Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Arsenal/Chelsea

Les Leçons Tactiques de Chelsea

Si Chelsea a réussi son début de la saison, les Blues ont anormalement souffert à plusieurs reprises. Au cœur du problème, la contradiction entre la volonté de prendre l’initiative dans le jeu et un effectif construit pour jouer un football direct.

Modififié
Après avoir conquis la gloire, Roman veut l’amour

Roman Abramovitch a changé. Après le vide décisionnel laissé par le départ de José Mourinho, le Russe recruta selon une logique d'achat de marque (Sheva, Ballack, Torres), cherchant des grands noms avant de penser à la compatibilité de ses joueurs (Torres et Drogba, Ballack et Lampard…). Maintenant qu’il a remporté la Ligue des Champions, Roman cherche de la cohérence et un projet de jeu. Le nouvel objectif ? Plaire, comme annoncé à l’arrivée de Villas-Boas, oui. Abramovitch veut encore, comme le Barça, recevoir des louanges pour les "valeurs" que son collectif dégage. Du coup, le recrutement est marqué par la volonté de trouver des jeunes joueurs techniques, habiles dans les petits espaces et capables de grandir au sein d’un même système, forcément séduisant.

Entre autres, Oscar le milieu a été préféré à Lucas l’ailier et Azpi a doublé Maicon. Sans oublier les Hazard, Marin, Piazon, Romeu. La question est maintenant de savoir quel projet de jeu… Le potentiel de cette équipe est énorme : l’effectif a les latéraux pour prendre la profondeur et construire, la charnière centrale suffisamment rapide et puissante pour jouer haut, les attaquants pour garder le ballon et créer. Chelsea pourrait, dit-on. Du moins, c’est ce que pensait Villas-Boas quand il avait décidé de faire monter d’un cran la ligne défensive. Comme Benitez à l’Inter, il avait tout changé et échoué. Ses Blues étaient déséquilibrés, peu incisifs et donnaient l’impression de "tourner autour du pot". Dans un Chelsea en crise, les idées de jeu direct de Di Matteo avaient donc plu à tout le monde, car cela marchait.

Le regret Modric

En ce début de saison, Di Matteo rencontre deux problèmes : les responsabilités trop grandes de Mata, Hazard ou Oscar à la création, et le manque de contrôle des Blues, qui ont souffert contre les petits (Wigan, Reading) et se sont fait dominer par les gros (Juve), voire corriger (Atlético). En gros, on ne voit pas le collectif destructeur capable de remporter la PL, celui que Mourinho et Ancelotti avaient su trouver. Di Matteo mise sur le 4-2-3-1 de la paire Mikel-Lampard, censée récupérer, conserver et distribuer. Mais pas organiser, et encore moins créer. A l’image des Pays-Bas de la paire Van Bommel – De Jong, la création des Blues se situe à un niveau trop haut sur le terrain, là où il est impossible de conserver le ballon sans prendre le risque de le perdre : au niveau de Sneijder en orange, de Mata-Hazard en bleu. Conscient du problème, Di Matteo demande à sa charnière de ne pas jouer trop haut, pour éviter de se faire mitrailler par les contre-attaques adverses. Un cercle vicieux.

L’Italien fait même souvent dans le conservatisme : en alignant Ramires à droite du 4-2-3-1 et Bertrand ou Oscar à gauche, l’équipe ressemble fortement à un 4-4-1-1. Équilibré et difficile à bouger, mais loin de prendre l’initiative dans le jeu. Quand les Blues jouent clairement un football de contre-attaque, c’est beau et foudroyant. Quand leurs idées sont obscurcies par une volonté de possession, c’est brouillon, et dangereux. Dans cette configuration, Di Matteo, tout comme Villas-Boas auparavant, souffre de l’absence d’un milieu mobile, capable de diriger la rencontre et ordonner le rythme du match. Il manque un regista, un architecte, un meneur reculé. Des exemples ? Pirlo bien sûr, mais aussi Xavi, Verratti, Yaya Touré sur certaines séquences, Paul Scholes évidemment, le bon Nuri Sahin, Mikel Arteta, et surtout la première cible des Blues lors du mercato 2011, et même 2012 : Luka Modric… Alors, que faire ?

Donner les clés à Romeu, déjà ?

Le meilleur match de la saison du collectif bleu reste le 6-0 de mardi (contre les Wolves de seconde division, certes), un match brillamment "dicté" par le seul Oriol Romeu, sans Lampard ni Mikel. Demandé par Villas-Boas et acquis pour 5M€ en 2011, l’Espagnol formé à l’Espanyol puis au Barça (qui conserve une option de rachat jusqu’à l’été prochain) est le seul milieu Blue au profil de constructeur. Intelligent, patient et doué, Romeu « a du football dans les pieds » . Mettre en place un 4-3-3 au milieu Ramires-Romeu-Lampard est donc envisageable, ou encore un osé Ramires-Romeu-Oscar. Au contraire de Villas-Boas, dépassé par la réalité, Di Matteo a montré qu'il savait tirer le meilleur d'un effectif donné, peu importe l'objectif et le style de jeu (Chelsea 2012, WBA 2010). N’ayant aucun principe de jeu, il ne ferme la porte à aucune option.


Cette saison pourrait donc être une année de transition à Stamford Bridge. Si Chelsea gagne en jouant un football direct, Di Matteo ne changera rien, et tant pis pour les puristes. Si Chelsea souffre, il cherchera une solution, et cela pourrait être Romeu. Après avoir accueilli de nombreux changements et digéré quelques départs de marque (Drogba, Essien, Malouda), il ne faut rien brusquer. Tant qu’il entendra le chant "Champions of Europe, we know what we are" à Stamford Bridge, Di Matteo pourra afficher son sourire malicieux, conscient qu’il peut faire évoluer son équipe à son rythme. Roman, rappelle-toi que l’amour sait attendre.

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25