Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale
  3. // Leverkusen/PSG (0-2)

Les leçons tactiques de Bayer Leverkusen – PSG

Quatre coups de poignard, et le PSG est en quarts. Trop facile, ou presque, pour les Parisiens, qui ont réussi là où ils avaient échoué l'an dernier à Valence. L'occasion d'analyser la possession de Laurent Blanc, l'évolution du jeu d'Ibrahimović, la folie du talent de Verratti et la progression de la maturité parisienne.

Modififié
Sur le papier, on voit deux 4-3-3. Et pourtant, Blanc et Hyypiä ont des théories (et des effectifs) bien différentes. Le PSG crie sur tous les toits son 64% de possession de balle. Le Bayer fait du 47%, mais n'a probablement jamais vraiment regardé. Conquête des seconds ballons, impact physique, tirs (15 par match !) : le Bayer est roi dans le chaos. Un Chelsea de Mourinho (2004-2007) du pauvre, en quelque sorte. L'an passé à la même époque, le PSG avait choisi les pions noirs à Valence (sans Motta ni Silva) : un 4-2-2-2 qui laissait 64% de possession à ses adversaires et brillait par l'intensité de Lucas et Lavezzi… Déjà, le PSG avait commencé fort.

Quand les duels et l'intensité annulent tout plan de jeu

Blanc et Hyypiä, tous deux illustres défenseurs centraux, savent bien que le football est avant tout un combat. Il faudra « attaquer quand nous aurons le ballon et ne pas trop les respecter  » , disait Hyypiä avant la rencontre. À vrai dire, ses hommes n'ont pas eu le temps de se poser la question du respect. Une gifle énorme de Matuidi : l'intensité, le pressing et l'anticipation du Français ruinent le plan de jeu du Bayer. Le PSG devait avoir le ballon tout le match et tenter de ne pas se faire surprendre. Il aura d'abord surpris, et joué ensuite. Les Allemands se savaient « outsiders » . Dès la 6e minute, alors qu'ils enchaînent pour la première fois trois passes, ils se savent éliminés. Ce début de match est une première victoire pour Blanc, car si sa possession de balle est imparfaite, elle fait déjà peur à l'Europe, qui a bien en tête ce classement : Barça, Bayern, PSG…

Analyse de la possession du PSG de Blanc

Sous Carletto, le PSG n'a pas été éliminé par la possession du Barça. Le changement de projet de jeu n'a pas été amené par la nécessité du terrain, mais bien par la seule philosophie de son nouveau coach. Après une campagne convaincante en Ligue 1 et un groupe léger en C1, Blanc mettait donc en jeu sa crédibilité face au dauphin du Bayern en Bundesliga. Comparons avec le Barça, qui jouait aussi à l'extérieur hier soir. Une comparaison qui mérite d'exister si l'on admet deux choses : le fait qu'Ibra a un positionnement similaire à celui de Messi, et que le nombre de ballons joués est une statistique pertinente, malgré les écarts de rythmes et les adversaires différents. Alors, à qui appartient cette possession ? Xavi (144 ballons joués), Cesc (123) et Alves (119), d'un côté. Motta (146), Verratti (123) et Ibra (112) de l'autre. Un cran en dessous, donc : Motta participe trop par rapport à Busquets (108). Et Matuidi (61 ballons, 38 passes seulement) n'a pas le même rôle que Fàbregas : Motta et Verratti communiquent sur (presque) la même ligne, mais Blaise est placé plus haut, en chien aboyeur, au contact des pieds adverses, « coupé » de la circulation.

De deux, comment est-elle répartie ? Si, étonnamment, les centraux participent autant (130 ballons joués pour Piqué-Mascherano et Alex-Silva), l'utilisation des ailes n'est pas la même. Paris se prive de ses ailiers : 81 passes pour Lucas-Lavezzi (33 ballons joués seulement pour l'Argentin) contre 134 pour Iniesta-Sanchez. Le PSG n'a pas non plus de latéral capable de « mener » le jeu depuis la ligne de touche : si Van der Wiel (99) continue à progresser, l'ex-Ajax reste loin de la participation de Dani Alves (119). Résultat : le PSG écarte moins et n'a pas les points d'appui nécessaires pour s'amuser dans le camp adverse. Le Barça a donc logiquement un total de passes plus élevé (889 contre 787) et Paris garde le ballon plus longtemps dans ses pieds. Un PSG trop tactique ? Oui, les Parisiens pensent beaucoup leur possession dans leur propre camp. Cela pourrait changer avec Pastore et Cabaye (qui auront joué quasiment autant de ballons que Lavezzi et Matuidi en vingt minutes), mais le but n'est pas ici de ressembler au Barça, qui est un modèle de possession, mais pas de jeu.

La possession pour mieux défendre, certes, mais plus de variations pour savoir attaquer avec et sans le ballon. Grâce à la verticalité de Matuidi, comme hier. Et au toucher de « Don Verratti » , surnommé ainsi par les Espagnols lors de sa présentation européenne à Valence. Du haut de ses 21 ans, un huitième de finale aller de Ligue des champions est déjà trop peu pour l'Italien, qui a surclassé le Bayer sans se fatiguer. En cette période olympique, on croirait qu'il tient une crosse de hockey et qu'il transforme le ballon en palet insaisissable. Marco garde beaucoup le ballon. Moins efficace (intelligent ?) que Xavi, mais plus spectaculaire. Sans les déchets prétentieux, la prochaine fois ?


L'évolution de Zlatan Ibrahimović

D'abord ailier « versatile » à Malmö, Amsterdam et Turin, le Suédois devient buteur sous Capello et Mancini, pour remporter son premier titre de meilleur buteur à l'Inter en 2009. La saison suivante, il est devenu « trop avant-centre » pour Guardiola. Aujourd'hui, on assiste à l'évolution finale : après son passage au Milan (14 buts et 12 passes décisives lors de ses six premiers mois) et maintenant à Paris, il est devenu l'un de ces joueurs offensifs modernes, complets, inqualifiables. Zlatan, Cristiano, Messi, Rooney à une époque. Il dribble, dézone, est au contact des défenseurs centraux quand il en a envie, et peut mener le jeu, grâce à son jeu de passes, à son lien avec Maxwell, et à la verticalité de Matuidi et Lavezzi. En attendant que Lucas développe des mouvements de buteur, ou plus simplement en attendant le retour de blessure de Cavani. Son match est un chef-d'œuvre : 112 ballons joués, trois fois plus que Kiessling (31), plus que Messi et Iniesta hier soir (103 et 110). Omniprésent.

L'an passé à la même époque, le PSG menait 0-2 à Valence avant d'encaisser un but sur coup de pied arrêté et de finir à dix. Avec Motta et Silva sur le terrain, le PSG a cette fois-ci accompli sa mission. Au retour des vestiaires, la technique du PSG reste supérieure à la rage et l'honneur des Allemands : fautes intelligentes, patience et maturité. Le dernier quart d'heure est sans espoir pour le Bayer. En revanche, on peut se demander pourquoi Blanc a pris le risque de garder Matuidi jusqu'à la 67e minute. Ses changements avaient déjà fait couler ses hommes à Monaco.

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 13:11 Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 16:35 Nainggolan prend sa retraite internationale 84
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
dimanche 20 mai Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 90