équipe".
Il est vrai que Sissoko avait l'air d'un poulet à qui on avait coupé la tête. Il courait un peu partout sans savoir trop quoi faire. Il me semble qu'il est ( beaucoup trop ) juste techniquement pour occuper un poste d'ailier droit. Je me rapelle d'ailleurs pas un bon centre de sa part.
Contre l'espagne il pouvait empêcher les petits gabarits de prendre le couloir et bloquer un côté.
Mais dans ce match quel est l'intérêt de mettre un mec comme lui si ce n'est d'isoler encore plus un Benzema déjà bien seul ?
Tout à fait d'accord sur Sissoko. Et j'ai d'ailleurs eu l'impression que sa tendance à s'isoler forçait Valbuena à se rapprocher malgré les apparentes consignes.
Mr.Quatorze Niveau : Loisir
Le seul problème de ce match à été l'entrée des mauvais Capoue et Rami à la mi-temps !!! Laurent et Blaise était bien dans leurs match , mais ce bon didier fait quand même le changement !! Ribéry, Valbuena, Benzema c'est le meilleur trio qu'on à devant actuellement et je trouve que cela fonctionne bien !!
Pour moi trop de joueur en deça de leur niveau habituel ou potentiel.
Evra en mode alternatif avec l'EDF et malheureusement hier c'était la version portes ouvertes sur le couloir gauche.
Cabaye très très discret, Sissoko dont effectivement on se demande quel est son poste (ailier, milieu excentré, récupérateur ?)
Et enfin Benzema a qui je reconnais un talent certains, mais bon presque un an sans une prestation de haute qualité ça fait long surtout pour une sélection qui joue seulement une dizaine de matchs par an.Et je pense pas que ce soit une question de 9 ou de 10, il est à côté et basta. Certes je ne suis pas pour virer un joeur après un match moyen, mais quand on en aligne une demi-douzaine ....
Sinon on peut aussi dire que les Allemands qui auraient mérité de mener à la pause, doivent au final leur salut à la classe d' Özil à qui le Stade de France a donné hier des allures Zidanesque (quel régal) !!!
Marco grossi Niveau : Loisir
Ya que moi qui hurlais devant ma télé à chaque action offensive vaine "MAIS PUTAIN BENZEMA AU PREMIER POTEAU MERDE !" ?? Parce que c'est franchement scandaleux et il a suffi de voir le placement de Gomez. Je sais ils ont pas le même profil, mais à ce moment-là on fout pas Benzema en pointe.
Mainvault Niveau : DHR
Je vais essayer de donner mon avis , je n'ai pas lu les commentaires ( pas encore ) donc si je répète quelqu'un désolé !

Avant tout, je ne sais pas si on peut blâmer Benzema, il était fort seul devant avec un Ribéry perso et un Valbuena bon mais pas assez transcendant dans ses passes.. Le milieu français tout comme l'allemand est extrêmement efficace à la récupération et au pressing mais offensivement, c'est faible.. Très peu d'apport contrairement à Khedira et Gundogan qui n'ont pas hésité à monter ( quand l'un montre l'autre reste). De plus avec 3milieux off et un attaquant c'est aussi bien plus lourd que les trois milieux français. Je pense que donc la bataille fut perdue au milieu à cause de ça. Une mentalité trop défensive qui scindait le terrain en deux...
Je trouve qu'une phrase de Deschamps résume bien le match.

"On a fait ce qu'on a pu avec nos moyens"... Génération hétérogène; équipe en construction...

Je suis très fier de ces bleus là ! Mais il manque encore du collectif, des automatismes, une expérience commune ... tout ce qu'on a vu en Face.

On est à notre place et il n'est pas exclu que nous continuions de progresser dans les mois à venir.
Message posté par Nylo
Non mais je rêve, je suis mort de rire: "un monde d’écart entre la sérénité de Sakho et les hésitations de Mats Hummels".

Le seul monde d'écart qui existe concerne la différence de niveau absolue entre ces deux joueurs. Et certainement pas à l'avantage du francais.


sa fait 4 fois que je le vois jouer Hummels (2 contre l'OM, 2 contre la france) et 4 fois que je le trouve vraiment surcoté...si quelqu'un qui suis la bundes' pourrait me dire ce qu'il vaut vraiment??
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 45