1. // Mondial 2014
  2. // Éliminatoires
  3. // Zone Europe
  4. // Biélorussie/France (2-4)

Des erreurs, du caractère, du talent et des buts, enfin. De la peur, de la souffrance et un peu d'émotion, aussi. Cette équipe de France est donc bien vivante. Et c'est elle qui nous donne la première leçon de ce match, à l'attention de la France entière : un match de football dure quatre-vingt-dix minutes. La seconde est plus complexe, certainement indéfinissable. Y a-t-il une dimension tactique à l'analyse des trajectoires de balle biélorusses de Lloris hier soir ? Difficile à évaluer. Et pourtant. Les deux énormes erreurs du capitaine français ont forcé le destin et nous ont permis d'observer une équipe de France dans l'obligation de réagir. Plus pressée, plus intense, plus incisive, le temps d'un quart d'heure. Quatre buts, enfin. Mais quatre buts, quand même.

Modififié
0 67
Après le match aller il y a un an, on parlait ici-même des prouesses du duo Ribéry-Benzema, du potentiel du milieu Capoue-Cabaye et du lien historique entre le 4-3-2-1 de Deschamps et celui de Jacquet. D'où une leçon : une préparation à une Coupe du monde, c'est long. Et une autre : l'objectif de la stabilité n'aura pas été atteint à l'occasion de cette période post-Euro. Le bilan des matchs de cette semaine est aussi intéressant qu'étonnant : Lloris a fait peur à tout un pays, Nasri a changé le visage des Bleus en deux footings, Pogba est déjà prince et Ribéry est enfin roi. De bon augure, finalement, pour Benzema. Tout va très vite.

Le 4-2-3-1 à un seul couloir, spécialité française ?

Finies les deux tentatives «  4-4-2 avec Benzema  » et «  Guilavogui-Sissoko  » de vendredi dernier. Hier, Deschamps est revenu au 4-2-3-1 et ses deux avantages théoriques : la liberté de Valbuena dans l'axe et l'éventualité d'avoir un véritable ailier droit pour rééquilibrer le jeu français. Dommage, on y croyait. Bien plus habile dans les grandes prairies uruguayennes que dans les forêts de bouleaux biélorusses, Dimitri Payet ne parvient pas à peser sur le rythme lent de la première période. Jamais vraiment collé à la ligne de touche d'un flanc droit bleu qui semble pour toujours inhabitable, on se demande même si Benzema n'était pas finalement plus utile dans le quatuor offensif français. Dommage, car Valbuena perd un joueur pour dialoguer au milieu, et surtout Giroud perd l'occasion de recevoir des bons centres.

Plus loin au milieu, Matuidi attend encore que les astres se replacent dans la même position qu'en fin de saison dernière, mais ses courses et la simplicité de son jeu, malgré quelques déchets, restent précieuses. À ses côtés, Pogba fait accélérer la balle à chaque touche. Ce n'était pas Vieira hier, certes. Il a perdu des duels, c'est vrai. Mais tout va plus vite, pied droit, pied gauche, certaines manœuvres font enfin leur réapparition et l'éventualité de déséquilibrer le bloc biélorusse pointe le bout de son nez. Et pourtant, cela coince. Une mi-temps entière. Jusqu'à cette belle ouverture de Paul pour Franck, qui prend ses responsabilités en patron. Et marque sur pénalty. Mais dans le jeu…

Hleb et Nasri, le bal des ex-Gunners

D'autre part, le plan biélorusse met la France dans une situation compliquée. Incapable de jouer suffisamment haut pour mettre de l'intensité dans les derniers mètres ennemis, elle préfère se laisser une marge suffisante pour ne pas se faire surprendre en contre-attaque. Mais si les Biélorusses attaquent avec des fléchettes, leur archer s'appelle Alexander Hleb. Une démonstration de football de la part d'un numéro dix qui aurait dû avoir une toute autre carrière. Un football intelligent, malin même, et une précision technique ahurissante. Au bout d'une heure, à force de créer du mouvement là où il n'y en a pas, Hleb finit même par convaincre Deschamps de faire entrer Nasri. Samir est ainsi lancé dans le gouffre axial du jeu des Bleus, là même où Benzema était tombé en Géorgie. Samir et Karim ont certainement autant de football chacun, mais Nasri, lui, sait se déplacer loin de la surface. Si Nasri a un tel impact, c'est tout simplement parce qu'il fait vivre le ballon. L'ex-Gunner sait évoluer dans une équipe qui porte le ballon face à des formations regroupées sur leurs trente derniers mètres. Peut-être le seul milieu français avec cette expérience-là, en dehors de Ribéry, qui sait tout faire (on ne peut pas compter Griezmann, d'après la FFF).

Plus de milieux, plus de jeu

Cette génération a du talent. Avec Koscielny, Pogba, Valbuena, Nasri et Ribéry, le ballon saute les lignes, va d'un côté à l'autre. Et vit, en somme. Dans d'autres pays, on appellerait cela de la qualité. En France, on a presque envie de dire qu'il s'agit de joueurs qui «  osent  » jouer au football. Fait remarquable dans l'univers des Bleus : la transversale est de retour. Mais pour que cela se concrétise, il a fallu attendre l'heure de jeu. D'une part, la pression du 1-2. D'autre part, l'entrée de Nasri qui a libéré Valbuena. Avec un milieu «  joueur  » en plus, la France profite d'un avantage numérique dans l'axe et les options de jeu se multiplient. Attention, si Deschamps s'aventurait à en faire jouer d'autres, il se pourrait que les Bleus aient même le contrôle du ballon… Avec la densité d'un couple Matuidi-Pogba, dont le besoin de vécu semble indispensable pour s'épanouir, Deschamps a désormais les armes pour prendre plus de risques.

Et Mathieu reprend la main sur le jeu. La légèreté de son petit jeu et la précision de ses missiles transforment l'équipe de France. Bien évidemment, son enchaînement contrôle de la poitrine-temporisation n'aura jamais l'élégance de celui de Zizou, mais le geste est là. Et puis, après tout, qui pourrait avoir l'élégance de Zinedine ? Ribéry est mis en position de un-contre-un à gauche, puis, seul face au but au deuxième poteau, Nasri trouve une position de frappe dans un petit espace et le ballon atterrit miraculeusement dans les pieds de Pogba après l'un de ses centres. Le remplaçant de l'Euro se retrouve trois fois décisif en un quart d'heure. Valbuena s'installe, Ribéry prend ses aises sur le trône et on assiste peut-être au retour définitif de Nasri (peut-être, car l'importance de ces deux matchs serait à relativiser). C'est la victoire des revanchards, et du jeu. En attendant Griezmann ?

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SO FOOT.com
Modifié

Robin Huc Niveau : DHR
Il nous faut une meilleure défense et des latéraux qui pèsent devant. Sagna, Clichy et les autres reculent quand ils approchent trop près de la ligne, c'est pathétique.
Note : 1
Message posté par Robin Huc
Il nous faut une meilleure défense et des latéraux qui pèsent devant. Sagna, Clichy et les autres reculent quand ils approchent trop près de la ligne, c'est pathétique.


Les latéraux pèsent pas parce qu'ils ne sont pas supportés. Les bielorusses ont pilonné dans le dos de Ribéry et se sont constamment retrouvés à 2 contre Clichy. Du coup le mec devient fébrile de peur de se faire violemment déborder quand, au lieu de lui remettre en dédoublement, Ribéry tente l'impossible pour passer entre 4 défenseurs et perd le ballon...

Si Pogba venait balayer entre Ribéry et Clichy, tout de suite ça donne plus d'assurance au latéral. Le fait est qu'il est resté dans l'axe hier. Ca serait marrant d'avoir une analyse Opta des ailes sur le match d'ailleurs...
Tactiquement, collectivement, capillairement... on est à chier.
DoucementAvecLaCristaline Niveau : CFA
Note : 1
La France capable du meilleur comme du pire:

Le pire en première mi-temps. Des joueurs méconnaissables et très en dessous du niveau individuel qu'on leur connait en club, même lloris, même Ribéry (qui reste même à 50% une sacrée brute). Les Biélorusses étaient meilleur que nous... L'horrible impression qu'ils foutent rien à l'entrainement... A part les coups de pied arrétés (seules situations chaudes qu'on i eu en première), ils ont bossés quoi? Quand on a le ballon personne ne fait d'appels de balle (mention à Matuidi pour cela lorsque le jeu se déroule dans sa zone) alors que même en district on nous apprend à ce que le porteur du ballon ai toujours au moins 2 solutions... Défensivement, on presse pas, on défend à 2 mètres de l'adversaire, on est super tendre et un brin candide (inexpérience?).
Bref, faut pas juger sans savoir, mais je commence vraiment à mes demander si Deschamps est vraiment compétent à son poste de séléctionneur. Car l'EDF actuelle ressemble beaucoup à l'OM qui avait enchainé 13 défaites (ça fait peut-être beaucoup mais je me souviens plus exactement du chiffre) en février-mars 2012.

Le meilleur: je disais à mon pote qu'à moins d'un miracle à la mi-temps, on n'ira pas à la coupe du monde! (si je ne m'étais pas controlé, j'aurai été un peu comme le papy supporter de River devant se télé lorsqu'ils descendent en D2). Le miracle a eu lieu! Un de mes potes soupçonne Lloris d'avoir fait exprès pour faire un éléctrochoc à l'équipe... Pas convaincu! Mais ce qui est sûr, c'est qu'en étant un peu meilleur dans le jeu (mais c'était pas non plus transcendant hein!), le miracle a eu lieu, 4-2 score final, il est né le divin enfant!

Un enfant appelé équipe de France dont la marque de fabrique a toujours été d'être capable de perdre face au luxembourg et d'aller taper l'Espagne (oui oui!) le lendemain.
Ou comme hier, de nous faire perdre tout espoir de qualif à la world cup en nous convainquant que le niveau de cette équipe est plus bas que celui de la Bielorussie, et 1h plus tard, de renaitre de ces cendres après en avoir planté 4 en une mi temps, après 5 matches sans marquer... Une équipe qui rend fou! Mais c'est ça qui est bon!




DoucementAvecLaCristaline Niveau : CFA
La France capable du meilleur comme du pire:

Le pire en première mi-temps. Des joueurs méconnaissables et très en dessous du niveau individuel qu'on leur connait en club, même lloris, même Ribéry (qui reste même à 50% une sacrée brute). Les Biélorusses étaient meilleur que nous... L'horrible impression qu'ils foutent rien à l'entrainement... A part les coups de pied arrétés (seules situations chaudes qu'on i eu en première), ils ont bossés quoi? Quand on a le ballon personne ne fait d'appels de balle (mention à Matuidi pour cela lorsque le jeu se déroule dans sa zone) alors que même en district on nous apprend à ce que le porteur du ballon ai toujours au moins 2 solutions... Défensivement, on presse pas, on défend à 2 mètres de l'adversaire, on est super tendre et un brin candide (inexpérience?).
Bref, faut pas juger sans savoir, mais je commence vraiment à mes demander si Deschamps est vraiment compétent à son poste de séléctionneur. Car l'EDF actuelle ressemble beaucoup à l'OM qui avait enchainé 13 défaites (ça fait peut-être beaucoup mais je me souviens plus exactement du chiffre) en février-mars 2012.

Le meilleur: je disais à mon pote qu'à moins d'un miracle à la mi-temps, on n'ira pas à la coupe du monde! (si je ne m'étais pas controlé, j'aurai été un peu comme le papy supporter de River devant se télé lorsqu'ils descendent en D2). Le miracle a eu lieu! Un de mes potes soupçonne Lloris d'avoir fait exprès pour faire un éléctrochoc à l'équipe... Pas convaincu! Mais ce qui est sûr, c'est qu'en étant un peu meilleur dans le jeu (mais c'était pas non plus transcendant hein!), le miracle a eu lieu, 4-2 score final, il est né le divin enfant!

Un enfant appelé équipe de France dont la marque de fabrique a toujours été d'être capable de perdre face au luxembourg et d'aller taper l'Espagne (oui oui!) le lendemain.
Ou comme hier, de nous faire perdre tout espoir de qualif à la world cup en nous convainquant que le niveau de cette équipe est plus bas que celui de la Bielorussie, et 1h plus tard, de renaitre de ces cendres après en avoir planté 4 en une mi temps, après 5 matches sans marquer... Une équipe qui rend fou! Mais c'est ça qui est bon!




Note : 4
On a tout de suite vu la différence à l'entrée de Nasri, et on l'aurait également vue si Benzema avait démarré à la place de Payet. Alors oui les mecs agacent, oui ils sont nonchalants, mais quoiqu'on en dise, il y a un fossé technique entre eux et des pseudo-bon joueurs de L1. Si on veut mettre l'attaque de l'OM, et des milieux de Sainté et de Toulouse uniquement par orgueil, qu'on le fasse, mais qu'on vienne pas se plaindre après.
Mehmet Scholl Niveau : Loisir
Note : -1
La flemme de ré-ecrire, je copie colle mon post de c'matin, en le nuançant toutefois un peu

----------------------------

Le match a pas été folichon certes, mais on va pas transformer une équipe de blédards en Brésil des 70' d'un match à l'autre

Pour ma part, je ne retiendrai qu'une seule chose, la seule fois ou Eczema n'est pas aligné, ca en plante 4. Vous pouvez dire ce que vous voulez, adversaires faibles ( pourquoi les géorgiens c'est top ranked ? ), Giroud n'a pas marqué ( il est dans le coup sur 3 des 4 buts )

Je l'avais dit sur le post " qu'est ce qu'il faut pour faire marquer le sbotch ", la compo de base était intéressante, le 4-2-3-1 correspond à ce qui va le mieux avec les joueurs actuellement et je rajoute que sans Eczema, au moins 2 voir 3 joueurs allaient pouvoir jouer leur vrai football

Le premier, c'est Ribery, qui allait ENFIN pouvoir arrêter de le chercher systématiquement. D'ailleurs il en plante deux hier soir, ça va mieux quand tu te focus moins sur ton pote wesh t'as vu gros, tu peux mettre des doublés sans Rim-K

Le deuxième c'est Valbuena, qui fait un match pas terrible pendant une heure, mais qui sort 2 passes déc et ca reste bien la l'essentiel pour un meneur de jeu ( en dehors de créer du jeu of course ). Il a pu retrouver sa position préférentielle dans le schéma qui lui convient le mieux. Faut pas s'inquiéter, il produira du jeu, c'est certain

Le troisième c'est Giroud qui certes n'a pas marqué, mais est dans le coup sur 3 des 4 buts. Contrairement a la Benz, il est dans la surface, il pèse et de ce fait, il libère des espaces pour ses potes. Ribery ne se trouve pas étrangement seul sur le but du 2-2, y'a deux sac à vodka sur Giroud à ce moment là. S'il continue à avoir sa chance, il plantera, c'est certain, RDV en Finlande.

J'irai meme jusqu'a sortir Eczema du rôle de 2eme attaquant en lieu et place de Gignac a qui le 4-2-3-1 convient aussi parfaitement, il est dans le même style que Giroud, son entente avec Valbuena est au point et vue qu'on joue à un pointe, il serait le remplaçant parfait.

Allez Karim, so long, tu as eu ta chance plus que de raison, jurisprudence Cantona, ton temps est fini en bleu, du moins en attaque, car tu as peut être un avenir en lieu et place de Valbuena en qualité de MOC, ta meilleure place selon moi.
0 67